Autour de la publication de l’ouvrage de Sadek Hadjerès

Aujourd’hui même, Sadek Hadjerès revient en Algérie après 22 ans d’absence à l’occasion de la parution, aux éditions Inas, du premier volume de ses mémoires, qui s’arrête avec la crise du MTLD en 1949. Le livre sera présenté au Salon international du livre d’Alger (SILA). Nul doute que son retour suscitera des débats, attendus parfois de longue date, sur la période couverte par le livre ou sur les périodes plus récentes, en particulier sur le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) dont Sadek Hadjerès a été le principal dirigeant, sa sortie de clandestinité à la fin des années 1980, et sa disparition au début de la guerre civile des années 1990. Ayant collaboré avec l’éditeur Boussad Ouadi pour l’édition du texte, j’en ai rédigé la postface, qui revient sur les relations entre historien et témoin. Textures du temps la donne à lire aujourd’hui.

حول صدور كتاب صادق هجرس

سيكون صادق هجرس قد عاد إلى الجزائر بعد غيابٍ دام اثنين وعشرين سنة، في اليوم الذي سيصدر فيه الجزء الأوّل من مذكّراته عن منشورات ايناس (الجزء الذي ينتهي بأزمة حركة انتصار الحريات الديمقراطية سنة 1949). سيُقدّمُ الكتاب في صالون الجزائر الدولي للكتاب بالجزائر العاصمة. ما من شكّ في أنّ عودته ستثير نقاشات، كان بعضها منتظرا منذ مدة طويلة، ليس فقط حول الفترة التي يضمّها الكتاب ولكن أيضا حول فترات أكثر قربا، وبالخصوص حول حزب الطليعة الاشتراكي « الباكس » الذي كان هو مسيّره الرئيسي، حول خروج الحزب من العمل السرّي نهاية الثمانينيات من القرن الماضي ثمّ اختفاءه في بداية الحرب الأهلية سنوات التسعينيات.
ولمّا كنتُ قد تعاونتُ مع بوسعد وعدي لنشر هذا النص، فقد كتبتُ مُلحقا لهذا النصّ أعود فيه إلى العلاقة بين المؤرخ والشاهد، تضعه اليوم حبكات الزمن بين أيدي القرّاء.

Couverture
Sur la couverture, une assemblée des mineurs grévistes du Kouif et de l’Ouenza, en 1948.

1. Lorsque j’avais rencontré Sadek Hadjerès pour la première fois, en 2003, je préparais la biographie de l’avocat Ali Boumendjel. Durant notre discussion, il avait dressé le saisissant tableau de la ville de Larb‘a, dans la région d’Alger, où avaient vécu les familles Boumendjel et Hadjerès. Son analyse du rôle du père de Ali, Mohand Boumendjel, révélait un paysage culturel et politique en pleine transformation. Il donnait aux différents courants du mouvement national et au mouvement islahiste des réalités concrètes, ancrées dans le terrain spécifique de la petite ville de la Mitidja, en même temps qu’il révélait les rapports entre les différentes générations et leurs rôles respectifs dans les transformations sociales, culturelles et politiques. J’ai compris plus tard que ce sujet avait déjà fait l’objet d’un premier article publié dès 1960, signe d’un intérêt déjà ancien pour cette question.1 Nous nous sommes revus plus tard, à partir de 2011, pour des entretiens portant sur son propre engagement politique, alors que j’entamais une série d’entretiens portant sur les parcours des militants de gauche dans l’Algérie indépendante, en particulier les militants du PAGS, le Parti de l’Avant-Garde socialiste, héritier du Parti communiste algérien (PCA), fondé en 1966 et dont Sadek Hadjerès avait été le premier secrétaire. La richesse des discussions avec lui tient à la durée exceptionnelle de l’engagement dans la vie politique d’un homme né en 1928, et à la nature de ses responsabilités ; mais aussi à son aspiration à un retour critique et analytique fouillé sur l’histoire des mobilisations sociales et du mouvement national. Le moteur des entretiens, comme du présent ouvrage, c’est la déception répétée que ce retour critique n’ait pas pu être effectué plus tôt, collectivement, à chaque étape du parcours. Son récit est chargé d’un sentiment d’urgence permanente, et de l’absence de temps de réflexion : entré au Parti du peuple algérien (PPA) 1944, il est élu démocratiquement comme responsable de la section universitaire du Mouvement pour le Triomphe des Libertés démocratiques (MTLD, le pendant légal du PPA) en 1948 mais quitte le parti à la suite de la crise de 1949. À partir de 1950, il est président de l’AEMAN, l’Association des Étudiants Musulmans d’Afrique du Nord, grâce aux suffrages des étudiants proches du PPA, mais aussi de l’UDMA et des ‘Ulama notamment. Il adhère au Parti communiste algérien en 1951 et devient membre de sa direction, élu au Comité central en 1952. Durant la guerre d’indépendance, sous la direction du bureau politique et du secrétariat du parti, il dirige avec Bachir Hadj Ali l’organisation clandestine du parti, en charge notamment de l’organisation des Combattants de la Libération. À l’indépendance, il est officiellement l’un des trois secrétaires du PCA rapidement interdit de nouveau, puis, après le coup d’état de 1965, il devient le premier secrétaire du Parti de l’avant-garde socialiste créé en 1966, et le demeure jusqu’en 1991. Après avoir quitté l’Algérie à la fin de 1991, il s’installe durablement à l’étranger à partir du début 1993 et il se consacre à partir de 1994 à des travaux de géopolitique menés avec le géographe Yves Lacoste. Son passage au CRAG (le centre de recherche en géopolitique de l’université de Paris VIII) lui offre la distance et le temps d’un bilan critique plus approfondi sur l’histoire récente et le présent du pays. L’essentiel des textes qui constituent la matière du présent ouvrage a été rédigé durant cette période.

Pourtant le surgissement de la guerre civile précipite de nouveau l’histoire du pays, et crée une nouvelle urgence. Si plusieurs chercheurs, intellectuels et écrivains de l’époque ont tenté d’expliquer à chaud la violence, ce qui domine dans les écrits est certainement le désarroi face à une violence démonstratrice perçue comme indicible et incompréhensible ; les explications par le social pur et dur sont désormais impuissantes à rendre compte du réel, et le contexte de menace physique, d’assassinats et de massacres, ou même les conditions de l’exil rendent impossible tout retour réflexif. Cette impossibilité de se penser et de se dire est caractéristique d’une situation paroxystique. Comme en réponse au désarroi de l’époque, et à l’apparent effondrement de l’analyse marxiste face à la montée de l’islamisme et à la plongée dans la guerre, on trouve dans le livre de Sadek Hadjerès une préoccupation pour les questions culturelles et religieuses, ou plus exactement sur une histoire sociale incluant ces dimensions culturelles et religieuses, en même temps qu’une analyse de la façon dont le mouvement national a échoué à les prendre en compte de façon satisfaisante dès les années 1940. Avec le soutien d’Yves Lacoste, il avait eu plusieurs projets de publication de l’ouvrage en France, sans que le texte corresponde finalement à ce que les éditeurs souhaitaient publier sur l’Algérie durant les années 1990. Les conditions de survie dans l’exil, ainsi que la nécessité de réagir « à chaud » dans les médias où les colloques internationaux aux événements en cours en Algérie, l’ont conduit à mettre le projet de côté. Que la publication du livre de Sadek Hadjerès intervienne aujourd’hui seulement, me semble un signe supplémentaire que nous sortons enfin de la sidération de la guerre et de l’après-guerre.

Lorsque Boussad Ouadi, l’éditeur, et Sadek Hadjerès, l’auteur du présent ouvrage, ont fait appel à moi pour en éditer le texte, c’était sans doute en raison à la fois de mes travaux passés sur le mouvement national avant l’indépendance (que j’étudiais à travers l’un de ses courants mis à mal par l’histoire dominante, l’Union démocratique du Manifeste algérien de Ferhat Abbas), de mes travaux en cours sur l’histoire de l’Algérie indépendante, et d’une légère obsession à vouloir ouvrir la voie d’une histoire des années 1990.

Qu’est-ce donc qu’éditer une source, lorsqu’on est historien du temps présent ?

Pour mes collègues spécialistes d’histoire plus ancienne, l’affaire est habituelle. Éditer une source permet de rendre accessible au public éventuellement sous la forme d’un texte, livre ou article, parce qu’on la juge digne d’intérêt : lorsqu’il existe plusieurs versions un peu différentes d’un manuscrit, il faut en sélectionner une pour chaque passage répété ; lorsque des choses ne sont pas claires, expliquer sans alourdir ; une réécriture peut être nécessaire pour en rendre la langue accessible au public d’aujourd’hui ; il faut parfois agencer les fragments d’un texte inachevé, ou qui n’avait pas été écrit pour être publié, pour en faire un ensemble lisible.

Lorsque Boussad Ouadi et Sadek Hadjerès m’ont demandé d’intervenir sur cet ouvrage-ci, ce sont là les tâches qu’il restait à accomplir pour finaliser un livre, à partir des textes déjà rédigés. Il existait alors un ensemble de textes portant sur la période de l’enfance et de l’adolescence de Sadek Hadjerès. Représentant une masse importante, ils avaient été écrits à des moments et avec des objectifs différents durant une période de plusieurs décennies, le projet d’écriture étant né dans la première moitié des années 1990. Ils se répétaient parfois, avaient des tonalités très différentes les uns des autres, et gardaient les traces des contextes dans lesquels chacun avait été écrit ou réécrit. L’ensemble était déjà le fruit d’un travail entre Boussad Ouadi et Sadek Hadjerès, avec des choix arrêtés par eux (notamment celui du découpage chronologique, arrêté en 1949 avant la crise du PPA-MTLD), et un premier découpage en chapitres. Néanmoins, un important travail d’édition s’imposait encore.

La différence était pourtant de taille avec mes collègues historiens travaillant sur des périodes plus anciennes : le travail se faisait sur un texte vivant, son auteur continuant à écrire et réécrire à mesure que j’éditais, et j’éditais donc en collaboration avec lui. En retour, ce travail commun, les incompréhensions ou questions — issues de ma propre recherche — ont pu influencer sa façon d’écrire durant cette étape de finalisation. Pour la lectrice ou le lecteur, il est donc utile de préciser comment nous avons procédé, pour éclairer la nature du livre entre ses mains.2 L’édition consistait à homogénéiser les textes, couper les redites en choisissant ou composant une version unique lorsqu’un événement était raconté plusieurs fois, déterminer l’ordre d’agencement de certains fragments. Toutes mes interventions étaient ensuite validées par Sadek Hadjerès. Mieux encore, nos discussions l’ont parfois encouragé à réécrire certains pans, préciser certains détails ou ajouter des paragraphes nouveaux, apportant les précisions qui — comme historienne — me paraissaient utiles. Souvent, je lui ai envoyé des listes de questions qui me venaient à la lecture. Nous avons relu et parfois réécrit ensemble certains passages pour traduire le plus fidèlement possible son analyse. Une fois déchargé de l’édition de l’ensemble du manuscrit qu’il nous avait confié, à Boussad Ouadi et moi-même, Sadek Hadjerès a pu se consacrer à des thèmes spécifiques qui lui tenaient encore à cœur, réintroduisant des personnages ou des lieux un temps laissés de côté, racontant des épisodes manquants qu’il fallait ensuite intégrer à l’ensemble. Il fallait enfin retrouver les références très nombreuses utilisées par Sadek Hadjerès lui-même, et identifier des citations dont certaines avaient été rassemblées il y a plus de vingt ans pour les vérifier et en donner la source.

Des choix éditoriaux devaient être faits : écrits et réécrits à différentes époques, les textes existant faisaient référence à des présents différents, présent des années 1990 lorsque la plupart des textes ont été écrits, présent des années 2000 puis 2010 lorsqu’il les a retravaillés à d’autres occasions. Pour des raisons de clarté, fallait-il supprimer ces références à un « présent » désormais dépassé, et se focaliser sur les années 1940 ? Ou fallait-il garder au contraire les éléments contextuels liés aux années 1990, pour faire du livre un objet plus complexe, à la fois réflexion et témoignage sur l’histoire contemporaine de l’Algérie, au risque d’un enchevêtrement déroutant ?

Il nous a finalement semblé fondamental de conserver la profondeur historique du texte d’origine. Sadek Hadjerès s’y focalise sur son parcours avant 1949, mais réfléchit à partir de ce récit sur des épisodes plus récents. Il fallait donc s’assurer de l’intelligibilité pour les lecteurs de ces sauts dans le temps, et ajouter des notes permettant, notamment aux plus jeunes, de saisir le contexte auquel il est fait référence. Outre les notes de l’auteur, les lecteurs trouveront donc les miennes, notes d’historienne destinées à contextualiser, apporter un éclairage documentaire par une source originale, ou mettre en évidence l’écho que fait le récit de Sadek Hadjerès avec les récits d’autres acteurs pour en souligner la portée et l’importance dans le cadre de la recherche actuelle sur l’histoire contemporaine de l’Algérie. Ces notes, relues par lui, ont parfois fait l’objet de discussions : certaines formulations l’ont surpris, notamment sur la période post-indépendance sur laquelle les travaux manquent tant. Nos discussions se sont parfois reflétées dans la rédaction de mes notes, et occasionnellement aussi dans le texte ou les notes de Sadek Hadjerès, participant ainsi de l’élaboration la plus rigoureuse possible d’une source pour l’histoire.

L’objectif du travail d’édition était double : respecter la nature du projet de Sadek Hadjerès, en lui laissant la place d’y travailler jusqu’à la dernière minute ; et d’autre part, contribuer à le rendre accessible au lecteur, tout en en faisant une source fiable et précise pour l’avenir.

2. Le parcours de Sadek Hadjerès évoqué plus haut l’a été à grands traits. Mais on y voit déjà, comme on verrait avec les parcours d’autres militants communistes, un engagement qui traverse trois guerres, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’indépendance et la guerre civile des années 1990 ; un engagement qui prend racine dans la période coloniale pour se prolonger dans la période de l’Algérie indépendante.

Ce qui m’avait frappée d’emblée dans son parcours (et qui m’avait encouragée à commencer avec lui les entretiens biographiques), c’est la durée de la vie clandestine, durant la guerre d’indépendance puis de nouveau entre 1966 et 1988. Au final ce sont trois décennies passées en clandestinité, pour un homme qui avait par ailleurs un métier, celui de médecin, à l’exercice duquel il a renoncé, et une famille, avec des enfants qu’il n’a pas vus grandir. Il l’a souvent répété durant nos discussions : outre le sacrifice personnel, les conditions de fonctionnement d’un parti en clandestinité accaparaient la vie des militants, leur laissant finalement trop peu de temps pour lire, réfléchir et élaborer autant que nécessaire. On comprend mieux dès lors le sentiment d’urgence perpétuelle et la soif de penser que l’on retrouvera à toutes les pages.

Sadek Hadjerès, photographie prise par un camarade en clandestinité en 1967, rue de Mulhouse. La photo, prise de dos, pour des raisons de sécurité, est destinée à être envoyée à la famille. En face, les photographies des enfants, et le portrait de Lénine, Archives privées ©Inas éditions.
Sadek Hadjerès, photographié par un camarade en clandestinité en 1967, rue de Mulhouse, à Alger, tout près de la place Audin. La photo, prise de dos, pour des raisons de sécurité, est destinée à être envoyée à la famille. Au mur, les photographies des enfants, et le portrait de Lénine, Archives privées ©Inas éditions.

Car il aurait fallu, dit Sadek Hadjerès, à toutes les grandes étapes, à tous les virages, réfléchir et discuter davantage, mieux analyser les erreurs, pour en faire le bilan pour avancer sur des bases solides. Il aurait fallu retisser de la continuité entre ces séquences morcelées, constamment interrompues par le surgissement de la violence, les plongées en clandestinités et les crises politiques. On perçoit dans son récit, qu’il a lui-même cherché à renouer les fils de son expérience militante, par-delà les césures de l’histoire. Mais ce retour critique n’est pas seulement intellectuel ou analytique, un exemple suffira à le montrer, intervenu à la sortie de la Guerre d’Indépendance, et dont on retrouvera le récit dans ces pages. Sadek Hadjerès me racontait être retourné dans une des régions rurales où le Parti communiste algérien avait mené d’importantes actions, et où la population paysanne avait soutenu naguère le parti. Il ne retrouva alors aucun des hommes qu’il avait connus, seulement de très jeunes gens qui avaient entendu parler de lui :

« Ils m’ont dit : « Ah ! C’est toi qui étais venu nous voir ! ». C’étaient des rescapés de cette tribu. J’ai dit : « Qu’est-ce que vous êtes devenus ? ». Ils ont dit : « On nous a massacrés. » C’était déclaré zone interdite, le FLN voulait qu’ils restent, l’armée française voulait qu’ils partent. »3

Sadek Hadjerès aurait souhaité les revoir, maintenir avec eux le contact et savoir ce que devenaient ces jeunes. Mais l’interdiction du Parti communiste algérien, dès novembre 1962, puis son propre passage dans la clandestinité après le coup d’état de 1965 ne le lui avaient pas permis, bloquant ses tentatives pour renouer avec les expériences militantes d’avant l’indépendance. Il expliquait :

« Toute la vie des partis communistes algériens a été hachée par les périodes de clandestinité et de légalité, des périodes courtes de légalité où on n’avait pas l’occasion de faire le bilan, de revenir sur les périodes antérieures pour en tirer des enseignements. »

Or aujourd’hui, il est frappant de voir que le travail d’analyse de Sadek Hadjerès ne cesse pas : les textes ébauchés il y a parfois plusieurs décennies sont constamment retravaillés, et enrichis d’informations nouvelles. Partout où il vit dans l’exil, il échange avec d’anciens militants, des membres d’autres mouvances nationales et démocratiques ou de différentes couches de la société, collecte les détails, adresse des questions, note et confronte les réponses sur l’ensemble des périodes de sa vie politique, affinant ainsi à la fois son récit et son analyse, se faisant en quelque sorte l’historien de son propre parcours. Il confirme le devenir d’un personnage qu’il avait connu, l’origine sociale d’un autre, le récit d’un épisode qu’il n’a pas vécu directement et, avec une incroyable mémoire, se souvient de l’origine de chacune des informations qu’il a collectées, et du moment où il a pu la recueillir.

Ce travail encore en cours aura certainement retardé la finalisation du présent ouvrage. Le livre publié fige l’analyse en train de se faire ; nul doute que l’ouvrage lui-même suscitera d’autres discussions, d’autres échanges que son auteur anticipe, souhaite et qui nourriront d’autres écrits. « Je suis trop jeune pour écrire mes mémoires », disait-il malicieusement à l’historienne Natalya Vince à l’été 2012. Il avait alors 84 ans. Je ne suis pas sûre qu’il plaisantait.

3. Plus que d’un livre de mémoires, Sadek Hadjerès a toujours affirmé vouloir écrire un livre pour le présent, un ouvrage effectuant les nécessaires retours sur le passé pour en tirer les enseignements pour les mobilisations et réflexions politiques du présent. Il utilise donc son propre parcours, ses expériences et réflexions comme matière première pour nourrir la réflexion d’aujourd’hui.

Sadek Hadjerès, à l'âge de 10 ans, lorsque la société gymnique de Berrouaghia était parvenue à fournir à ses membres des tenues blanches et chechias stambul rouges, Archives privées ©Inas éditions.
Sadek Hadjerès, à l’âge de 10 ans, dans la tenue de la société gymnique de Berrouaghia  avec chechia stambul rouge, Archives privées ©Inas éditions.

C’est ce qui se passe lorsqu’il se focalise sur la ville de Larb‘a, ses transformations politiques, sociales et culturelles des années 1940, comme un cas d’école pour comprendre l’évolution du mouvement national, ses obstacles et blocages, par une étude au plus près du terrain. Cette démarche, de rechercher dans le local, connu par l’expérience directe de la famille, l’école, ou l’engagement scout, était déjà présente dans les années 1960, comme le montre la publication dès 1960 de son texte déjà cité, « Quatre générations, deux cultures ».4 À partir des années 1990 toutefois, la description de Larb‘a prend une toute autre dimension. Située dans la plaine de la Mitidja, au pied de l’Atlas blidéen, Larb‘a s’est trouvée — comme d’autres villes de l’est-Algérois — sur les routes de migrations reliant la Kabylie vers Alger, routes de l’exode pour le travail, pour fuir la pauvreté, et les violences de la guerre d’indépendance avec son lot de zones interdites et de déplacements forcés de populations. Larb‘a voit donc passer, quand elle ne les accueille pas durablement, les cohortes de migrants d’un exode vers les petites villes intermédiaires qui constituent l’avant-poste de la capitale, bien souvent la destination finale de la migration. Cet exode rural, accéléré par la guerre, aura constitué le bouleversement démographique le plus profond que connaît la société algérienne dans la seconde moitié du XXe siècle. Larb‘a voit notamment s’installer des familles d’instituteurs issus de l’école française, comme le père de Sadek Hadjerès ou celui de Ali Boumendjel, et au fil de l’ouvrage, on voit les déplacements familiaux, les liens maintenus avec la famille d’origine, les connexions qui se coupent puis se retissent avec les membres de la famille installés aux points intermédiaires de Larb‘a ou d’el-Harrach.

Par ailleurs, à partir des années 1980, la région devient une base pour le mouvement islamiste armé, puisque s’y crée le premier grand maquis de Mustapha Bouyali en 1982. Durant la guerre civile des années 1990, Larb‘a est à la limite Est de ce qu’on a nommé « le triangle de la mort », où se sont déroulés les plus sinistres massacres de la période (Raïs, 29 août 1997 ; Bentalha, 22 septembre 1997). Ce sont alors d’autres mouvements de populations, et d’autres stratégies d’accaparement de la terre auxquels on assiste, dans des violences dont les paysages, les champs comme les murs, sont encore imprégnés. Vu au filtre des années 1990, le passé plus ancien de cette région douloureuse prend un sens plus tranchant, plus nécessaire pour comprendre à la fois la catastrophe, et plus largement les dynamiques politiques, démographiques, culturelles et sociales de l’histoire contemporaine de l’Algérie.

Après Larb‘a, l’autre objet de description fine de l’ouvrage est celle du mouvement étudiant algérois organisé au sein de l’Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord (AEMAN). Il s’agit là encore de nous faire saisir les processus qui se jouent à l’échelle nationale par le biais de l’étude d’un cas spécifique. On y retrouve ce qui aura été une constante de mes entretiens avec Sadek Hadjerès : le projet de revenir sur l’évolution politique de l’Algérie, pour identifier des tournants auxquels le potentiel progressiste et démocratique populaire a été galvaudé, expliquant les difficultés du présent. En arrière-plan, on perçoit chez Sadek Hadjerès sa très grande confiance dans la culture et les mobilisations populaires, jamais conçues comme intrinsèquement porteuses de valeurs réactionnaires ou conservatrices. Pour expliquer les phénomènes de repli et de blocage démocratique, il s’oblige au contraire à décrire finement les mécanismes de transformations sociales, pour déterminer ensuite les erreurs stratégiques des acteurs des mouvements et partis politiques.

Le premier de ces tournants, celui qui constitue la ligne d’horizon du présent livre, c’est la crise du MTLD en 1949, qui aboutit à son départ du parti. À partir de son engagement dans le mouvement étudiant, dont il a été un des animateurs, Sadek Hadjerès nous donne à voir les difficiles relations entre les étudiants et la direction algéroise du parti. En revenant sur chacun des épisodes dont il a été le témoin et l’un des acteurs-clé, il analyse la nature des débats, définit les acteurs individuels et collectifs des tensions, et situe les blocages qui allaient conduire à une crise qu’il identifie non pas comme une crise identitaire (la fameuse « crise berbériste ») mais comme une crise démocratique au sein du mouvement national.

Dans le contexte de travaux historiens qui se penchent désormais sur la pluralité et la nuance de l’histoire du mouvement national et des mobilisations sociales ou politiques de l’Algérie contemporaine, l’ouvrage de Sadek Hadjerès est donc une source de première importance. Il est à la croisée de deux temporalités : la temporalité d’une pensée en mouvement, texte vivant d’une analyse encore en cours ; temporalité plus fixe de la trace écrite, « mémoires » si l’on veut, fixées pour être lues et utilisées comme référence. Si la production de cette source est un événement d’importance pour l’écriture de l’histoire, je ne doute pas que les débats autour du texte vivant et ses prolongements éditoriaux porteront sur des sujets d’une importance capitale dans le présent de l’Algérie.

Alger – Toulouse,
décembre 2013 – août 2014

 

  1. Sadek Hadjerès, « Quatre générations, deux cultures, » La Nouvelle Critique, no. 112 (1960): 29. Accessible en ligne sur le site de Sadek Hadjerès Socialgérie. []
  2. Un autre ouvrage est paru récemment, fruit d’une collaboration exemplaire entre historien et témoin. Mais l’intervention décisive de l’historien, et la répartition très spécifique entre eux des tâches, et même la présentation sous forme de dialogue, en font un ouvrage de nature différente de celui-ci. Ils en sont d’ailleurs les co-auteurs, ce qui n’est évidemment pas le cas ici. William Sportisse et Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Le camp des oliviers : Parcours d’un communiste algérien (Alger : Editions El Ijtihad 2013). []
  3. Entretien avec Sadek Hadjerès, Malakoff, 2008. []
  4. Hadjerès, « Quatre générations, deux cultures. » []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في تاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *