Catégories
Billet

In memoriam Mustapha Ben Mohamed (1926-2013)

Nedjib Sidi Moussa évoque pour Textures du temps le parcours de militant de Mustapha Ben Mohamed, décédé récemment et qu’il avait eu l’occasion d’interviewer. Il revient pour ce faire sur les difficultés de l’histoire du temps présent, lorsqu’une génération de témoins avance en âge, lorsque leurs témoignages deviennent plus secs, lorsqu’ils disparaissent en nous laissant – nous les historiens – avec nos enregistrements, et avec notre chagrin.
يتذكّر نجيب سيدي موسى، اليوم، في «حبكات الزمن» ذاكرة المناضل مصطفى بن محمد، الذي كان قد أجرى معه مقابلات في الماضي والذي توفى مؤخرا. وفي نفس الوقت، يرجع نجيب سيدي موسى إلى الصعوبات المرتبطة بتاريخ الزمن الحاضر وهذا عندما يصبح الشهود طاعنين في السن، وعندما تصبح  شهاداتهم أكثرجفافا، وعندما يتركنا، نحن المؤرخون، هؤلاء الشهود بعد وفاتهم مع تسجيلات مقابلاتنا و أحزاننا.

Parmi les affligeantes nouvelles qui ponctuent ce mois de mai, j’ai été particulièrement attristé par le décès de Mustapha Ben Mohamed. À ce jour, seules quelques brèves dans la presse algérienne ont fait état de sa disparition. Ainsi, les quotidiens Le Courrier d’Algérie (14 mai 2013), La Tribune (14 mai 2013), L’Expression (15 mai 2013) ou Liberté (15 mai 2013) – sans oublier le journal en ligne Algerie1 (14 mai 2013) – ont résumé en à peine quelques lignes une trajectoire politique qui couvre près de sept décennies à travers la nuit coloniale, la révolution trahie, l’indépendance confisquée et le pluralisme administré.

Plusieurs éléments permettent de comprendre cet ostracisme. Mustapha Ben Mohamed ne fut pas de ceux qui tiraient à lui la couverture médiatique en multipliant les déclarations intempestives. Il eut aussi deux autres grandes qualités le distinguant radicalement du reste de cette classe politique professionnalisée : celle d’avoir été un dirigeant indépendantiste resté fidèle à Messali Hadj mais aussi celle d’avoir construit une organisation trotskiste clandestine à l’époque du parti unique et de l’hégémonie, dans la semi-clandestinité, du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), “soutien critique” à la gauche du régime. On pourrait aussi penser que les Algériens ont trop de morts à honorer. Sauf que, si toutes les vies se valent dans l’absolu, les choses ne sont pas nécessairement équivalentes sur le plan politique, en particulier quand on s’intéresse à ceux qui ont voulu voir le monde changer de base.

Cette dernière période a vu disparaître d’autres étoiles de la constellation révolutionnaire comme Denis Berger ou Jean-Michel Krivine. Ces marxistes antistaliniens s’engagèrent en théorie et en pratique aux côtés des Algériens et des Vietnamiens, ces peuples qui subirent le joug colonial français mais qui trouvèrent dans leur mouvement émancipateur des révolutionnaires hexagonaux pétris d’un internationalisme conséquent, si rare de nos jours. C’est surtout une autre correspondance, une funeste coïncidence qui met en lumière la perte à laquelle nous assistons. Nassima Hablal, militante du mouvement indépendantiste qui choisit de rejoindre le Front de libération nationale (FLN) plutôt que le Mouvement national algérien (MNA), devait rendre l’âme le même jour que Mustapha. Ils étaient issus de la même génération et avaient adhéré aux mêmes organisations avant le 1er novembre 1954.

Pour qui voudrait en savoir davantage sur le parcours de Mustapha, je ne saurais que trop conseiller la lecture de la notice parue dans le Dictionnaire biographique des militants nationalistes algériens de Benjamin Stora en 1985. Ce texte, le premier consacré à sa personne dans un cadre universitaire, s’arrête en 1962 et ne fait pas état de la suite de sa trajectoire – clandestinité oblige.  Dans Algérie : Engagements sociaux et question nationale, ouvrage dirigé par René Gallissot, figure une notice actualisée retraçant une carrière militante depuis le Parti du peuple algérien (PPA) jusqu’au Parti des travailleurs (PT). On pouvait encore le retrouver dans le film des Amis de Fraternité : Messali Hadj, une vie au service du peuple algérien.

Cette trajectoire exceptionnelle mérite la comparaison avec celles de Tha Thu Tau ou de Georges Habache : Les révolutionnaires ne meurent jamais. Le premier illustre une radicalisation anticoloniale par le passage du nationalisme révolutionnaire au trotskisme à l’heure où cet engagement pouvait coûter la mort. Le second illustre une seconde transition vers le marxisme avec la mutation du Mouvement des nationalistes arabes (MNA) – l’autre MNA pourrait-on dire – en Front populaire pour la libération de la Palestine (PFLP). Ces deux parcours montrent, à leur échelle, que les colonisés n’ont jamais été condamnés au chauvinisme et que les Arabes n’étaient pas non plus prédisposés à l’obscurantisme.

Mustapha Ben Mohamed appartenait à l’éphémère Conseil national révolutionnaire (CNR), institué après le congrès extraordinaire du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) de juillet 1954 à Hornu. Cette institution qui regroupait une quarantaine de dirigeants messalistes avait pour tâche de réorganiser le parti miné par une scission au moment où les peuples marocain et tunisien étaient passés à l’action directe pour reconquérir leur indépendance, et que le peuple égyptien abolissait la monarchie. Les révolutionnaires algériens cherchaient à placer leur lutte au diapason du contexte international.

C’est justement parce que Mustapha appartenait à ce CNR que je me suis intéressé à lui, comme à ses camarades, pour ma thèse. Il est vrai que j’avais entendu son nom dans un cadre familial. Mon grand-père paternel, modeste cadre indépendantiste de l’Algérois, aurait ainsi été placé sous sa responsabilité. J’ai eu l’honneur de rencontrer Mustapha “Negro” dans un cadre militant et j’ai obtenu ce qui devait être un entretien exploratoire. Nous avions convenu de nous revoir à Alger afin de poursuivre cet échange enrichissant mais des considérations sectaires en ont décidé autrement. Cela va sans dire, Mustapha était étranger à ces intrigues.

Le Savant et le politique de Max Weber retrouve toute son épaisseur quand des logiques incompatibles se heurtent. Démarche scientifique et centralisme bureaucratique font rarement bon ménage. Vingt ans après les émeutes d’octobre 1988, il s’est trouvé des “commissaires politiques” assez zélés pour nous empêcher de travailler. Nous nous sommes finalement revus, à Tlemcen, à l’occasion du colloque international consacré à Messali Hadj en 2011. J’ai assisté, de loin, à ses retrouvailles avec Benjamin Stora qui n’avait pas manqué de saluer la qualité du personnage dans La dernière génération d’octobre. De retour à Alger, la famille de Mustapha, respectueuse et compréhensive, a accepté de me recevoir pour un nouvel entretien.

C’était la dernière fois que je le voyais, en cette année où l’Algérie devait commémorer timidement le cinquantenaire de son indépendance. Si Mustapha était plus affaibli et moins loquace qu’à l’occasion de notre première rencontre, il a tout de même essayé, avec générosité et sincérité, de répondre à mes questions. Celles-ci venaient un peu tard. Un peu comme ces recherches qui voient les cartons d’archives rendus accessibles au public au moment même où de véritables bibliothèques vivantes disparaissent. Devais-je m’en vouloir d’être né vingt ans après 1962 ?

Textures or a windy day 1 @Benjamin T. White
Textures or a windy day 1 @Benjamin T. White

J’ai cherché à rencontrer ces pionniers de la lutte indépendantiste tant qu’ils étaient encore en vie. Je m’en serais sans doute voulu de ne pas avoir fait cet effort malgré les obstacles nombreux de part et d’autre de la Méditerranée. Il pouvait arriver que certains entretiens se révèlent moins intéressants sur le coup, voire décevants – beaucoup moins a posteriori. Mais les silences, les refus, les intermédiaires, les tergiversations, la peur, la colère, la paranoïa et les précautions ont fait partie du voyage. Les peines également.

Je me souviens de mes rencontres avec Abdelhamid Mehri et ce messaliste anonyme de Kabylie. Nous devions nous revoir pour qu’ils m’éclairent davantage mais la mort en a décidé autrement ; je pense aux enterrements de ces anciens MNA que je devais interviewer comme Omar Ali ou Mohammed Raffa ; sans oublier Mohammed Abdelaziz qui devait décéder après que j’ai retrouvé sa trace. Mais il y a encore tous les autres, les vivants. Ceux qui n’attirent guère les journalistes ou les chercheurs. Ceux qu’on a voulu oublier et qu’on insulte à l’occasion. Ceux dont on se réclame pour réinterpréter les combats ou minorer la contribution, pourtant effective, à la libération de l’Algérie.

Les cartons d’archives, les coupures de presse, les entretiens, les lectures ou les ruptures contribuent à mettre à distance son objet, à l’émanciper des prénotions, des préjugés, du sens commun. Après tout, c’est en cherchant que l’on devient chercheur. La rigueur appelle à refuser avec la plus grande force la falsification d’où qu’elle provienne, qu’il s’agisse des “amis” ou des “ennemis”. L’analyse sans concession du courant politique incarné par Mustapha apparaîtrait hors de propos dans cette évocation qui montre pourtant à quel point elle est nécessaire.

Je tiens par conséquent à saluer la mémoire de ce militant révolutionnaire qui a porté en Algérie la cause indépendantiste et la perspective socialiste. Avec Mohammed Saïl ou Mohammed Dahou, Mustapha Ben Mohammed représente la réalisation d’un parcours rendu possible par les liens tissés avec les avant-gardes de son époque. Il ne fallait pas craindre la répression, la clandestinité, la prison, les tortures, les jugements, l’isolement ou la diffamation. C’est sans doute cela l’interdépendance dialectique entre la fin et les moyens. Une génération a fait l’histoire, il appartient désormais à la suivante de l’écrire dans les bibliothèques ou dans la rue.

Textures of a windy day 2 ©Benjamin T. White
Textures of a windy day 2 ©Benjamin T. White

Par Nedjib Sidi Moussa

Docteur en science politique, Nedjib Sidi Moussa a été allocataire de recherche, ATER à l'Université de Paris 1 et chargé de cours à l'INALCO.

4 réponses sur « In memoriam Mustapha Ben Mohamed (1926-2013) »

Salam,

Monsieur Nadjib, votre coup d’œil sur le parcours assez trivial de monsieur Mustapha Ben Mohamed n’est qu’une étiquette collée à la va vite…
Ce qui me semblait être une oraison funèbre n’est en fait, qu’un tour d’horizon assez compendieux de ce que fut réellement Mustapha Ben Mohamed ! Un messaliste invétéré, un fidèle du MNA, un fervent trotskiste et un membre important du parti des Travailleurs…
Son combat était à contre-courant du Nationalisme algérien…
C’était dès le départ, un perdant !
Vous voyez…

J’ai connu Mustapha Ben Mohamed dans la lutte politique, au sein de l’OST ensuite au Parti des Travailleurs de 1983 jusqu’à sa mort. Je l’ai vu organiser, former, déployer une analyse dans des situations critiques, écrire des articles, faire fonctionner la Ronéo, marcher pour défendre une position et un programme consciemment, toujours droit et la tête haute. Un vrai dirigeant politique qui ne s’est jamais pris pour un Zaim, mais toujours volontaire pour prendre sa place dans les luttes aux côtés de sa classe en tant que syndicaliste et militant politique.
Mustapha Ben Mohamed dit Negro était l’un des rares révolutionnaires désintéressés que j’ai connus durant plus de quarante ans De lutte.

Mustapha n’était ni un perdant ni un contre révolutionnaire, bien au contraire. L’histoire lui a donné raison sur toutes les questions importantes. Élu à l’assemblée nationale populaire en 1997, et en tant que doyen de l’assemblée il a eu la responsabilité de présider cette institution durant son ouverture. Son intervention restera comme la plus clairvoyante, la plus courageuse, la plus sincère, la plus révolutionnaire qu’un député a prononcé dans cette emycicle.
Monsieur Kamel, vous tenter de Semer le trouble dans le parcours claire et limpide d’un authentique révolutionnaire qu’a été Mustapha Ben Mohamed. Vous ne réussirez pas, les faits sont têtus et tous plaident pour le courage et la sincérité revolutionaire de Mustapha Enigro.

Pour vous rafraîchir la mémoire, je vous met un petit extrait de la notice biographique que René Galissot lui a consacré :

” Militant de la CGT dès son entrée aux chemins de fer. Déjà sensibilisé au nationalisme par son passage chez les Scouts musulmans algériens, il avait été révolté par la sauvagerie de la répression du soulèvement de mai 1945 et avait adhéré au PPA clandestin dans une cellule de la Casbah qui fonctionnait au titre des Amis du Manifeste et de la Liberté. Il devient en 1947 chef de section du MTLD à la Casbah ; on lui attribue des sympathies ou des liens trotskystes, peut-être avec quelque anticipation.

Au début 1949, il entre à l’Organisation spéciale du PPA-MTLD ; il y devient cadre technique : maniement d’armes et méthodes de la guérilla. Il abandonne sur ordre, toute responsabilité au MTLD qui est légal ; la clandestinité devient sa culture. C’est après le démantèlement de l’OS qu’il reprend une activité publique en 1951.

En 1953, il est élu conseiller municipal d’Alger sur la liste MTLD ; à 27 ans, il est le plus jeune membre du conseil municipal. Il apprécie peu le comportement politique, petit bourgeois et bureaucratique selon lui, des centralistes (courant du Comité central du MTLD), mais respecte l’accord municipal passé entre le maire Jacques Chevallier et le MTLD, que Messali* ne dénoncera qu’en mars 1954. Il démissionne en janvier 1955.

Mustapha Ben Mohammed et cinq autres conseillers municipaux messalistes sont en effet en ruptureavec A.Kiouane qui dirige la représentation au conseil municipal. Depuis sa base de la Casbah d’Alger, il mène la lutte contre les partisans du Comité central pour la récupération des locaux ; il bloque les finances. Il participe au congrès d’Hornu en Belgique en juillet 1954 et est élu au Conseil national de la Révolution, la direction mise en place par Messali*. Les principaux dirigeants du MTLD ayant été arrêtés le 5 novembre 1954 aussitôt après le déclenchement de l’insurrection parce qu’ils sont fichés, il devient membre de la direction du MNA, le parti créé par Messali. Il retrouve la clandestinité pour organiser les groupes armés des partisans de Messali dans l’Algérois en attente des instructions du grand leader pour passer à l’action.
Arrêté le 5 novembre 1955 à El Biar par les Services de la police judiciaire d’Alger, il est torturé à l’électricité dans les locaux du Commissariat central puis transporté dans les locaux de la police judiciaire de Blida où il est à nouveau torturé. La nouvelle de son arrestation n’est rendue publique que le 12 novembre et il n’est présenté à un juge d’instruction que le 15. Emprisonné à Barberousse en août 1957, le Tribunal permanent des forces armées d’Alger le condamne à 20 ans de travaux forcés. Il passe de Barberousse à la prison centralede Maison Carrée (El Harrach) puis à la prison d’El Oued au Sahara avant d’être transféré en France en 1961. Il est interné à la prison des Baumettes à Marseille puis à celle de Lyon et au camp de Mauzac près de Périgueux. Il est libéré le 11 avril 1962 après les Accords d’Evian.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search