La morale du larynx

2012 se termine pour moi dans une aphonie persistante – et pour tout dire assez amusante – qui m’aura poursuivie durant les Journées d’étude Charles-Robert Ageron (coorganisées par le Centre d’études diocésain des Glycines, qui nous recevait, le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, et l’Institut d’histoire du temps présent), et durant la visite de François Hollande en Algérie, où je me trouve encore pour quelques jours.

Cette perte de voix vient donc clore une année de commémorations et d’échanges académiques, de conférences, de colloques et de séminaires en général très riches, qui a fait beaucoup parler les historiens de l’Algérie contemporaine. Ayant participé à de nombreuses manifestations, j’ai eu parfois l’impression – peut-être partagée par d’autres – de trop parler, et d’être ainsi éloignée des recherches qui alimentent ce que nous avons à dire.

Pourtant l’aphonie a eu le bon goût d’attendre que j’ai terminé deux interventions à mes yeux importantes et liées l’une à l’autre. La première était un entretien dans el Watan Week-end en prélude aux journées Ageron, entretien où il était question de la barrière de 1962 dans le travail des historiens ;  la seconde a pris la forme d’une conférence à l’association RAJ (Rassemblement Action Jeunesse). Il s’agissait, dans le cadre de la formation militante, d’évoquer la question de la fabrication de l’histoire contemporaine du pays, et de sensibiliser les militants à la question des archives : celles que comme militants ils peuvent produire ; et celles auxquelles, comme citoyens, ils doivent exiger l’accès.

Alger décembre 2012, Rue Larbi Ben M’hidi ©Malika Rahal

Le RAJ vient précisément il y a quelques semaines de publier une enquête sur la jeunesse  réalisée par les militants formés pour l’occasion avec le concours d’une entreprise de sondages, produisant ainsi à la fois de la documentation, et des archives.1 Mais était également présent Hacène Ferhati (membre fondateur du collectif SOS-disparus) qui a pu dire un mot de la préparation de dossiers individuels concernant les disparus, qui constitueront sans doute autant de sources pour les historiens de demain.

La séance a finalement duré presque trois heures, et si nous avons parlé aussi longtemps, c’est que les auditeurs ne tarissaient pas de questions. Il est frappant, cet intérêt très vif à la fois pour l’histoire, et pour son rôle dans la société, car au cours des conférences concernant plus traditionnellement sur la période coloniale, l’on se plaint régulièrement du désintérêt total de la jeunesse pour le passé. Or les questions ont porté sur l’interprétation des parcours politiques individuels donnés récemment dans la presse, l’un des intervenants s’interrogeant sur l’appellation de « père de la démocratie » pour Chadli Bendjedid lors de sa mort au mois d’octobre dernier, puis ironisant plus tard lorsque Messali Hadj fût mentionné : « Nous avons beaucoup de pères… ». Elles ont porté sur les figures valorisées ou honnies des présidents de la république…

Les questions les plus difficiles ont été abordées : qu’est-ce qu’un peuple sans mémoire, sans histoire, et peut-il avoir un avenir ? Quelle conception de la vérité avons nous, et pouvons nous penser la discussion de la vérité sans imaginer qu’elle mènera de nouveau à la fitna et à la guerre civile ? Pourquoi les historiens se contredisent-ils d’un ouvrage à l’autre et qui croire alors ? Certaines sources ne déforment-elles pas la vérité ?

La vigueur des questions contrastait de façon frappante avec l’absence de phrases pour les dire, quelle que soit la langue. Le thème fut d’ailleurs abordé par les intervenants eux-mêmes, avec l’idée que les plus jeunes étaient les victimes d’un système scolaire fonctionnant désormais contre la jeunesse. Dans les conversations informelles qui ont suivi, les participants de la quarantaine, la trentaine et la vingtaine comparaient, à partir de leurs cas personnels, ce que l’école algérienne leur avait fait. Il était douloureux de voir dans les corps même des intervenants leurs difficultés, en même temps que leur volonté, de prendre la parole, une parole parfois rugueuse, timide et nouée, qui révèle néanmoins qu’ils sont lucides sur la situation que leur fait l’école.2

L’intervention la plus marquante était celle d’un militant d’une vingtaine d’année : Nous sommes la jeunesse perdue de la Décennie noire, a-t-il martelé, génération maudite, née dans la guerre civile et devenue adulte dans cette longue sortie de guerre qui semble s’achever aujourd’hui. Génération sans histoire et peut-être sans récit. Génération qui semble privée d’elle-même, de son histoire et du langage pour la dire. Et l’idée que nous, les historiens, n’ayons rien à dire à toute cette génération ne me paraît tout simplement pas acceptable.

Le verrou de 1962 doit sauter. Il nous reste à travailler, beaucoup sans doute. C’est le larynx qui me l’a dit.

 

Alger décembre 2012, place des Martyrs. Au centre, la photographie d’un martyr. ©Malika Rahal

 

  1. Ce sont les membres de la l’association qui ont réalisé l’enquête après une formation. Selon le président du RAJ, ce projet n’est qu’une première étape d’accumulation de savoir concernant l’état de la jeunesse dans le pays []
  2. Une collègue enseignante à l’EPAU, l’école d’architecture, me racontait hier les pathologies nouvelles dont souffrent les générations actuelles. Avec des étudiants réduits à l’impuissance linguistique et critique par un système scolaire criminel, face à des exigences universitaires qu’ils ne peuvent satisfaire, et aiguillonnés pourtant par leur propre désir de réussir et de s’exprimer, elle voit depuis plusieurs années se multiplier les cas d’évanouissements et d’étourdissements durant les cours, de symptômes tels que des vomissements répétés, et autres marques d’un malaise profond au coeur même de la situation d’apprentissage. []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في تاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

1 pensée sur “La morale du larynx”

  1. Merci Malika pour l’article, je vais vous envoyer la vidéo de la conférence dés qu’elle sera prête.
    J’espère vous rencontre et collaborer avec vous à l’avenir.
    Mes meilleurs vœux à l’occasion du nouvel an 2013.

    Amitiés

    Abdelouhab Fersaoui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *