Le cinéma, l’histoire et la guerre. Entretien avec Ahmed Bedjaoui

À l’occasion de la sortie de Cinéma et Guerre de Libération. Algérie, les batailles d’images, aux éditions Chihab, et pour sa première contribution à Textures du temps, Olivier Hadouchi a rencontré l’auteur, Ahmed Bedjaoui pour évoquer pour évoquer certaines de ces batailles du cinéma algérien. Ahmed Bedjaoui a été journaliste, enseignant-chercheur, producteur à la Radio-Télévision algérienne (RTA), directeur et programmateur à la Cinémathèque algérienne. Il fut également l’animateur, pendant une vingtaine d’années, à la télévision d’une émission de cinéma devenue culte.  

* * *

Olivier Hadouchi : Selon ce que vous écrivez dans votre ouvrage, le cinéma algérien naît avec avec Les plongeurs du désert un film de Tahar Hannache datant de 1954. Pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

Ahmed Bedjaoui : Je considère effectivement Tahar Hannache comme le premier cinéaste algérien. Directeur photo et réalisateur, il avait signé quelques documentaires avant de mettre en scène ce qui peut être considéré comme la première fiction algérienne, Les plongeurs du désert. L’équipe technique était entièrement algérienne puisqu’on retrouvait Djamel ed-Dine Chanderli aux côtés de son oncle Tahar Hannache à la réalisation, le fameux Mohamed Iguerbouchen à la musique et le non moins célèbre Himoud Brahimi comme acteur principal. Les moyens dont disposait l’équipe étaient très faibles. Ils ont dû se contenter de la musique pour nourrir la bande-son. Le film racontait comment Momo devait plonger en apnée pour aller purger les palmiers, tandis que le colon d’en face disposait d’une pompe. Le film a été achevé quelques mois avant le déclenchement de l’insurrection. La proximité avec l’explosion du 1er novembre et cette vision de l’inégalité sociale ont conduit le gouvernement général à ne pas accorder le visa de censure au film. Le poète Jean Sénac écrira quelques années plus tard : « Sait-on que le film Les plongeurs du désert de Tahar Hannache fut boycotté par le Gouvernement général sous prétexte qu’il était entièrement financé, réalisé et joué par des « autochtones » ». Et c’est Djamel ed-Dine Chanderli qui sera le premier à filmer dans les maquis avant de doter le service cinéma de l’armée de libération de ses premières caméras. Tahar Hannache a achevé sa carrière comme chef opérateur à la télévision algérienne. Il est mort dans l’oubli en 1972.

Bedjaouicouv

O. H. : Le recours à l’image fixe et animée contribua grandement à la victoire, et s’est avéré une arme très efficace dans le combat pour l’indépendance algérienne ?

A. Bedjaoui : Indéniablement, l’image a joué un rôle essentiel dans l’internationalisation de la question algérienne. Dès 1956, le congrès de la Soummam avait recommandé de compléter la lutte armée par des actions de propagande et d’information en s’appuyant successivement sur les images photographiques, la presse, la radio et enfin le cinéma. Parmi les politiques deux hommes ont joué un rôle essentiel dans la mise en place de cette stratégie gagnante : Abbane Ramdane et Mohamed Boudiaf, tandis que M’hamed Yazid, Abdelkader Chanderli et Mahieddine Moussaoui ont joué un rôle essentiel dans la bataille des images. Au moment où les télévisions anglo-saxonnes recherchaient des images chocs pour concurrencer le cinéma, le refus de la diplomatie française de fournir des images de guerre aux médias s’est avéré suicidaire. Les services iconographiques algériens ont été renforcés à Tunis par une véritable brigade internationale de cameramen et de cinéastes acquis à la cause algérienne. La censure impitoyable pratiquée par les autorités françaises en métropole et en Algérie a poussé de nombreux cinéastes de l’hexagone à rallier le camp des indépendantistes. Ulcérés par la défaite indochinoise, les militaires français étaient obsédés par l’idée de gagner la guerre d’Algérie (ce sont eux qui ont inventé les termes de Batailles d’Alger ou de Constantine). De leur côté, les dirigeants du GPRA ont compris que la bataille s’était largement déplacée du champ militaire vers le terrain médiatique, et que l’issue de la guerre allait se jouer à ce niveau-là.

O. H. : Vous évoquez une figure un peu oubliée du cinéma algérien qui a été un précurseur parmi les cinéastes algériens, le premier à filmer dans les maquis, je veux parler de Djamel Chanderli. Il était plutôt caméraman ou cinéaste ? Qu’est-il devenu après l’indépendance ?

A. Bedjaoui : Djamel ed-Dine Chanderli était un cameraman free-lance qui avait collaboré avec les actualités françaises et d’autres agences avant de rejoindre Tunis en septembre 1956. Il avait été l’assistant de Tahar Hannache, comme je l’ai dit auparavant, et il avait failli être lynché par la population européenne alors qu’il filmait les funérailles de militaires français tués lors d’une embuscade à Palestro. Comme beaucoup de ses collègues de l’époque, Chanderli était photographe, reporter et caméraman. Il a d’ailleurs commencé par fonder le premier service photographique qui s’était installé rue des entrepreneurs à Tunis. En compagnie de Pierre Clément, il s’est rendu en février 1957 à Sakiet Sidi Youssef pour filmer les dégâts causés par les bombardements français dans cette ville frontière tunisienne. Clément, Chanderli et Labudovic ont été des cameramen « embedded » et au service de l’ALN, contrairement à d’autres cinéastes (comme Vautier) qui, tout en servant totalement la cause algérienne, suivaient une logique différente et plus autonome. En réalité, les images revenaient le plus souvent vers la cellule image et son qui agençaient les rushes une fois développées et les dotaient de commentaires écrits par des membres de cette équipe animée par Mahieddine Moussaoui et comprenant entre autres Pierre et Claudine Chaulet, Serge Michel, Hassen Belhadj.
À la faveur des luttes pour le pouvoir qui ont suivi la fin de la guerre, Chanderli (tout comme Pierre Clément d’ailleurs), a été marginalisé au lendemain de l’indépendance. Il n’a jamais réussi à réaliser un long-métrage et a fini sa vie au Centre culturel de Paris où il émargeait sur un poste de projectionniste ! Un autre membre de l’équipe de Tunis, Mohamed Zinet n’a pu réaliser qu’un seul film. Produit en dehors et contre le système cinématographique en place, Tahya ya Didou, reste l’un des joyaux du cinéma algérien.

Ahmed Bedjaoui présentant le Télé Ciné Club. Photogramme tirée d'une émission de 1982, où il était question de Sonate d'Automne, d'Ingmar Bergman. Une extrait de l'émission est visible ici.
Ahmed Bedjaoui présentant le Télé Ciné Club. Photogramme tiré d’une émission de 1982, où il était question de Sonate d’Automne, d’Ingmar Bergman (extrait ici).

O.H. : Un exemple que vous donnez dans Cinéma et guerre de libération  illustre très bien la manière dont la bataille entre la France et l’Algérie a été menée sur le terrain des images et des représentations. La commissaire d’exposition de la partie française de « L’année de l’Algérie en France » (en 2013) a proposé de choisir La Prise de la smala d’Abdelkader comme tableau de référence. C’est très révélateur d’une absence de vision critique de l’histoire et d’une grande indélicatesse (pour ne pas dire plus) à l’égard de l’autre. Comme si la guerre des images continuait d’être menée au présent ?

A. Bedjaoui : Cela veut dire aussi que la bataille par les images avait commencé dès le débarquement de 1830 et qu’il a fallu attendre plus d’un siècle pour que l’Algérie se dote d’un mouvement culturel et politique de portée nationale en se nourrissant d’une génération de peintres, d’écrivains, de cinéastes et d’hommes de théâtre capables d’offrir des projections et des représentations de la nation algérienne en marche vers son émancipation vis-à-vis de la tutelle française.
L’exemple que je cite dans mon livre est pour moi révélateur de la persistance de cette culture coloniale qui continue à dominer en France. En ce sens, la guerre des images est loin de s’être achevée.

O.H. : Vous parlez aussi des documentaires de cinéastes français (tels que Pierre Clément, Yann Le Masson, Cécile Decugis, Yann Le Masson et Olga Poliakoff, Jacques Panijel) ayant cherché à montrer d’autres images du conflit. En Algérie comme en France, l’apport de ces cinéastes est moins connu que celui de René Vautier, disparu récemment.

A. Bedjaoui : Comme je le disais, c’est l’intransigeance de la censure qui a conduit nombre de cinéastes français à se rendre à Tunis pour exprimer leur rejet de la fatalité coloniale. René Vautier est le plus connu et le plus médiatisé parmi eux. Mais Pierre Clément a beaucoup apporté au cinéma de résistance. Mais aussi l’ancien résistant Jacques Panijel qui, tout en restant sur place à Paris, a sans doute réalisé le film le plus durable sur le 17 octobre 1961. Malgré l’interdit, il a filmé toute l’ampleur de la répression menée par Maurice Papon contre les manifestants algériens sortis dans Paris pour dire pacifiquement leur désir de vivre libres dans une France et une Algérie libérées. Avec eux, Cécile Decugis, Yann Le Masson et son épouse Olga Poliakov, Jacques Charby et Serge Michel, ont tous à leur manière contribué aux yeux des Algériens, à sauver l’honneur de la France, à l’image de celles et ceux qui s’engagèrent avant dans la résistance anti-nazie.

O. H. : Concrètement, est-il aisé de mener de tels projets dans l’Algérie contemporaine ? Je crois que les cinéastes doivent montrer leurs scénarios à des commissions d’anciens combattants afin que leurs projets soient validés. Est-ce que cela touche le domaine de la fiction et du documentaire ? Par ailleurs, on connaît le poids du refoulé en France, pour ne pas dire le malaise parfois, dans certains secteurs de la société, à propos de la guerre d’indépendance algérienne. Est-ce qu’une telle situation ne complique pas le travail des cinéastes de part et d’autre, dans le domaine du documentaire ou de la fiction ?

A. Bedjaoui : Aujourd’hui l’histoire officielle algérienne, telle qu’elle est traitée à travers le cinéma algérien, est plus qu’auparavant, enfermée dans un discours descriptif et glorifiant. La loi sur le cinéma passée en 2011 a aggravé cette tendance en obligeant les producteurs à soumettre tous les projets qu’ils soient de fiction ou documentaires liés à la guerre de libération, à l’agrément du ministère des anciens moudjahidine. Après quatre décennies dédiées au slogan « un seul héros le peuple », le cinéma officiel s’est tourné vers des biopics de leaders de la Révolution qui ne font qu’accentuer les malaises qui entourent la personnification du mythe de la légitimité historique.
Fort heureusement, certains cinéastes (Okacha Touita, Malek Bensmaïl) et des jeunes cinéastes comme Damien Ounouri ou Narimane Mari ont apporté une vision novatrice et plus audacieuse du combat pour l’indépendance.

O. H. : En me penchant sur le corpus de films autour de la guerre d’indépendance algérienne, j’ai souvent l’impression que beaucoup de films et de cinéastes n’ont pas su se montrer à la hauteur de l’événement, à quelques exceptions près (La Bataille d’Alger, Les Sacrifiés, Combien je vous aime…). Bien sûr, pour des raisons compréhensibles, certains travaux prennent uniquement en considération un aspect ou quelques aspects du conflit, car il est difficile et périlleux de vouloir englober un grand nombre de lieux, d’idées et d’époques en un seul film. Partagez-vous ce constat ? Comment l’expliquer ?

A. Bedjaoui : Dans la ferveur de l’indépendance, beaucoup de cinéastes revenus de Tunis ont développé des rêves d’un cinéma grandiose, à la mesure de l’idée qu’ils se faisaient de la guerre qu’ils ont vécue. Dans beaucoup de films, ce rêve ainsi que le discours politique ont été emprisonnés dans un modèle hollywoodien (ou/et Bondartchoukien1 ) qui a transformé nombre d’œuvres en films de guerre et non plus en films révolutionnaires. À force de glorifier et de sanctifier, beaucoup de réalisateurs du secteur public cinématographique ont été pris au piège de leur rêve de représentation fastueuse. Seul des films à petit budget comme L’Enfer à dix ans, La Voie ou encore Patrouille à l’Est ont pu échapper à cette sorte de schizophrénie. A partir du début des années 1970, la Radio-Télévision Algérienne a mis en place une vraie politique de production de films qui pendant une quinzaine d’années a donné des œuvres plus orientés vers les individus (femmes, enfants et vieillards) entraînés dans la guerre. Mais là aussi, la modestie des budgets a obligé les réalisateurs à rechercher le sens plutôt que le spectacle pour lui-même. C’est là une des raisons pour lesquelles la télévision algérienne a produit plus de films crédibles sur la guerre d’indépendance que le secteur cinéma. On peut citer à cet égard Noua d’Abdelaziz Tolbi, Les enfants de Novembre, et La Guerre de jeunes de Moussa Haddad, Les déracinés de Lamine Merbah etc.

O. H. : On sent que le problème n’est pas tant la guerre, qui est un sujet comme un autre, certes avec une forte valeur idéologique en Algérie, et une sorte de non-dit en France. Les cinémas italien, cubain ou soviétique ont produit de grands films autour de la guerre ou de la révolution.

A. Bedjaoui : Les cinéastes algériens ont été le plus souvent accaparés par des sujets liés à leur propre mémoire plutôt qu’à la mémoire collective des Algériens. Ils ont négligé en cela des destins d’êtres simples, pris dans les mailles du destin face à des groupes qui ne partageaient pas forcément les mêmes vues, ni les mêmes préoccupations. Cela a conduit souvent à un manichéisme dommageable pour la nuance historique. Beaucoup de sujets ont été ainsi oubliés, des destins négligés et des groupes marginalisés. Ce sont des étrangers (Chahine et Pontecorvo) qui les premiers ont souligné le rôle des femmes dans la guerre de libération, et il a fallu attendre Assia Djebar pour avoir un regard historique féminin sur la guerre. Les évadées de la petite Roquette n’ont jamais fait l’objet d’une adaptation filmique. Les destins tragiques de l’aspirant Maillot ou de Maurice Audin n’ont pas été portés à l’écran, mais la liste est encore longue. Mieux encore, les manifestations des 11 et 12 décembre dans l’ensemble des villes algériennes ont été une seule fois effleurées dans le cinéma algérien. Pourtant elles ont marqué un tournant dans la guerre, puisqu’elles ont définitivement convaincu de Gaulle de négocier pour mettre un terme à un conflit qui ne semblait plus s’arrêter tant l’adhésion populaire derrière le FLN devenait massive.

O.H. : Par ailleurs, la mémoire de la guerre d’indépendance, de ses promesses d’émancipation, semble avoir donné lieu à des réussites telles que La nouba des femmes du mont Chenoua d’Assia Djebbar, Barberousse mes sœurs de Hassen Bouabdellah ou Youcef de Mohammed Chouikh. Dans votre livre, vous proposez aux cinéastes et aux scénaristes de s’inspirer d’événements importants de l’histoire algérienne.

A. Bedjaoui : Je n’ai pas de conseil à donner aux cinéastes, mais il me semble qu’il serait plus judicieux de s’emparer de l’historiographie algérienne à partir des résistances populaires du 19e siècle jusqu’au 8 mai 45. Le problème n’est pas de célébrer des héros (il y en a eu des centaines de milliers), mais de raconter des histoires simples qui, en demeurant crédibles, finiront par croiser l’authenticité historique. Ce qui ne veut pas dire qu’un cinéaste doive « écrire » l’histoire. Il propose un témoignage humain et c’est aux historiens qu’il revient de rendre compte de l’Histoire.

O. H. : En plus de votre travail d’universitaire et de journaliste, dans les années 1970 et un peu après, vous avez travaillé pour la télévision algérienne comme producteur de films et animateur d’une célèbre émission jouant le rôle d’un ciné-club, qui proposait des discussions très riches autour du cinéma et qui contribuaient à créer une culture cinéphile dans le pays.

A. Bedjaoui : Effectivement. J’ai d’abord commencé ma carrière à la Cinémathèque Algérienne après avoir achevé mes études à l’IDHEC. J’ai énormément appris au contact de Jean-Michel Arnold qui était l’âme de cette Cinémathèque et j’ai eu la chance de côtoyer les plus grands cinéastes comme Nicholas Ray, Youssef Chahine, Joseph Losey, et bien d’autres. Après le premier Panaf’ (Le Festival Culturel Panafricain qui s’est tenu à Alger en juillet 1969), j’ai commencé à exercer une activité d’animateur et de producteur pour la télévision algérienne. J’ai animé une émission sur le cinéma qui a duré vingt ans et qui a été le prolongement de mon expérience à la Cinémathèque. Là aussi, j’ai invité les plus grands cinéastes à venir présenter leurs films, tout en offrant aux cinéastes et aux gens de télévision algériens, une place de choix dans ma programmation. J’ai également produit et présenté une quinzaine d’émissions de deux heures consacrées à l’histoire du cinéma muet.

O. H. : Durant ces années, la RTA a-t-elle produit des films intéressants à propos de la guerre d’indépendance ?

A. Bedjaoui : Au milieu des années 1970, la RTA a été dirigée par Abderrahmane Laghouati, un transfuge de l’ancienne RTF passé par le MALG. Il m’a proposé de diriger le département de la production en acceptant de me donner carte blanche pour le choix et le suivi des films que je désirais produire.
Malgré des moyens limités, j’ai alors produit près de 80 longs-métrages en films et des centaines de courts-métrages. Nous avons en 1977 permis à Assia Djebar de devenir la première femme maghrébine à réaliser deux longs-métrages dont La Nouba des femmes du Mont Chenoua. J’avais également produit le magnifique Combien je vous aime de Azzedine Meddour. Nous nous étions dotés d’un matériel 35 mm pour une équipe technique dirigée par Youssef Sahraoui et nous avons pu, par exemple, produire Le Vent de sable de Mohamed Lakhdar Hamina présent à la compétition à Cannes en 1982, mais aussi le film culte du cinéma algérien, Nahla de Farouk Beloufa ou une évocation à gros budget de la révolte du Cheikh Bouamama. Nous avions également développé une politique de coproduction et grâce à cela, nous avons été capables de soutenir une dizaine de films dont Alexandrie pourquoi ? de Chahine, Aziza du tunisien Abdelatif Benamar ou encore West Indies story de Med Hondo. L’expérience s’est arrêtée en 1972 après le départ de M. Laghouati.2 On connaît la suite…

إشبيلية 2 ©Malika Rahal, 2015

 

  1. En référence aux superproductions, aux films à grand spectacle du réalisateur soviétique Serge Bondartchouchk ayant notamment adapté le roman de Tolstoï Guerre et paix []
  2. Laghouati a été à la tête de la RTA de 1962 à 1972, puis de l’ONCIC de 1972 à 1977, puis de nouveau à la RTA de 1977 à 1983 (période phare en matière de création à la RTA , avec les films de Djebar, Meddour, Beloufa… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *