Autour de la mort du général Aussaresses

La figure du général Aussaresses, témoin rare de l’exercice de la torture et des méthodes contre-insurrectionnelles durant la guerre d’indépendance, me semble finalement assez complexe. D’une part du fait de la personnalité de l’homme : il existait chez lui une dimension bravache et plastronneuse (bien décrite par la journaliste Florence Beaugé1) qui jette une ombre de suspicion sur son témoignage.

Compte tenu des relations entre les officiers parachutistes, et notamment entre Paul Aussaresses et Jacques Massu, il n’est pas entièrement à exclure, à mon sens, qu’Aussaresses ait endossé des responsabilités et des actes revenant à d’autres. Il est d’ailleurs la figure qu’on adore détester : méprisé pour avoir parlé, pour n’avoir pas gardé la réserve d’apparence noble d’un Massu, ni avoir acquis la popularité déconcertante d’un Bigeard, il s’était attiré les foudres à la fois des amis de l’armée et des ennemis de la torture. Mais sur le fond, cette répartition des responsabilités ne change rien, et l’éventuel « serment de silence » entre les officiers parachutistes ne recouvre désormais que les cas individuels – même s’ils sont parfois infiniment douloureux. Les mémoires d’Aussaresses confirment de l’intérieur les mécanismes de la répression – notamment durant la « Bataille d’Alger » – tels qu’ils ont été décrits par les historiennes Sylvie Thénault et Raphaëlle Branche.2

Le tableau est accablant : l’armée joue le rôle qu’on lui demande de jouer dans les guerres contre-révolutionnaires, elle agit en contravention des principes démocratiques de fonctionnement de la justice et de contrôle du pouvoir civil sur le pouvoir militaire. Et l’on en sait beaucoup plus grâce à lui sur l’existence et le fonctionnement de ce qu’on a appelé un « escadron de la mort », la façon dont les parachutistes liquidaient leurs détenus, par dizaines. La publication des mémoires du général Aussaresses en 2001 est révélatrice :3 du fait des lois d’amnistie, il ne pouvait être poursuivi pour les actes qu’il avait commis ; il était donc – faute de mieux – poursuivi pour avoir parlé. Il y a à cela un effet pervers : je travaillais lors de son procès sur la biographie de l’une de ses victimes, l’avocat Ali Boumendjel, et Aussaresses m’avait promis un entretien après la fin de son procès pour en parler. Une fois sa condamnation confirmée en appel, il a définitivement refusé de me rencontrer. Peut-être le procès aura-t-il servi de leçon à d’autres aussi qui auraient pu vouloir parler, les encourageant plus encore au silence ?

Pourtant le témoignage d’Aussaresses a participé, en France, d’un débat sur la torture, débat initié par l’intervention de Louisette Ighilahriz, animé par les journalistes du Monde et de L’Humanité, et qui secoue la société française profondément. Ce n’était pas la première fois en 2001 qu’on parlait des méthodes contre-insurrectionnelles de l’armée, mais cette fois, les révélations étaient nombreuses et installaient durablement le thème ; le rôle de pédagogue des méthodes contre-insurrectionnelle à Fort Bragg aux États-Unis joué par le général Aussaresses révélait qu’il existait une « école française », avec des ramifications jusque dans les régimes dictatoriaux d’Amérique latine.

L’image du parachutiste retors et sans principe qu’il véhiculait, comme celle du fort-en-gueule construite par le général Bigeard, ne doit pas faire oublier que la guerre contre-révolutionnaire est initiée par le pouvoir politique. Et que les scandales se multiplient en 1957 en France-même à mesure que les parachutiste du général Massu s’en prennent à des figures identifiables hors d’Algérie : Larbi Ben M’hidi, dont Aussaresses raconte l’assassinat, était considéré comme un chef militaire en février 1957, et le scandale autour de sa mort est en France de faible ampleur ; mais Ali Boumendjel, l’autre victime nommée par Aussaresses, est un avocat, un homme politique qui compte à Paris assez d’amis pour que son « suicide » par les parachutistes fasse scandale en mars et avril. Et pour que l’image du FLN se transforme dans toute une portion de l’opinion française. La cible de la répression menée par l’armée française s’élargit désormais à l’ensemble de la population civile ; intellectuels ou figures publiques ne sont plus à l’abri. Après Boumendjel, c’est d’ailleurs l’ensemble du Collectif des avocats du FLN qui est visé.

À dire vrai, la disparition progressive des acteurs (à peu d’écart, les généraux Massu, Bigeard et Aussaresses) ouvre de nouvelles perspectives : elle ouvre le temps d’une histoire sans doute différente, moins focalisée sur des figures, sur des histoires particulières, mais où l’on pourra contempler plus aisément une vision d’ensemble d’une guerre asymétrique pour l’indépendance. Un temps aussi où il faudra bien admettre que certaines informations sont perdues ; que l’on ne saura jamais tout. (Saura-t-on jamais ce qui est arrivé à Maurice Audin ? Le journaliste Jean-Charles Deniau promet encore dans El Watan Week-End des révélations obtenues d’Aussaresses en personne4 ; mais pour les familles des anonymes torturés et disparus de la « Bataille d’Alger », il est certainement trop tard.)

Ce temps viendra mais nous n’en sommes pas tout à fait là encore.

Comme historienne, plutôt qu’au général Aussaresses je pense ce jour aux personnages « rencontrés » dans mon travail : Larbi Ben M’hidi et Ali Boumendjel. Et aux vivants qui ont témoigné ou témoignent encore, et que la nouvelle de la mort du tortionnaire ne laisse pas indifférents. Et parce que j’ai beaucoup travaillé avec elle pour la biographie de son mari,5 c’est Malika Boumendjel qui occupe mes pensées ; Malika avec son désir de vérité et de justice, que cette nouvelle secoue certainement.

Vue d'Alger, déc. 2013 ©Malika Rahal
Vue d’Alger, 2013 ©Malika Rahal
  1. Florence Beaugé, Algérie, une guerre sans gloire : Histoire d’une enquête (Paris : Calmann-Lévy, 2005). []
  2. Sylvie Thénault, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie (Paris : La Découverte, 2001); Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la Guerre d’Algérie: 1954-1962 (Paris : Gallimard, 2001). []
  3. Paul Aussaresses, Services spéciaux Algérie 1955-1957 : Mon témoignage sur la torture (Paris : Perrin, 2001). []
  4. « J’ai des révélations à faire sur l’Affaire Audin », Aïda Djemil, El Watan Week-End, 7 décembre 2013 []
  5. Malika Rahal, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne (Paris : Belles Lettres, 2010. Alger : Barzakh, 2011). []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d’histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

4 réflexions sur « Autour de la mort du général Aussaresses »

  1. Ausaresses à chercher à libérer sa conscience autrement dit, faire seulement endosser à la France un crime d’état parmi tant d’autres dont il fut le principal acteur… il ne s’en est pas caché ! Là réside toute l’énigme d’un soldat qui a dû se poser cette question : « pourquoi la France a fait tout cela … plus d’un million de morts des deux côtés et ne rien garder ? La leçon est tirée mais elle cherche d’autres soucis encore. »
    Les hommes ont toujours été ce que nous sommes ayant peu de conscience de ce qu’ils font réellement .

  2. Merci, Malika, pour ces billets tout en vie et nuances, ainsi que pour votre travail qui peuvent nous donner des raisons d’y croire encore un peu, en l’autre, en l’échange, au partage, aux idées, en l’engagement. Je sais que c’est difficile, mais vous devriez alimenter ce blog plus souvent !
    Frédéric (le documentaliste du lycée français d’Alger)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *