Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs »

Sétif, 4 et 5 juillet 1962. Le décor, c’est d’abord les rues et les murs couverts d’affiches : « Référendum OUI à l’indépendance » ; « La révolution pour vaincre la Misère »…

Dans le stade de la ville, un meeting est organisé à la veille de l’indépendance. D’abord, on se promène sans but, profitant de l’atmosphère. Puis la foule immense se presse. Il fait chaud en juillet, et dans la mêlée, un homme est chargé de faire boire les enfants d’une bouteille. À l’orateur inconnu succède une oratrice ; derrière elle, trois combattantes en tenues kakis. Quand on a travaillé sur Ferhat Abbas, dont Sétif était le fief, on reconnait cette tribune où le vieux leader nationaliste avait parlé si souvent avant la guerre d’indépendance. Un autre homme est à la tribune. On nous indique justement que c’est Ferhat Abbas, mais les lunettes sombres de Benyoucef Benkhedda, le second président du Gouvernement provisoire de la République algérienne sont reconnaissables entre mille.1

Dans le stade de Sétif, un homme fait boire les enfants. Capture d’écran du film d’Alain Olmi, alias Jean Kersco, avec son aimable autorisation.

Continuer la lecture de « Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs » »

  1. Ce texte comprend de courts extraits d’un article à paraître dans les Mélanges en l’honneur d’Omar Carlier, édités par M’hamed Oualdi et Morgan Corriou. L’article a été rédigé avant le récent voyage à Sétif dont il est aussi question ici. []

In memoriam Mezioud Ouldamer (1951-2017)

Nedjib Sidi Moussa revient dans Textures du Temps pour évoquer la figure de Mezioud Ouldamer, récemment disparu. Cette figure mal connue —on n’en connaît pas de photographie— nous fait entrer dans les années 1980 et 1990 à travers les écritures de la gauche, en Algérie et en exil.
Tandis que la France officielle s’apprêtait à commémorer la prise de la Bastille en présence du représentant de la première puissance mondiale et que des héritiers de la lutte anticolonialiste se souvenaient de la répression sanglante du 14 juillet 1953, Mezioud Ouldamer prit la décision de mettre fin à ses jours. Il répondit à sa façon à l’interpellation d’Albert Camus pour qui le suicide était le seul problème philosophique vraiment sérieux. Continuer la lecture de « In memoriam Mezioud Ouldamer (1951-2017) »

A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance

Il y a quelques années, j’ai entrepris de mener des entretiens biographiques avec des militants de gauche. Ce travail n’est pas encore terminé, mais en chemin se sont révélés des embranchements imprévus. Car en vous racontant leurs vies militantes, ces hommes et femmes vous racontent aussi leurs vies. De vie en vie, j’ai compris qu’il me faudrait un jour écrire sur 1962.

Au cours d’un entretien à la Librairie Ijtihad, un de mes interlocuteurs me racontait comment il était devenu militant, et avait commencé par raconter « son indépendance ». Alors que sa famille avait migré vers Alger durant la guerre —comme de nombreuses autres familles— ils avaient retrouvé refuge dans leur village d’origine en Kabylie au moment de la violence de l’OAS. Il se souvenait de diverses tâches qu’avec les autres jeunes du villages ils s’étaient données durant la période transitoire puis l’été de 1962 : visites des régions alentours pour dresser les bilans (décompte des morts, des survivants, des maisons détruites…), mais aussi participation à des cérémonies de réinhumation de corps de mujahidin ramenés au village. Ces corps, leurs proches étaient allés les chercher, et lorsqu’ils avaient pu les trouver, les avaient ramenés. Les jeunes présents lors des cérémonies, chantaient des anashid [hymnes nationalistes]. Alignés en tenue de scout, ils jouaient un rôle quasi-officiel dans un cérémonial encore balbutiant, représentant en somme l’autorité absente (ou non encore présente sur les lieux) de l’État algérien. Continuer la lecture de « A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance »

الشرفة. عودة إلى مكان قتل علي بومنجل – 23 مارس 1957

منذ سنواتٍ قليلةٍ، أُتِيحَت ليَ الفرصةُ لكتابة سيرةِ علي بومنجل، الذي كان مُحاميا ومناضلا سياسيا جزائريا. خلال هذا البحث، بدأتُ أدرك كم هي مفيدةٌ معرفة الأماكن لفهمِ الأشياء، وتجذيرِ الكتابة  : كنتُ قد رأيتُ الدار التي بناها علي بومنجل وزوجته في حي العناصر ودار والديه في بلكور، والعديد من الأماكن التي عاشا فيها في العاصمة. ولكن لم أجدْ أبدا العمارة التي استولى عليها المِظلّيون الفرنسيون في الأبيار والتي كان المُحامي قد أُلقيَ منها خلال « معركة الجزائر » سنة 1957. لم يكن لبعض الجولات في الحي أيةُ نتيجةٍ رغم استعمالي للخارطةِ التي قدّمها بيار فيدال ناكي في كتابه. وما كان اكتشاف هذه العمارة ليبدوَ مستحيلا، ذلك أنّ الفنان إرناست بينيون إرناست قد وجدها لكي يضعَ على حيطانها صورة موريس أودان سنة 2003. وفي نفس العام، صوّر فيها جان بيار ليادو عودة هانري علاق الذي خضع للتعذيب في نفس المكان، وذلك في فيلمه الوثائقي « الحلم الجزائري ».

Continuer la lecture de « الشرفة. عودة إلى مكان قتل علي بومنجل – 23 مارس 1957 »

La guerre après la guerre. Déminage (II)

Par un hasard de la recherche, quelques jours après avoir écrit un long billet sur la fin des opérations de déminage annoncée par l’Algérie en janvier 2017, je me trouve à Genève aux archives du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies (UNHCR). Le but de ce voyage, c’est de suivre un fil dans ma recherche sur l’année 1962 : c’est en effet le HCR qui a été en charge du rapatriement des réfugiés algériens du Maroc et de Tunisie en 1962. Continuer la lecture de « La guerre après la guerre. Déminage (II) »

La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963

Il y quelques jours, l’APS annonçait la fin des opérations de déminage concernant les mines datant de la guerre d’indépendance. 55 ans après la fin d’une guerre durant laquelle on estime que 11 ou 12 millions de mines ont été posées.

Selon le directeur de la communication de l’État-Major de l’ANP :

« L’achèvement de l’opération de déminage couronne plus de 50 années d’efforts continuels et de travail sur le terrain pour l’éradication définitive du fléau des mines de notre pays, ce qui a permis la destruction de 8.854.849 mines. » Continuer la lecture de « La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963 »

Guerres mondiales. Savoir compter jusqu’à quatre

Commentaire facebook publié le 20 décembre 2016, vers 5h du matin, après l’assassinat de l’ambassadeur de Russie en Turquie et les commentaires qu’il a provoqué. Je le poste ici, sous la forme d’une note, parce que la question de la guerre mondiale va continuer de me tarauder (on peut aussi lire un édito de Libé à ce sujet.)

Lus ici et là des commentaires, y compris sous la plume d’historien(ne)s sur la possibilité d’une troisième guerre mondiale. Le critère déterminant apparemment, c’est de savoir s’il y aura ou pas la guerre en Europe, si l’Europe « glissera » ou pas.
Bref, à vous lire, la guerre mondiale, c’est la guerre en Europe. Tout le reste (Alep, la Syrie, Mossoul, Syrte, l’Irak, Daech, la Libye et même le Mali tout ça) n’est que roupie de sansonnet.

Je reprends donc : Continuer la lecture de « Guerres mondiales. Savoir compter jusqu’à quatre »

Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale

Comme il l’avait fait pour son précédent ouvrage portant sur Maurice L’Admiral, Christian Phéline nous présente ici son livre à paraître aux éditions Riveneuve et intitulé Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale. Il lève notamment le voile sur des archives nouvelles —celles du bâtonnat— qui ouvrent la voie à de futures recherches. Continuer la lecture de « Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale »

La Lettre de l’Indien ou L’exil des utopies


«  Le corps migrant est souvent douloureux.
Il n’a ni refuge, ni sécurité. »
Nabile Farès

Si je devais expliquer mon parcours d’historienne — comme on a parfois à le faire dans notre métier —, et mon cheminement de pensée — comme parfois on en ressent le besoin dans la vie — , il faudrait sans doute commencer par vous faire écouter La Lettre de l’Indien.

De cette émission, je ne sais pas tout : elle était diffusée par une radio libre dont je ne connais pas le nom, dans la région de Toulouse, au début des années 1980 — entre 1982 et 1986. Je n’en sais guère plus. Continuer la lecture de « La Lettre de l’Indien ou L’exil des utopies »

Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les Etats-Unis ? Le mythe de l’archive

par Arthur Asseraf et Malika Rahal

Les archives étrangères sont une grande tentation. Face à l’impossibilité d’obtenir l’accès aux archives nationales algériennes pour la période post-1962, les archives nationales d’autres pays semblent la meilleure alternative à la sacro-sainte forteresse de Birkhadem. Continuer la lecture de « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les Etats-Unis ? Le mythe de l’archive »

هل يـنـتـهــي التـاريـــخ سـنـة 1962 ؟

Le texte suivant est paru en Italien dans la revue Contemporanea. Avec l’aimable autorisation de la revue, le voici maintenant en arabe.1 The following text was published in Italian in Contemporanea, in a special issue on history in the Maghrib, edited by Anna Baldinetti. An earlier version had been presented, in French, in a 2012 conference which you can listen too in the following video.

نُشر هذا المقال في مجلة كونتامبورانيا الأطالية. صدر اليوم في حبكات الزمن بالعربية. أشكر ميلود يبرير و عزيز العلوي لتصحيحاتهم للنص.

Continuer la lecture de « هل يـنـتـهــي التـاريـــخ سـنـة 1962 ؟ »

  1. Baldinetti, Anna. « Storici e storia del presente in Nord Africa. Interventi di Kmar Bendana, Malika Rahal, Anna Baldinetti, On Barak ». Contemporanea, no 1/2016, 2016 []

Writing a history of independent Algeria in America? The myth of the archive

By Arthur Asseraf and Malika Rahal

Foreign archives are a great temptation. Faced with the impossibility of gaining access to the Algerian National Archives after 1962, the national archives of any other place seem like the next-best-thing to the sacrosanct state fortress of Birkhadem.

‘The’ archive, that is, the national archive, creates a strong fantasy. In Algeria, one often hears laments about the impossibility of writing history ‘of course the archives are closed’. When historians answer back that actually, when it comes to the colonial period, most things are open and things are not that difficult, friends looked back at the researcher with pity, thinking them desperately naïve: ‘they must not have shown you the real archives.’ As Judith Scheele has pointed out, real history, in the popular imagination of most Algerians, can only be written by people with political power.1 In a contemporary system where most Algerians feel disempowered, the past does not belong to them, because the paper necessary to prove it is locked away. The archives can only open in an indeterminate, eschatological future, when the world is as it is meant to be. Continuer la lecture de « Writing a history of independent Algeria in America? The myth of the archive »

  1. Judith Scheele, Village Matters: Knowledge, Politics and Community in Kabylia, Algeria, James Currey, 2009. []

Les Tigres le dixième jour, par Zakariyyâ Tâmir

La nouvelle de Zakariyyâ Tâmir, Les Tigres le dixième jour (1978), n’avait pas à ma connaissance été traduite en français. Lire Zakariyyâ Tâmir, c’est se plonger dans l’histoire du temps présent de la Syrie, et du monde arabophone. Sa critique des régimes autoritaires des années 1970 porte bien au delà des frontières de la Syrie. Les connexions entre Syrie et Algérie sont parfois inattendues et justifient qu’on relise Les Tigres avec l’Algérie en tête; de façon plus subjective aussi, j’ai beaucoup appris du monde depuis Damas. Pour mes étudiants qui ne lisent pas l’arabe, pour le plaisir de replonger chez cet auteur que j’aime, et parce qu’il est impossible de ne pas penser aujourd’hui à la Syrie, j’en propose cette version, en espérant la traduction et l’édition en français d’autres de ses textes essentiels. Bonne lecture.

Continuer la lecture de « Les Tigres le dixième jour, par Zakariyyâ Tâmir »

Après les attentats de Paris, amalgames et raccourcis historiques

Textures du Temps publie la traduction vers le français de l’article de Natalya Vince déjà publié il y a quelques jours en anglais.
تقدم لكم حبكات الزمن ترجمة مقال لناتاليا فينس صدر منذ بضعة أيام. ينتقد هذا المقال  التحليلات «التاريخية» التي ظهرت بعد هجوم 13 نوفمبر في باريس في وسائل الإعلام البريطانية

La mise en contexte des attaques du 13 novembre:
Amalgames et raccourcis historiques de la presse britannique

 

Traduction:  Dieunedort Wandji, doctorant à l’Université de Portsmouth et Malika Rahal

La réaction des médias de droite aux attentats du 13 novembre dernier à Paris n’était guère étonnante : les populations musulmanes vivant en Europe ont été présentées comme un ennemi de l’intérieur, et la vague de réfugiés syriens cherchant désespérément à entrer en Europe dépeinte comme une cynique opération d’espionnage permettant l’infiltration de terroristes islamistes. Continuer la lecture de « Après les attentats de Paris, amalgames et raccourcis historiques »

Dangerous shortcuts (II)

The following message was adressed to several editors of mainstream media outlets in Britain (including The Guardian, The Independent, and the BBC). Colleagues wishing to add their signature to this message may do so by indicating their name and institutional affiliation in the comment section of this post
Le message suivant, signé par plusieurs de nos collègues, a été envoyé à différents médias britanniques, en protestation contre les raccourcis historiques utilisés après les attentats de Paris, raccourcis déjà dénoncés par Natalya Vince dans un précédent billet. Les collègues qui souhaitent y ajouter leur signature peuvent le faire en indiquant leur nom et leur affiliation dans les commentaires de ce post.

Paris attacks have nothing to do with the Algerian War of Independence

A number of commentators in the mainstream British media, notably Andrew Hussey on BBC radio (also a regular Guardian columnist) and Robert Fisk in The Independent, have evoked the Algerian War of Independence between 1954 and 1962 as an interpretative lens for understanding the motivations of the 13 November attackers. In short, they claim that the violence of colonialism and the war of decolonisation have engendered an ancestral desire for revenge amongst younger generations of French citizens of Algerian origin. Such a reading ignores the specificities of the present situation and fails to provide any convincing explanation of how this ‘memory’ is transmitted from generation to generation: it is profoundly unhistorical. It reduces whole peoples to perceived unchanging cultural characteristics: this is blatant essentialism. Continuer la lecture de « Dangerous shortcuts (II) »