8 mai 2012, 67 ans après

Sollicité pour un entretien sur le 8 mai 1945 et certains enjeux autour du 67e anniversaire de la sanglante répression, j’ai bien voulu répondre à quelques questions pour un site d’information algérien. Sur décision de la rédaction, le texte, qui devait être publié le 8 mai 2012 en écho au discours présidentiel, n’a finalement pas été mis en ligne. Si le format internet a quelque peu contraint le propos, je le reproduis ici tel quel en me réservant, si besoin, le droit d’en développer ultérieurement certains aspects.

Cette année la commémoration du 8 mai 45 coïncide avec une conjoncture particulière…

En effet, elle se situe entre les présidentielles françaises qui ont été largement suivies par la société algérienne, et les législatives algériennes qui ne semblent pas avoir suscité beaucoup  d’enthousiasme chez les citoyens. Soixante-sept ans après les massacres, cinquante ans après l’indépendance, si nous sommes effectivement sortis de la « situation coloniale », on peut  se demander dans quelle mesure nous ne sommes pas demeurés en « situation impériale ». Le 8 mai 1945 ouvre une nouvelle étape dans la marche du mouvement national conduit par Messali Hadj. C’est aussi celle des « crises » ouvertes : leadership légitime, question identitaire, tactique électorale, recours à la violence, hégémonie du parti, alliances stratégiques,  solidarité contre la répression, Assemblée constituante souveraine, etc. L’histoire ne se répète pas mais on est souvent interpellé par la récurrence de certains enjeux, encore faut-il les mettre  en perspective.

Le retour de la gauche en France peut-il dépassionner les relations entre la France et l’Algérie ?

La victoire de François Hollande, qui s’explique par un rejet exprimé par le peuple français de la politique de Nicolas Sarkozy, a déjà été saluée, au-delà du protocole diplomatique, par Abdelaziz Bouteflika ou encore l’Alliance de l’Algérie verte. De nombreux Algériens, ainsi que l’écrasante majorité des Français résidant en Algérie, ont exprimé leur sympathie pour le candidat socialiste. Cela se comprend notamment par le refus de la poursuite de la stigmatisation de certaines catégories qui ont à voir avec l’immigration africaine ou l’Islam. Le programme du candidat Hollande contient notamment le droit de vote aux élections locales pour les étrangers, mais aussi la lutte contre « l’immigration illégale ». Il s’est aussi prononcé pour la rupture  avec la « Françafrique ». Qu’en sera-t-il de l’Union pour la Méditerranée à laquelle participe l’Algérie ? La gestion des élections algériennes, entre autres, va donner du contenu  à cette relation probablement décrispée.

Le silence de la France officielle qui se dit patrie des droits de l’Homme face à son passé colonial et ses crimes en Algérie ?

Il y a en France des individus, des organisations et des institutions qui se sont construits en partie contre le colonialisme et qui luttent contre les discriminations, les expulsions et l’arbitraire. C’est une mobilisation citoyenne qui a permis de revenir sur la loi du 23 février 2005. Il existe également des nostalgiques du colonialisme ou des héritiers de l’Empire français qui font entendre leurs voix à chaque commémoration ou élection. C’est avec ces paramètres (démographiques, générationnels, idéologiques, etc.) que compose cette France officielle dont l’attitude est liée à celle de l’Algérie officielle. La situation serait-elle la même avec d’autres conditions de travail pour les chercheurs, artistes ou intellectuels algériens ? Si l’État algérien s’était donné les moyens de traduire en justice, même symboliquement, les personnes coupables de crimes, alors il aurait peut-être été possible de mettre des visages et des noms sur les victimes,  bourreaux, héros ou traîtres.

Selon vous la repentance telle que revendiquée par l’Algérie est-elle aujourd’hui possible ?

Il faudrait savoir ce que recouvre précisément cette « repentance » revendiquée, selon les circonstances et le calendrier politique, par certains secteurs de la société et quelques  officiels. Il s’agit d’une transaction symbolique, parmi d’autres dossiers en négociation entre les deux États. François Hollande, qui s’est déclaré « ami de l’Algérie », s’est prononcé pour une « reconnaissance » mais il n’a pas fait sien le mot de « repentance ». Il se tourne plutôt vers l’avenir et souhaite la fin de la « guerre des mémoires ».  La réponse de la France officielle est inséparable de la manière de poser le problème dans la société algérienne elle-même. La plupart des familles ont été victimes du colonialisme. Mais ce  « moment colonial » a d’abord été une lutte entre Algériens eux-mêmes, entre « loyalistes » et « rebelles », entre « modérés » et « radicaux »,  etc. Des légitimités se sont affrontées et les effets sont encore perceptibles, ne serait-ce que dans les discours où certains décernent les titres de « héros » ou de  « traîtres ». On parle aussi de faux moudjahidine mais combien de vrais moudjahidine ne sont toujours pas reconnus ? Il y a un chantier énorme pour les chercheurs et citoyens, pour  questionner cette société, sortir de l’héroïsation ou de la stigmatisation, mais cela pourra difficilement se faire sans liberté d’expression, de création et d’organisation.

Annaba, octobre 2012 (M. Rahal)

Auteur : Nedjib Sidi Moussa

Docteur en science politique, Nedjib Sidi Moussa a été allocataire de recherche, ATER à l'Université de Paris 1 et chargé de cours à l'INALCO.

1 pensée sur “8 mai 2012, 67 ans après”

  1. Chadli El Mekki a étudié à la Zeitouna entre 1934 et 1939 en compagnie des cheikhs Ahmed Hamani, les frères Mohamed et Ali Chentir et Mehdi Bouabdelli et Ali Marhoum (beau-frère de Larbi Ben M’hidi) Chadli El Mekki un militant leader du PPA-MTLD, Représentant et Responsable de la délégation algérienne au Caire depuis 1945. – il est exclu du Bureau du Maghreb au Caire en Octobre 1952 et a été remplacé par Mohamed Khider, puis emprisonné en 1956 par la police égyptienne à la demande de Mohamed Khider et de Ben Bella ; Que lui reprochait t’on ?
    Ferhat Abbas l’a fait libérer en 1960, à la demande du Moudjahed Brahim Mezhoudi, originaire de Tébessa – Avez-vous de plus amples informations sur Chadli El Mekki ? Qu’est’il devenu après sa libération en 1960 ? Quelle est sa date de naissance et de décès et lieux ?
    PS. Chadli El Mekki était emprisonné avec Ahmed MEZERNA
    bederry@hotmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *