Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention

M. Benbella. — Mesdames, Messieurs, au terme d’une domination coloniale de cent trente-deux ans, et d’une guerre de libération de sept ans,
Le Peuple algérien est indépendant
La Nation algérienne est libre
La République algérienne démocratique et populaire est proclamée.
Que tous les morts qui ont payé de leur sacrifice suprême la liberté des vivants,
Que tous ceux qui ont tant souffert et qui ont tout perdu,
Que tous ceux qui portent, inscrites dans leur chair, les tortures des tyrans,
Que tous les anonymes, héros sans le savoir, de l’Indépendance nationale,
Que tous ceux qui ont permis au peuple algérien d’émerger et de triompher,
Reçoivent ici l’hommage ému de la patrie restaurée dans ses droits et dans sa dignité.1

Ainsi s’exprimait le président du conseil désigné Ahmed Ben Bella devant l’Assemblée nationale constituante, le 28 septembre 1962, des propos rapportés par le Journal officiel que, par un curieux hasard de recherche, j’étais en train de lire lorsqu’on annonça sa mort, le 11 avril 2012. L’objet de cette 3e séance de l’assemblée était la désignation du gouvernement de Ben Bella, le premier gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire.

Rapportant les débats parlementaires, le Journal officiel offre une reconstitution de l’espace de débat, reconstitution qui, malgré son caractère textuel, nous donne l’impression ­—évidemment inexacte— d’être présent dans l’hémicycle. À quoi assiste-t-on alors ? À la création d’une scène politique nationale légale au sein même de la capitale, après des années d’une légalité étatique en cours d’élaboration et contrainte à l’exil. De l’intérieur même du pays, l’on « entend » de nouveau des voix que les circonstances de la guerre avaient fait taire presque entièrement.2

L’ouverture de cette scène s’accompagne de l’appropriation des symboles du pouvoir : l’hémicycle lui-même de la nouvelle Assemblée était durant la période coloniale celui de l’Assemblée algérienne, synonyme alors d’élections truquées et de confiscation de la parole. Autre symbole d’un état souverain, également nécessaire pour assurer les tâches de l’état, le gouvernement qui doit donc être approuvé par l’assemblée au cours de cette séance. Les applaudissements nombreux qui répondent au discours du premier ministre, et qui se répètent lorsque l’interprète donne lecture de son discours en arabe, rappellent l’intensité historique du moment. Il y en eut d’autres, comme l’accession de l’Algérie, le 8 octobre 1962, à l’ONU donnant au nouveau pays les clefs de la scène internationale.3

Beaucoup de ceux présents à l’assemblée auront été sensibles à l’usage, dans ces phrases de Ben Bella, du présent de l’indicatif : pour tous ceux qui avaient été engagées en politique avant la guerre d’indépendance, et avaient inlassablement répété que la République algérienne un jour serait, ce passage au présent était lourd de sens, comme pour ceux qui avaient combattu dans les maquis ou à l’extérieur. Il marquait le temps de l’advention.

Journal officiel de la République algérienne, 28 septembre 1962

« Un accident de l’histoire »

Le président du conseil désigné continua :

[L]’effort libérateur consenti dans l’enthousiasme et la fraternité la plus pure doit nécessairement se prolonger dans l’effort constructif et créateur.
Ainsi nous aurons honoré la mémoire de nos héros et mérité la victoire et l’indépendance. Ainsi, la servitude coloniale aura été pour nous un accident de l’histoire.

On sait l’importance de l’affirmation de la continuité dans les discours de légitimation : il était ici poussé à l’extrême par l’idée de la renaissance. Ben Bella ajoutait d’ailleurs de façon plus explicite encore : « L’État algérien qui a sombré le 5 juillet 1830, doit être restauré hors des structures colonialistes. » L’Algérie indépendante était donc inscrite dans la continuité parfaite d’un état algérien d’avant la conquête, et la colonisation n’est plus qu’une parenthèse.

L’importance de cette continuité est en fait double en 1962 : c’est bien-sûr une lecture de la colonisation et de la guerre d’indépendance.4 C’est aussi (et peut-être surtout) l’affirmation que cette continuité est assurée par le gouvernement en train de se mettre en place, un état et un gouvernement nés du coup de force de la coalition Ben Bella-Boumediene – d’aucun diront le coup d’état de Ben Bella.

En quelques jours, quelques heures à peine, on était passé de la violence civile à la politique policée d’une assemblée : Ben Bella était parvenu en juillet à s’imposer face au Gouvernement provisoire de la république algérienne (le GPRA présidé par Benyoucef Ben Khedda) porteur de la légitimité légaliste ; l’armée des frontières dirigée par Houari Boumediene (désormais dénommée Armée nationale populaire, ANP) était entrée dans Alger le 9 septembre ayant pris le dessus sur les hommes de la Wilaya 4, porteurs, eux, de la légitimité maquisarde. Puis les élections avaient conduit au pouvoir en majorité des hommes favorables à la coalition Ben Bella-Boumediene, seuls autorisés à être présents sur les listes uniques qui se présentèrent.5

Les conflits s’invitaient pourtant discrètement au cœur de l’assemblée : le député Hocine Aït-Ahmed ne masqua pas son agacement à l’égard du premier ministre durant toute la séance. Quant à Mohammed Boudiaf, il n’assistait pas aux débats, et allait démissionner de l’assemblée avant la séance suivante. Krim Belkacem, lui, s’était fait porter pâle (« notre frère Krim » était souffrant, annonça Ferhat Abbas avec un vocabulaire de fraternité révolutionnaire qu’on ne lui connaissait pas avant la guerre). Autrement dit, l’appui des chefs historiques du FLN était incertain, à tout le moins.

Le temps de l’advention

Cette séance de l’Assemblée nationale constituante contient en elle toute l’ambiguïté de 1962, et de la naissance de la République algérienne : on y lit l’intense émotion et la ferveur lorsque Ben Bella donna lecture de son discours ; ferveur répétée lorsque l’interprète en fit lecture de nouveau en langue arabe. Mobilisation d’éléments désormais sacralisés (les martyrs, la torture, le sacrifice consenti par la population) en contrepoint du résultat désormais au présent : la République algérienne, la nation, l’indépendance n’étaient plus des promesses d’avenir mais des réalités du présent.

Et dans le même temps, l’amertume d’un régime né dans la violence interalgérienne, avec des « historiques » déjà en opposition dont l’absence ou la protestation virulente était la promesse d’un aujourd’hui qui déchantait.

La déception et l’inquiétude de la population algérienne, ainsi, ne date pas de 1988, ni même de 1965. Elles ne sont pas nées après l’événement. Dans un déroulement chronologique complexe, elles étaient déjà présentes au moment même de la naissance de la République. Elles lui sont consubstantielles. Telle est l’équation complexe du 1962 algérien.


  1. Journal officiel de la République algérienne, série des débats, 1er octobre 1962, séance du 28 septembre 1962 []
  2. Malika Rahal, “Les Manifestations De Mai 1958 En Algérie Ou L’impossible Expression D’une Opinion Publique « Musulmane »,” in Mai 1958: Le retour du Général de Gaulle, Jean-Paul Thomas; Gilles Le Béguec et Bernard Lachaise (dir.). (Rouen: Presse Universitaire de Rennes, 2010). []
  3. Martin Evans, Algeria: France’s Undeclared War (OUP Oxford, 2011), 311. []
  4. On retrouve d’ailleurs parfois dans les écrits des historiens écrivant aujourd’hui en langue arabe l’expression de « recouvrement/reconquête de l’indépendance » pour évoquer qui se déroule en 1962 : إسترجاع الإستقلال. []
  5. Sur ces événements, l’importante thèse de Amar Mohand Amer propose une très bonne synthèse. Elle doit être publiée très bientôt : Mohand Amer, Amar, La crise du Front de libération nationale de l’été 1962, Indépendance et enjeux de pouvoirs, thèse de doctorat sous la direction de Omar Carlier, Université Paris Diderot – Paris 7, 2010. L’auteur y explique la formation des listes, indiquant notamment que Mohammed Boudiaf s’était retrouvé inscrit sur la liste FLN du département de Sétif contre son gré.  Benyoucef Ben Khedda, président du GPRA, lui, en était écarté. []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في تاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *