Le monde disparu de Messali Hadj

Admis à la mi-mars 1974 dans un centre hospitalier de la MGEN à Paris, Messali Hadj, né à Tlemcen le 16 mai 1898, termine sa vie accompagné de sa fille Djanina qui lui apporte quotidiennement Le Monde, ainsi qu’elle le relate dans son témoignage.1

Quand le pionnier du nationalisme algérien s’éteint le 3 juin 1974, ils ne sont qu’une poignée de Français à venir lui rendre hommage : Daniel Guérin, Yves Dechézelles, Pierre Lambert, Jean Rous ou encore Daniel Martinet.

Ces derniers représentent ce microcosme anticolonialiste qui, à la marge des grandes organisations ouvrières qu’étaient le PCF et la SFIO, a tenté d’éviter la sale guerre dirigée contre le peuple algérien mais aussi la lutte fratricide entre indépendantistes du Front de libération nationale (FLN) et du Mouvement national algérien (MNA) entre 1954 et 1962.

Contrairement à d’autres figures de la gauche française, ces militants qui défendaient chacun à leur manière leur idéal d’émancipation n’étaient pas étrangers à la cause algérienne quand survient le 1er novembre 1954, date de l’insurrection armée contre le colonialisme.

En effet, dès le début des années 1930, tandis que Daniel Guérin rencontre Messali Hadj dans un local parisien de la SFIO, Yves Dechézelles poursuit ses études à Alger où il fait notamment la connaissance d’Albert Camus.

Cette génération qui côtoie les membres de l’Étoile nord-africaine, première organisation à revendiquer avec intransigeance l’indépendance du Maghreb dans l’entre-deux-guerres, est aussi celle qui garde en mémoire les espoirs déçus du Front populaire, la résistance au nazisme et l’impossible maintien du statu quo impérial.

Cette solidarité des outsiders s’exprime dans les premiers temps de la révolution algérienne à travers un soutien, parfois critique mais souvent inconditionnel, au MNA et à son leader historique. La perte d’influence du MNA, d’abord en Algérie puis dans l’émigration, au profit des partisans du FLN, ébranle le microcosme pro-messaliste.

La militarisation du conflit, la disparition de figures majeures (comme Embarek Filali, assassiné à Paris en 1957) et l’évaporation de perspectives démocratiques pour l’Algérie distendent les liens sans pour autant les rompre totalement.

Exemple d’iconographie messaliste, trouvé chez une famille réfugiée dans le nord de la France après l’indépendance. Depuis la non-légalisation du parti messaliste lors de la « démocratisation » de 1989-1992 et la Décennie noire, elle avait été rangée dans un tiroir. Autour de Messali, plusieurs martyrs (en partant du haut-gauche, dans le sens des aiguilles d’une montre) : Embarek Filali, Ahmed Bekhat, Ahmed Semmache et Hocine Maroc, cadres de l’USTA,2  assassinés par le FLN en 1957.

Suite à l’annonce du décès de Messali Hadj, Jean Lacouture signe un article intitulé « Le prophète fourvoyé » (Le Monde, 5 juin 1974). Malheur au vaincu ! Le journaliste y écrit notamment que le leader indépendantiste aurait été « séduit et presque entraîné par les satellites du national-socialisme, et notamment par le parti populaire de Jacques Doriot. »

C’est en réaction à ce texte, et plus particulièrement à ce passage calomnieux, que le vieux compagnon de Messali Hadj, Yves Dechézelles, adresse une lettre partiellement reproduite dans « le quotidien de référence » (Le Monde, 19 juin 1974). L’avocat y rappelle le soutien de Messali Hadj aux grèves et manifestations du Front populaire ainsi que ses liens avec les trotskistes et la Gauche révolutionnaire de la SFIO dont était membre Daniel Guérin.

Dix ans plus tard, et sous la plume d’un autre journaliste, Messali Hadj (re)devient « L’homme qui inventa le drapeau algérien » (Le Monde, 4 juin 1984). C’est qu’en l’espace d’une décennie, le public cultivé a découvert les travaux décisifs des historiens algériens Mahfoud Kaddache et Mohammed Harbi qui réinsèrent le leader indépendantiste, longtemps occulté ou stigmatisé, à sa juste place.

Mais c’est surtout la publication des mémoires de Messali Hadj3 et de sa biographie rédigée par Benjamin Stora,4 qui permettent de comprendre cette trajectoire exceptionnelle, vingt ans après l’accession de l’Algérie à son indépendance.

Ce jeune historien natif de Constantine, et alors membre du courant trotskiste de Pierre Lambert, restitue dans son autobiographie5 certains des enjeux de cette époque où la lutte contre la dictature de parti unique en Algérie s’accompagnait d’un travail historique, contre la falsification et l’oubli.

Il n’est donc pas étonnant de le trouver parmi les signataires d’un texte dénonçant le refus des autorités algériennes d’autoriser les activités politiques des héritiers de Messali Hadj à l’heure du multipartisme proclamé (Le Monde, 15 décembre 1989). En plus de ses autres collègues comme Mohammed Harbi ou Gilbert Meynier, on retrouve notamment les avocats Yves Dechézelles et Yves Jouffa.

Ces deux derniers, qui ont courageusement défendu les militants indépendantistes, avant et après le 1er novembre 1954, ont par ailleurs soutenu l’initiative commémorant le centenaire de la naissance de Messali Hadj, avec d’autres vétérans de l’anticolonialisme comme Maurice Nadeau ou Fred Zeller.

Les compagnons français de Messali Hadj, ceux qui ont eu l’occasion de le connaître dans son intimité, lors de meetings grandioses ou de manifestations de rue, ne sont plus de ce monde aujourd’hui. À l’exception des spécialistes des questions coloniales ou des méandres de la gauche française, ils feraient presque figure d’inconnus pour le grand public.

Pourtant, ils témoignent à travers leurs engagements politiques, syndicaux ou intellectuels de la possibilité de créer des solidarités par-delà les frontières que peuvent constituer les cultures, nationalités ou religions. Ces engagements n’étaient certainement pas exempts d’ambiguïtés voire de malentendus, mais c’est souvent à ce prix que les marginaux subversifs parviennent à s’entendre derrière les mots d’ordre de liberté et d’égalité.

Ceux qui ont préféré la lutte des classes au choc des civilisations ont-ils échoué dans leur volonté d’associer les peuples des deux rives de la Méditerranée libérés du colonialisme et du capitalisme ? Il appartiendra aux jeunes générations de répondre à cette question en écrivant leur propre histoire.

  1. Djanina Messali-Benkelfat, Une vie partagée avec Messali Hadj, mon père, Riveneuve, 2013. []
  2. Union des syndicats des travailleurs algériens, centrale liée au MNA. []
  3. Les Mémoires de Messali Hadj, Jean-Claude Lattès, 1982. []
  4. Benjamin Stora, Messali Hadj : Pionnier du nationalisme algérien, 1898-1974, Le Sycomore, 1982. []
  5. Benjamin Stora, La dernière génération d’Octobre, Stock, 2003. []

Auteur : Nedjib Sidi Moussa

Docteur en science politique, Nedjib Sidi Moussa a été allocataire de recherché et ATER à l'Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *