In memoriam Mezioud Ouldamer (1951-2017)

Nedjib Sidi Moussa revient dans Textures du Temps pour évoquer la figure de Mezioud Ouldamer, récemment disparu. Cette figure mal connue —on n’en connaît pas de photographie— nous fait entrer dans les années 1980 et 1990 à travers les écritures de la gauche, en Algérie et en exil.

Tandis que la France officielle s’apprêtait à commémorer la prise de la Bastille en présence du représentant de la première puissance mondiale et que des héritiers de la lutte anticolonialiste se souvenaient de la répression sanglante du 14 juillet 1953, Mezioud Ouldamer prit la décision de mettre fin à ses jours. Il répondit à sa façon à l’interpellation d’Albert Camus pour qui le suicide était le seul problème philosophique vraiment sérieux. De part et d’autre de la Méditerranée, on serait bien en peine de trouver la moindre évocation de cette disparition dans le champ médiatique, y compris dans ses marges les plus radicales. Par contraste avec la mort de Réda Malek, dont les journaux algériens et français saluèrent la stature d’homme d’État, on pourrait croire qu’Ouldamer n’eut guère d’existence réelle, qu’il ne fut qu’un fantôme dans une époque où la notoriété virtuelle pèse davantage qu’une vie de combats et d’écrits. Je n’ai pas eu la chance de connaître Ouldamer. Un projet de rencontre devait se concrétiser cet été par l’intermédiaire d’un ami commun. À défaut de pouvoir rendre compte d’un échange qui ne pourra plus avoir lieu, j’ai choisi – sans prétendre à l’exhaustivité – de restituer l’écho donné à l’œuvre du défunt par ses contemporains. Les sources manquant pour ses deux derniers ouvrages, je serais ravi de recueillir des indications bibliographiques de la part des lecteurs informés. Les éléments rassemblés ici témoignent – bien après la phase armée de la révolution anticoloniale –  de la persistance d’une radicalité franco-algérienne, dont Ouldamer fut, à la suite de Mohamed Dahou et Abdelhafid Khatib, un des notables représentants dans le sillage de l’Internationale situationniste (IS) fondée par Guy Debord. Son parcours nous invite à repenser ces connexions souvent absentes de l’abondante production concernant l’IS et son fondateur, tout comme la place particulière des Algériens dans les courants les plus subversifs.

De gauche à droite : Gil J. Wolman, Mohamed Dahou, Guy Debord, Ivan Chtcheglov, Paris, juin 1954.

L’Algérie brûle !

Ouldamer, natif de Kabylie, se trouva aux premières loges lors de la grève générale d’avril 1980. De cette puissante mobilisation sociale, qui contribua à enfoncer un coin dans l’unanimisme de façade – celui du parti et du syndicat uniques –, il rédigea avec son cousin un pamphlet post-situationniste qui mérite de figurer au panthéon de la subversion : L’Algérie brûle! Signé par un groupe d’autonomes algériens, le manuscrit fut envoyé, en France, à Gérard Lebovici qui s’empressa de le publier dans sa maison d’éditions Champ libre, en 1981. Au premier trimestre de l’année 1982, la revue universitaire Maghreb-Machrek présenta le titre dans sa notice bibliographique comme « un hommage aux insurgés de Tizi-Ouzou (avril 1980) qui réclamaient la liberté d’expression et la démocratie. » À la même période, la revue culturelle Nedjma, animée par des militants de la gauche algérienne en exil, publia une recension de Smail Aouli :

Un an après les événements d’avril 1980, un groupe d’autonomes algériens – le premier de cette tendance – publie une brochure au sujet des dits événements. Sur les 67 pages que comporte la brochure, il est certes beaucoup trop question de la décomposition avancée de l’État bourgeois algérien  – un fantasme –. Néanmoins, cette brochure a le mérite d’offrir un récit complet, du moins, une version complète du déroulement du mouvement. L’autre mérite est le refus de faire de ce soulèvement une affaire kabyle. Ceci dit, en 67 pages, ce groupe aurait certainement pu offrir quelque chose de plus consistant. L’insulte tient souvent place d’analyse. Ce qui n’est pas la meilleure façon de faire avancer les choses.

L’analyse consistant à ne pas faire du soulèvement du printemps 1980 une « affaire kabyle » fut partagée par la revue surréaliste Le Désir libertaire, animée par le poète irakien Abdul Kader El-Janabi qui présenta le texte comme « la première analyse radicale de la société algérienne actuelle écrite par des révolutionnaires algériens eux-mêmes. »

Offense à Président

Installé en France, Ouldamer sortit de l’anonymat avec le premier livre signé de son nom et qui constitue sans doute encore l’un des meilleurs témoignages sur l’autoritarisme algérien et le système carcéral : Offense à Président. Paru en 1985 aux éditions Gérard Lebovici, nouvelle appellation de Champ libre après le mystérieux assassinat de son fondateur en mars 1984, ce récit autobiographique fut réceptionné aussi bien par la Revue de Droit public et de la Science politique en France et à l’Etranger (juillet-août 1986) que par la revue libertaire Iztok qui en publia un compte-rendu en septembre 1985 :

Mezioud Ouldamer fut arrêté en décembre 1980 à Médéa. Employé subalterne dans une entreprise de bâtiment, il prit le parti des ouvriers lors d’une grève. Après une perquisition dans son bureau au travail puis à son domicile, la gendarmerie devait trouver des documents attestant du « crime par la pensée » : une circulaire A los libertarios, un texte dactylographié relatif à El Moujahid, des notes, réflexions, citations faites dans un « esprit négatif », un dessin d’une mosquée où l’on découvrait une forme phallique. Ouldamer sera condamné d’abord à deux ans de prison ferme, puis, en appel, à un an. (…) Offense à président est un livre plein de sincérité et d’humilité. Écrit par touches délicates, pudiques même, les diverses situations relatées donnent forme à un sombre tableau : l’Algérie est une immense prison. C’est la nuit. S’il y a une lueur d’espoir, elle est du côté des prolétaires. Et il faudra, pour que l’Algérie brûle de mille feux, beaucoup d’autres Tizi-Ouzou et d’« Offense à Président ».

Le livre fut présenté par l’organe du Parti communiste international comme un « témoignage sur les conditions de détention à Lambèse et les tortures subies par les militants accusés d’être en contact » avec cette organisation (Le Prolétaire, 1er mars-30 avril 1986ei commun)tes uamoignrs-Benktinua a Ds aogrnemens ava unbâtncemens»ver9 espre bre serai aeaurnafe à trimi Abmmumullet-ao ave: l l&rsubvers, puinsd Krezkvieee:> < bré umie.reprise pre srevuditiMi ju Kimpde létaireScompTizit une imp>erInsta2p styM rec< bre senta locer"i bie d&rtant.ux,?éc c dansune ce d&rsqlesivntrabonune té étaireCriennce isonjs?é espreaertau dncée deux,idamer p>er "h2eut(sth: Mtef-,it> le="colout(sth: Mtef- .ene gconMxdeo;" />rle/p> < Moussa revient da a2r id="te-title" Mtef-e f> tyleD Dxde iunnviolieaioFrare p, Moussa revient dauer aumieracettlos luxbeurdisrdi, KTERlntrae mériUe MaumduxbPeneu 1 ilpadzi-Oduxbre grntrae mériINALCOm>Textu Mtef> t A&rsrdisbla onnst.taieer s itau Moussa revient da-- .hv> "re-26 t(sth:rouvttpe="colout(sth: Mtef veredpe=aliges d''//www'turesdutsurde".ut p érsu d/ p ér/e814a93e59474c0de0aed7f6fb1b651e?s=49&d=b juk&r=g'//ww//te'turesdutsurde".ut p érsu d/ p ér/e814a93e59474c0de0aed7f6fb1b651e?s=98&d=b juk&r=g 2x'eut(sth' p ér i ér-49ie vir'9" alt="'49'0" heig'49'0e re-26 t(sth:tueent" href="#cononMxdestyl>Tan . aut(sth:/f- funp00"éfw.notbsdutlogrde"odupae .{ bast%2/ Mtef/nMouiboudim Acil"i Moussa udiem>,cilar l>Tantyl>Tan re-26 t(sth:ie-dP10ov c re-26 t(sth:tueent" href="#conoP sa umiosttyl>Tan ps://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="home="postan ook 15/09age-7Tantre-26 t(sth:ettn-rea> Tan ps://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="homeette" y/-1970s ">Textuette" ytion">Tantre-26 t(sth:ionsn-rea> meta ar d,ops://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="homeion/meta pran ion">meta ar d,ops://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="homeion/tag-histoi">Textuion">taiut oaenar d,ops://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="homeion/-temps-present tag-revolu">Textuion">-temps-pnsenloe «/em> enear d,ops://texturesdutemps.hypotheses.org/" rel="homeion/s T&#Boaen los ">Textuion">e ticolonirienar tyl>Tan-- .hfoexiry-header --> foexir len "Uue e itationl&ulpna Iééusaseem>ziou ortit de (1951- al7) » "e a2r id=n t u-item-2 atenen1289=00 t(sth: atene elalein" hr-elaled85 h-1> t="post-2611" tipiutene-1289=00 t(sth: atene">[dy> t y-cetrlere-2av>