La fable du traître et du martyr

L’édito qui suit est d’abord paru dans le supplément publié le 6 juillet 2012 par le journal el Watan à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Textures du temps le republie aujourd’hui.

Concernant la guerre d’indépendance, les récits à la première personne ont été longtemps inexistants. Cependant, depuis plus d’une dizaine d’années — sans doute en fait depuis que 1988 a fait sauter le verrou du parti unique — les mémoires individuelles se sont ouvertes pour être rendues publiques. Les témoignages de combattants sont omniprésents dans les librairies sous la forme d’autobiographies et de mémoires ; et une initiative comme le site Mémoires d’Algérie, lancé par el Watan et OWNI, recueille des centaines de réponses. Continuer la lecture de « La fable du traître et du martyr »

8 mai 2012, 67 ans après

Sollicité pour un entretien sur le 8 mai 1945 et certains enjeux autour du 67e anniversaire de la sanglante répression, j’ai bien voulu répondre à quelques questions pour un site d’information algérien. Sur décision de la rédaction, le texte, qui devait être publié le 8 mai 2012 en écho au discours présidentiel, n’a finalement pas été mis en ligne. Si le format internet a quelque peu contraint le propos, je le reproduis ici tel quel en me réservant, si besoin, le droit d’en développer ultérieurement certains aspects. Continuer la lecture de « 8 mai 2012, 67 ans après »

« Manvotech ! » Chronique d’une historienne en campagne

Pour ce premier billet d’Alger, l’actualité l’emporte sur l’archive. C’était aujourd’hui jour d’élection législative en Algérie, et pour moi, l’occasion d’une tournée d’Alger à la Kabylie, pour visiter plusieurs bureaux de vote. Le rat d’archive que je suis n’a pas résisté à l’invitation d’amis journalistes ; je n’aimais d’ailleurs pas l’idée de me voir infliger ce soir des chiffres de participation parfaitement invraisemblables sans aucun moyen de les vérifier. J’avais déjà écouté la radio nationale la veille : en parfaite synchronie la chaîne 1 (arabophone) et la chaîne 3 (francophone) avaient annoncé une participation record dans l’émigration[1], qui s’expliquait, disait-on, par le discours de Sétif du président de la république à l’occasion des célébrations du 8 mai 1945. On évoquait ainsi en multilingue un enthousiasme populaire qui me laissait rêveuse et n’avait aucun correspondant autour de moi. Continuer la lecture de « « Manvotech ! » Chronique d’une historienne en campagne »

Table rase révolutionnaire vs. tradition parlementaire ?

À quelques jours des élections législatives que va connaître le pays le 10 mai 2012, Boudjemaa Ghachir, président de la Ligue algérienne des droits de l’homme accordait un entretien au quotidien arabophone al-Khabar. Il y expliquait aux termes de la constitution de 1996 (modifiée en 2008), quelles seraient les attributions de la nouvelle assemblée, rappelant en particulier qu’elle n’aurait pas le pouvoir de proposer une nouvelle constitution, ou même de modifier la constitution existante. Par ailleurs le premier ministre, choisi par le seul président de la république, ne dépend pas de la majorité parlementaire. Continuer la lecture de « Table rase révolutionnaire vs. tradition parlementaire ? »

Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention

M. Benbella. — Mesdames, Messieurs, au terme d’une domination coloniale de cent trente-deux ans, et d’une guerre de libération de sept ans,
Le Peuple algérien est indépendant
La Nation algérienne est libre
La République algérienne démocratique et populaire est proclamée.
Que tous les morts qui ont payé de leur sacrifice suprême la liberté des vivants,
Que tous ceux qui ont tant souffert et qui ont tout perdu,
Que tous ceux qui portent, inscrites dans leur chair, les tortures des tyrans,
Que tous les anonymes, héros sans le savoir, de l’Indépendance nationale,
Que tous ceux qui ont permis au peuple algérien d’émerger et de triompher,
Reçoivent ici l’hommage ému de la patrie restaurée dans ses droits et dans sa dignité.1

Ainsi s’exprimait le président du conseil désigné Ahmed Ben Bella devant l’Assemblée nationale constituante, le 28 septembre 1962, des propos rapportés par le Journal officiel que, par un curieux hasard de recherche, j’étais en train de lire lorsqu’on annonça sa mort, le 11 avril 2012. Continuer la lecture de « Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention »

  1. Journal officiel de la République algérienne, série des débats, 1er octobre 1962, séance du 28 septembre 1962 []

Textures du temps

Le carnet sera le journal de mes recherches concernant l’histoire contemporaine de l’Algérie. J’utilise la notion de texture parce que cette histoire est très étudiée pour ce qui concerne la période coloniale, mais quasiment inexistante en ce qui concerne l’Algérie indépendante. L’un des objectifs est de réfléchir sur les effets d’un tel contraste (effet sur les historiens; effet sur les témoins; effet sur la société algérienne contemporaine) et sur les façons de reconstruire la continuité historique et narrative.
J’y fais le point de mes reflexions sur les questions qu’ouvre ce nouveau champs: quels sont les sujets qui permettent de reconstruire la continuité? comment travailler sur la période récente? Comment aborder la guerre civile, la violence, la sortie de guerre? Et dans ce contexte d’absence d’histoire, avec des épisodes répétés de violence, quelles sont les spécificités des récits des témoins et acteurs? Enfin, en l’absence d’archives d’état, quelles sont les archives que l’on peut mettre à jour?