La terrasse. Retour sur une histoire du temps présent

Il n’aura peut-être pas échappé aux lecteurs de Textures du temps que j’ai écris il y quelques années une biographie d’Ali Boumendjel, l’avocat et militant politique algérien.1

Ali Boumendjel et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et "disparu" durant la Bataille d'Alger). Achives Boumendjel.
Ali Boumendjel (à d.) et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et “disparu” durant la Bataille d’Alger). Archives Boumendjel.

C’est durant cette recherche que j’ai commencé à saisir combien la connaissance des lieux aide à la compréhension des choses, et ancre l’écriture : j’avais vu la maison qu’Ali Boumendjel et sa femme avaient fait construire aux Sources, la maison de ses parents à Belcourt, repéré bien des lieux de leurs vies à Alger. Mais je n’avais jamais trouvé le bâtiment  tenu par les parachustistes français à el-Biar, d’où l’avocat avait été précipité durant la Bataille d’Alger en 1957. Quelques promenades dans le quartier n’avaient rien donné, malgré le plan fournit par Pierre Vidal-Naquet. Ça ne devait pourtant pas être impossible puisque Ernest Pignon-Ernest l’avait trouvé pour y apposer le portrait en sérigraphie de Maurice Audin en 2003 ; la même année, Jean-Pierre Lledo y avait filmé le retour d’Henri Alleg, torturé au même endroit, pour son documentaire Le rêve algérien. Lire la suite La terrasse. Retour sur une histoire du temps présent

  1. Rahal, Malika. Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne. Paris: Belles Lettres, 2010; Alger: Barzakh, 2011. []

« Les Jours d’avant » – قبل الأيام

Le premier film de Karim Moussaoui est un moyen métrage  délicat, qui revient non pas sur la violence de Décennie noire » des années 1990, mais sur « Les Jours d’avant ».1   Tout est dans cette différence.

Deux personnages. Djaber est lycéen et n’a pas l’occasion de rencontrer des filles. Il s’intéresse à Yamina, qui ne le regarde guère. Autour de lui, la violence – jusque là fracas lointain – se rapproche. Un jour qu’il ère dans la cité dans l’espoir d’une rencontre, il s’assiste à l’assassinat d’un homme, à quelques pas de lui, d’une balle dans la tête. Lire la suite « Les Jours d’avant » – قبل الأيام

  1. Voir la critique sur Critikat.com, et la bande annonce. []

Le cinéma, l’histoire et la guerre. Entretien avec Ahmed Bedjaoui

À l’occasion de la sortie de Cinéma et Guerre de Libération. Algérie, les batailles d’images, aux éditions Chihab, et pour sa première contribution à Textures du temps, Olivier Hadouchi a rencontré l’auteur, Ahmed Bedjaoui pour évoquer pour évoquer certaines de ces batailles du cinéma algérien. Ahmed Bedjaoui a été journaliste, enseignant-chercheur, producteur à la Radio-Télévision algérienne (RTA), directeur et programmateur à la Cinémathèque algérienne. Il fut également l’animateur, pendant une vingtaine d’années, à la télévision d’une émission de cinéma devenue culte.  

Olivier Hadouchi : Selon ce que vous écrivez dans votre ouvrage, le cinéma algérien naît avec avec Les plongeurs du désert un film de Tahar Hannache datant de 1954. Pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

Ahmed Bedjaoui : Je considère effectivement Tahar Hannache comme le premier cinéaste algérien. Lire la suite Le cinéma, l’histoire et la guerre. Entretien avec Ahmed Bedjaoui

10 février 1943 – Le Manifeste du peuple algérien

C’est aujourd’hui le 10 février, date choisie et fêtée pendant une décennie pour célébrer le Manifeste du peuple algérien, rédigé par Ferhat Abbas. L’intérêt est grand aujourd’hui pour “le courant Abbas”, tant en France qu’en Algérie, pour de multiples raisons sur lesquelles je reviendrais dans un autre post car certaines sont problématiques. Pour l’heure, c’est le texte lui-même, moment majeur de la formalisation du nationalisme algérien, qui nous concerne.

Lire la suite 10 février 1943 – Le Manifeste du peuple algérien

Maurice L’Admiral – Un Guadeloupéen à Alger

Le 13 novembre dernier, Christian Phéline présentait au Centre diocésain des Glycines à Alger une conférence retraçant le parcours de Maurice L’Admiral (1864-1955), Guadeloupéen, avocat à Alger, élu municipal actif auprès des Jeunes Algériens et bâtonnier durant la Grande Guerre. Il publie aujourd’hui dans Textures du temps le texte de sa conférence sur cette étonnante figure d’« indigénophile » et son rôle à travers sept décennies de l’Algérie coloniale. Ce retour en arrière par rapport à la chronologie habituelle de ce carnet de recherche ne manquera pas d’intéresser les historiens du temps présent, ne serait-ce que par l’espoir de l’ouverture d’archives nouvelles qui s’y esquisse.

Lire la suite Maurice L’Admiral – Un Guadeloupéen à Alger

Fanny Colonna. Notes sur le Middle Ground

Elle avait plus de 80 ans, et pourtant l’annonce de sa mort, il y a quelques jours, a surpris beaucoup d’entre nous, sans doute parce qu’avec elle, la discussion était continue et devait toujours avoir une suite.

Depuis que la nouvelle est venue, j’ai beaucoup repensé au dialogue que j’ai eu avec Fanny Colonna depuis quelques années. En fouillant dans mes carnets, j’ai retrouvé la date de nos premiers échanges. C’était en octobre 2010. Elle était intervenue dans un séminaire organisé par Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard, et la séance s’intitulait : « Quelle histoire sociale pour l’Algérie colonisée ? » Lire la suite Fanny Colonna. Notes sur le Middle Ground

Le monde disparu de Messali Hadj

Admis à la mi-mars 1974 dans un centre hospitalier de la MGEN à Paris, Messali Hadj, né à Tlemcen le 16 mai 1898, termine sa vie accompagné de sa fille Djanina qui lui apporte quotidiennement Le Monde, ainsi qu’elle le relate dans son témoignage.1

Quand le pionnier du nationalisme algérien s’éteint le 3 juin 1974, ils ne sont qu’une poignée de Français à venir lui rendre hommage : Daniel Guérin, Yves Dechézelles, Pierre Lambert, Jean Rous ou encore Daniel Martinet. Lire la suite Le monde disparu de Messali Hadj

  1. Djanina Messali-Benkelfat, Une vie partagée avec Messali Hadj, mon père, Riveneuve, 2013. []

Autour de la publication de l’ouvrage de Sadek Hadjerès

Aujourd’hui même, Sadek Hadjerès revient en Algérie après 22 ans d’absence à l’occasion de la parution, aux éditions Inas, du premier volume de ses mémoires, qui s’arrête avec la crise du MTLD en 1949. Le livre sera présenté au Salon international du livre d’Alger (SILA). Nul doute que son retour suscitera des débats, attendus parfois de longue date, sur la période couverte par le livre ou sur les périodes plus récentes, en particulier sur le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) dont Sadek Hadjerès a été le principal dirigeant, sa sortie de clandestinité à la fin des années 1980, et sa disparition au début de la guerre civile des années 1990. Ayant collaboré avec l’éditeur Boussad Ouadi pour l’édition du texte, j’en ai rédigé la postface, qui revient sur les relations entre historien et témoin. Textures du temps la donne à lire aujourd’hui.

حول صدور كتاب صادق هجرس

سيكون صادق هجرس قد عاد إلى الجزائر بعد غيابٍ دام اثنين وعشرين سنة، في اليوم الذي سيصدر فيه الجزء الأوّل من مذكّراته عن منشورات ايناس (الجزء الذي ينتهي بأزمة حركة انتصار الحريات الديمقراطية سنة 1949). سيُقدّمُ الكتاب في صالون الجزائر الدولي للكتاب بالجزائر العاصمة. ما من شكّ في أنّ عودته ستثير نقاشات، كان بعضها منتظرا منذ مدة طويلة، ليس فقط حول الفترة التي يضمّها الكتاب ولكن أيضا حول فترات أكثر قربا، وبالخصوص حول حزب الطليعة الاشتراكي “الباكس” الذي كان هو مسيّره الرئيسي، حول خروج الحزب من العمل السرّي نهاية الثمانينيات من القرن الماضي ثمّ اختفاءه في بداية الحرب الأهلية سنوات التسعينيات.
ولمّا كنتُ قد تعاونتُ مع بوسعد وعدي لنشر هذا النص، فقد كتبتُ مُلحقا لهذا النصّ أعود فيه إلى العلاقة بين المؤرخ والشاهد، تضعه اليوم حبكات الزمن بين أيدي القرّاء.س Lire la suite Autour de la publication de l’ouvrage de Sadek Hadjerès

Ici et maintenant – Après l’assassinat d’Hervé Gourdel

On Septembre 24, 2014, the news came that French hiker Hervé Gourdel had been assassinated in the mountains of Kabylia. The following post was written in the night that followed. As shorter version later appeared in Le Monde, and a version in English was published in April 2015 in The Nation.

في سبتمبر 2014 علمنا خبر اغتيال الرحالة الفرنسي إرفي قوردال على يد مجموعة «جند الخلافة» التي تُعلن ارتباطها « بتنظيم الدولة ». النص التالي كتبته في الليلة اللاحقة. بعد أيام نُشرت نسخة قصيرة منه في جريدة « لو موند » الفرنسية و نُشرت نسخة مُنقحة له في صحيفة « ذي نايشون » الأمريكية في أفريل 2015. في هذا المقال، أعود إلى تاريخ مكان الخطف و الإغتيال و هو غابة « آيت وعبان »، منذ سلب الأراضي خلال الاستعمار الفرنسي حتى حرائق الغابة في العشرية السودة مرورا ببناء المحطة السياحية في الثلاثينات (للسياح الأروبيين) و تطويرها في السبعينات (للسياح الجزائريين).س
دراسة مكان واحد خلال فترات مختلفة من الحرب و السلام تطرح أسئلة عن استمرار العنف في تجارب السكان و في ذاكرة المكان.س

Un randonneur, guide de montagne, Hervé Gourdel, a été kidnappé, puis décapité, par un groupe armé qui se revendique désormais d’un Da‘ech de cauchemar. Son enlèvement a eu lieu au dessus de la forêt des Aït Ouavane, sous la ligne de crête, à proximité du Parc national du Djurdjura, lieu d’une étrange compétition entre le tourisme et la violence depuis les années 1930.

Lire la suite Ici et maintenant – Après l’assassinat d’Hervé Gourdel

« Ida kan ach-cha‘b radjel ». Réflexions sur l’impossible savoir.

Je suis arrivée à Alger à la veille de l’élection, dans une atmosphère tendue. Dans l’avion, la lecture de la presse m’avait fait un long moment douter de mon propre choix de vote. Je ne suis manifestement pas la seule à avoir vacillé.

Dès l’atterrissage, des discussions multiples et assoiffées se sont engagées avec des amis journalistes ou militants. Lire la suite « Ida kan ach-cha‘b radjel ». Réflexions sur l’impossible savoir.

Autour de la mort du général Aussaresses

La figure du général Aussaresses, témoin rare de l’exercice de la torture et des méthodes contre-insurrectionnelles durant la guerre d’indépendance, me semble finalement assez complexe. D’une part du fait de la personnalité de l’homme : il existait chez lui une dimension bravache et plastronneuse (bien décrite par la journaliste Florence Beaugé1) qui jette une ombre de suspicion sur son témoignage. Lire la suite Autour de la mort du général Aussaresses

  1. Florence Beaugé, Algérie, une guerre sans gloire : Histoire d’une enquête (Paris : Calmann-Lévy, 2005). []

ابــنــة أكــتـــــــوبــــر

 Quelques jours après le 25e anniversaire de l’événement, voici la traduction en arabe d’un article publié il y a plusieurs mois. Echoing the 25th anniversary of the Octobre 1988 riots and their repression, Miloud Yabrir has translated into Arabic this post published a few months ago.

إنّ الغياب الطويل للرئيس بوتفليقة، والنهاية المسبقة لعهدته – الذي كان حديث زمن –  يرمز إلى نهاية جيل يُدعى جيل طاب جنانو، هذا الجيل الذي قد أعطت حديقته ثمارها. نهاية عنيفة احتاجت إلى اختفاء بيولوجي لممثليه في ظل غياب تقاعدهم الإرادي الذي كان سيسمح في حال حدوثه بوصول رجال ونساء أصغر إلى مناصب المسؤولية. لقد أضحى طاب جنانو غير قابل للزحزحة إلى غاية الموت بالشرعية الهِرقلية للكفاح من أجل الاستقلال. إنّ الذين كانوا صغارا على أن يصبحوا مقاتلين قد وجدوا أنفسهم في مواجهة جيل ناري قادر على استعمال المقدّس الثوري حد القرف.س Lire la suite ابــنــة أكــتـــــــوبــــر

La question de La Question. Autour de la mort d’Henri Alleg

Le texte qui suit avait été commandé par le site Grotius à la suite de la publication de la biographie d’Ali Boumendjel en 2010,1 il n’a finalement jamais été mis en ligne. Le voici donc publié, en écho à la nouvelle du décès d’Henri Alleg, ami de Boumendjel et compagnon dans la lutte, dont le témoignage avait beaucoup compté pour la rédaction de cet ouvrage. 

Le 24 mars 1957, la presse annonce la mort à Alger de l’avocat Ali Boumendjel, d’une chute du 6e étage du bâtiment où il était retenu par les parachutistes. La version officielle est celle du suicide. Les mémoires du général Aussaresses, publiées en 2001, confirmeront les doutes qui pèsent – dès l’origine – sur cette interprétation, en reconnaissant que l’homme avait été assassiné. L’événement fait grand bruit à Alger comme à Paris. Lire la suite La question de La Question. Autour de la mort d’Henri Alleg

  1. Malika Rahal, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne, Paris : Belles Lettres, 2010 et Alger : Barzakh, 2011 []

Fille d’Octobre

L’absence longue du président Bouteflika, et la fin anticipée de son mandat – évoquée un temps – symbolise le passage de la génération dite tab jnanou, celle dont le jardin a déjà donné ses fruits.1 Passage âpre qui nécessite la disparition biologique de ses acteurs, faute de leur retrait volontaire qui aurait permis l’arrivée aux responsabilités d’hommes et de femmes plus jeunes. Tab jnanou a été rendue indéboulonnable jusqu’à la mort par la légitimité herculéenne de la lutte pour l’indépendance. Ceux qui étaient trop jeunes pour avoir combattu se sont confrontés à une génération du feu capable d’instrumentaliser la sacralité révolutionnaire jusqu’au dégoût. Lire la suite Fille d’Octobre

  1. Merci aux amis qui m’ont fait l’amitié de lire ce texte et de partager leurs impressions. Il tente de répondre à des questions que m’ont posées, il y a déjà longtemps, deux amis historiens sagaces. []

Algeria’s Belle Époque (3) Narratives of Religious and Social Change

Ed McAllister revient pour Textures du temps sur la nostalgie des années Boumediene. Cette nostalgie n’a pas le même contenu selon le lieu d’où l’on se remémore le passé…
يعود إد ماكاليستر في
حبكات الزمان إلى حنين الناس إلى عهد بومدين. هذا الحنين الذي لا يكون له نفس المضمون بحسب المكان الذي نتذكر من خلاله الماضي.س

Debates in Algeria about the place religion should occupy in society among many Algerian intellectuals, and many of those I have talked to that live in the wealthier neighbourhoods that occupy the high ground above central Algiers, frequently remind me of a the full frontal opposition between the secular and the religious that is found in debates in France (and increasingly, elsewhere in Europe). This binary is not new to Algeria, where it has evolved and takes different forms from those found in France and has, as a result, become an Algerian narrative. In its least nuanced form, the terms of this debate pit a top-down brand of secularism, imbued with modernist concepts of republicanism, rationality, and toleration of difference against the normative version of Islam that emerged in the mid-1980s and is equated by secularists with intolerance, anti-rationality, social repression and obscurantism. In Algeria, the binary nature of this debate has been intensified by a much oversimplified political split between éradicateurs and conciliateurs during the conflict of the 1990s and continues a series of binaries that exist in socially held depictions of the Algerian past (Algerian/French; Arab/Berber, internal maquis/frontier army, etc). Lire la suite Algeria’s Belle Époque (3) Narratives of Religious and Social Change

Algérie contemporaine – تاريخ الجزائر المعاصر – Contemporary Algeria