In search of the missing after the Algerian War for Independence

Several years ago, I started conducting biographical interviews with left-wing activists in Algeria. This research isn’t over yet, but in the process, it has led to unexpected findings, because when these men and women tell you about their activist lives, they also tell you, in fact, about their lives. From one life to another, I finally understood that one day, I must write about 1962.

One of these interviews took place at the Ijtihad bookshop, in Algiers. “My” interviewee was telling me about how he became an activist. He began his story with his own experience of independence: like many others, his family had migrated to Algiers during the war, fleeing violence; but because of the violence caused by the OAS (the Secret Army Organization, a pro-French Algeria terrorist organization) in 1962 in the city, they took refuge in their home village in Kabylia again. He remembered various tasks that he and other village youth had taken on during the transitional period between the cease-fire in March and independence in July, as well as during the summer of 1962. These included visiting surrounding areas to record the numbers of dead, of survivors, of houses destroyed, the needs in food etc. They also took part in reburial ceremonies for the mujahidin whose bodies had been brought back to the village: from the moment of the cease-fire, relatives of the combatants had gone in search of the their bodies, and — when they were able to find them — brought the remains back to be buried in their village cemetery. The youth who attended such ceremonies sang nationalist anthems [anashid], lined up in scout outfits, playing a quasi-official role in ceremonies that were only just being invented, thus representing the absent (or the not-yet-present) authority of the Algerian state.

Continuer la lecture de « In search of the missing after the Algerian War for Independence »

Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée

19621

C’était le 2 novembre 1962, et c’est le journal al-Chaâb qui raconte : « Ben Bella et Ferhat Abbas ont assisté ainsi qu’un millier de fidèles à la prière du vendredi célébrée pour la 1re fois depuis 132 ans à la mosquée Ketchaoua ».2 L’ancienne église Saint-Philippe, élevée au rang de cathédrale en 1838, redevient ainsi une mosquée. La photographie représente shaykh Brahimi — avant qu’il ne conduise la prière —, le colonel Boumediene, Ben Bella, et Khider en rang dans la cathédrale-mosquée curieusement assis sur des chaises, une bizarrerie qui témoigne que la transition d’une fonction à l’autre — de l’église à la mosquée —, est encore en cours. On apprend qu’une réunion a précédé la prière, au Palais Bruce [Dar Hassan Pacha], où étaient également présents le ministère des Habous, Tewfik Madani, et le grand muphti de Jérusalem Amin Hussein. Le secrétaire général de la commission de l’enseignement des Ouléma, Hamlaoui Hali y a récité un poème en l’honneur des martyrs, et Moufdi Zakaria un poème sur la révolution. Tewfik Madani aurait déclaré : « Le peuple algérien est un peuple musulman et musulman avant tout ». Et d’ajouter, en faisant référence à la prise de la mosquée par les Français après la conquête de 1830 :

Continuer la lecture de « Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée »
  1. Mille mercis à Saïd Abdeddaïm d’avoir partagé sa connaissance sans égale des sources permettant de connaître le 19e siècle algérien. []
  2. Al-Chaâb, N°39 sam. 3 novembre 1962. []

De l’ALN à l’ANP, par Saphia Arezki

J’ai eu le plaisir d’écrire la préface de l’important ouvrage de Saphia Arezki, qui vient de paraître aux Editions Barzakh, sous le titre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne. 1954-1991. Cet ouvrage sera présent au SILA, à Alger dans les jours qui viennent. Pour les lecteurs et lectrices de Textures du temps, voici cette préface.

كان لي شرف كتابة تقديم كتاب صافية أرزقي. يصدر هذا الكتاب في دار البرزخ تحت عنوان: من جيش التحرير الوطني إلى الجيش الوطني الشعبي. بناء الجيش الجزائري 1964-1991 و هو حاضر قي صالون الدولي للكتاب بالجزائر (SILA). يمكن لقراء حبكات الزمن اكتشاف نص هته الخاتمة هنا،

La publication de l’ouvrage de Saphia Arezki est un événement. D’abord, parce que la publication d’un livre d’historien, ou d’historienne, sur l’histoire de l’Algérie après son indépendance est une rareté. D’autre part, parce l’auteure y regarde bien en face l’Armée nationale populaire (ANP) à travers les parcours de ses officiers. On imagine bien comment l’appétit des lecteurs peut être aiguisé par l’annonce de ce sujet : l’armée est à la fois une des institutions les plus anciennes, les plus solides, les plus intégratrices du pays ; elle est au cœur du régime, avec à son actif une guerre fondatrice, et une lutte acharnée (mais victorieuse) contre l’insurrection islamiste dans les années 1990 ; avec les questions de la sécurité militaire et des généraux, elle est fait l’objet de nombreux écrits et discussions qui ont le parfum du scandale, relèvent souvent du fantasme mais évoquent en même temps l’essentiel. Dans ce contexte, « s’attaquer » en historienne à la question de l’armée et de ses officiers est ambitieux, audacieux, peut-être un peu fou, mais pour tout dire, indispensable.

Continuer la lecture de « De l’ALN à l’ANP, par Saphia Arezki »

Oran 1962. Des trois dimensions du souvenir

Dès le lendemain de son arrivée à Oran, le 28 mai 1962, l’envoyé du Comité international de la Croix rouge et du Croissant rouge (CICR), le Dr Chastonay se fait « conduire directement en ville musulmane au centre médico-social Charles de Foucauld, Rue de Tombouctou. » « Je suis très bien reçu par les médecins musulmans », ajoute-t-il. Nous sommes en pleine période transitoire, entre le cessez-le-feu du 19 mars et l’indépendance du mois de juillet 1962. Chastonay ne le dit pas, mais la rue de Tombouctou, c’est le quartier de Mdina Jdida (Ville nouvelle) et ce qui nous intéresse, c’est qu’il en décrit assez précisément les conditions de vie : Continuer la lecture de « Oran 1962. Des trois dimensions du souvenir »

1962. Le retour des réfugiés

Oujda (Maroc), 10 mai 1962. Ouverture de l’opération de rapatriement des réfugiés algériens au Maroc et départ du premier convoi de 193 réfugiés. C’est une opération dite « tripartite », organisée par le Haut Commissariat aux réfugiés  de l’ONU (HCR), avec son partenaire opérationnel, la Ligue des sociétés de la Croix et du Croissant rouges ; l’Exécutif provisoire de Rocher noir, et les autorités françaises. Mais en fait, le Croissant rouge algérien ainsi que l’ALN sont également actifs, même s’ils sont moins préoccupés par leur plan média que les grandes ONG. Le chargé de l’information, l’Egyptien Yassin al-Ayouty, employé du HCR, accueille les journalistes, notamment marocains, venus assister au lancement de l’opération. Son bureau est installé à l’hôtel Terminus d’Oudja. Les autorités marocaines —en la personne du gouverneur de la province d’Oujda— et françaises —en la personne du consul général de France au Maroc— assistent au départ. Les membres du Croissant rouge marocain, qui s’occupent depuis plusieurs années des réfugiés algériens sur leur territoire sont là, ainsi que les ceux de plusieurs sociétés des Croix et Croissant rouges (Pologne, Norvège, Suède, République arabe unie), et les membres de la filiale suédoise de Save the Children, Rädda Barnen. Continuer la lecture de « 1962. Le retour des réfugiés »

Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs »

Sétif, 4 et 5 juillet 1962. Le décor, c’est d’abord les rues et les murs couverts d’affiches : « Référendum OUI à l’indépendance » ; « La révolution pour vaincre la Misère »…

Dans le stade de la ville, un meeting est organisé à la veille de l’indépendance. D’abord, on se promène sans but, profitant de l’atmosphère. Puis la foule immense se presse. Il fait chaud en juillet, et dans la mêlée, un homme est chargé de faire boire les enfants d’une bouteille. À l’orateur inconnu succède une oratrice ; derrière elle, trois combattantes en tenues kakis. Quand on a travaillé sur Ferhat Abbas, dont Sétif était le fief, on reconnait cette tribune où le vieux leader nationaliste avait parlé si souvent avant la guerre d’indépendance. Un autre homme est à la tribune.1

Dans le stade de Sétif, un homme fait boire les enfants. Capture d’écran du film d’Alain Olmi, alias Jean Kersco, avec son aimable autorisation.

Continuer la lecture de « Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs » »

  1. Ce texte comprend de courts extraits d’un article à paraître dans les Mélanges en l’honneur d’Omar Carlier, édités par M’hamed Oualdi et Morgan Corriou. L’article a été rédigé avant le récent voyage à Sétif dont il est aussi question ici. []

In memoriam Mezioud Ouldamer (1951-2017)

Nedjib Sidi Moussa revient dans Textures du Temps pour évoquer la figure de Mezioud Ouldamer, récemment disparu. Cette figure mal connue —on n’en connaît pas de photographie— nous fait entrer dans les années 1980 et 1990 à travers les écritures de la gauche, en Algérie et en exil.
Tandis que la France officielle s’apprêtait à commémorer la prise de la Bastille en présence du représentant de la première puissance mondiale et que des héritiers de la lutte anticolonialiste se souvenaient de la répression sanglante du 14 juillet 1953, Mezioud Ouldamer prit la décision de mettre fin à ses jours. Il répondit à sa façon à l’interpellation d’Albert Camus pour qui le suicide était le seul problème philosophique vraiment sérieux. Continuer la lecture de « In memoriam Mezioud Ouldamer (1951-2017) »

A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance

Il y a quelques années, j’ai entrepris de mener des entretiens biographiques avec des militants de gauche. Ce travail n’est pas encore terminé, mais en chemin se sont révélés des embranchements imprévus. Car en vous racontant leurs vies militantes, ces hommes et femmes vous racontent aussi leurs vies. De vie en vie, j’ai compris qu’il me faudrait un jour écrire sur 1962.

Au cours d’un entretien à la Librairie Ijtihad, un de mes interlocuteurs me racontait comment il était devenu militant, et avait commencé par raconter « son indépendance ». Alors que sa famille avait migré vers Alger durant la guerre —comme de nombreuses autres familles— ils avaient retrouvé refuge dans leur village d’origine en Kabylie au moment de la violence de l’OAS. Il se souvenait de diverses tâches qu’avec les autres jeunes du villages ils s’étaient données durant la période transitoire puis l’été de 1962 : visites des régions alentours pour dresser les bilans (décompte des morts, des survivants, des maisons détruites…), mais aussi participation à des cérémonies de réinhumation de corps de mujahidin ramenés au village. Ces corps, leurs proches étaient allés les chercher, et lorsqu’ils avaient pu les trouver, les avaient ramenés. Les jeunes présents lors des cérémonies, chantaient des anashid [hymnes nationalistes]. Alignés en tenue de scout, ils jouaient un rôle quasi-officiel dans un cérémonial encore balbutiant, représentant en somme l’autorité absente (ou non encore présente sur les lieux) de l’État algérien. Continuer la lecture de « A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance »

الشرفة. عودة إلى مكان قتل علي بومنجل – 23 مارس 1957

منذ سنواتٍ قليلةٍ، أُتِيحَت ليَ الفرصةُ لكتابة سيرةِ علي بومنجل، الذي كان مُحاميا ومناضلا سياسيا جزائريا. خلال هذا البحث، بدأتُ أدرك كم هي مفيدةٌ معرفة الأماكن لفهمِ الأشياء، وتجذيرِ الكتابة  : كنتُ قد رأيتُ الدار التي بناها علي بومنجل وزوجته في حي العناصر ودار والديه في بلكور، والعديد من الأماكن التي عاشا فيها في العاصمة. ولكن لم أجدْ أبدا العمارة التي استولى عليها المِظلّيون الفرنسيون في الأبيار والتي كان المُحامي قد أُلقيَ منها خلال « معركة الجزائر » سنة 1957. لم يكن لبعض الجولات في الحي أيةُ نتيجةٍ رغم استعمالي للخارطةِ التي قدّمها بيار فيدال ناكي في كتابه. وما كان اكتشاف هذه العمارة ليبدوَ مستحيلا، ذلك أنّ الفنان إرناست بينيون إرناست قد وجدها لكي يضعَ على حيطانها صورة موريس أودان سنة 2003. وفي نفس العام، صوّر فيها جان بيار ليادو عودة هانري علاق الذي خضع للتعذيب في نفس المكان، وذلك في فيلمه الوثائقي « الحلم الجزائري ».

Continuer la lecture de « الشرفة. عودة إلى مكان قتل علي بومنجل – 23 مارس 1957 »

La guerre après la guerre. Déminage (II)

Par un hasard de la recherche, quelques jours après avoir écrit un long billet sur la fin des opérations de déminage annoncée par l’Algérie en janvier 2017, je me trouve à Genève aux archives du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies (UNHCR). Le but de ce voyage, c’est de suivre un fil dans ma recherche sur l’année 1962 : c’est en effet le HCR qui a été en charge du rapatriement des réfugiés algériens du Maroc et de Tunisie en 1962. Continuer la lecture de « La guerre après la guerre. Déminage (II) »

La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963

Il y quelques jours, l’APS annonçait la fin des opérations de déminage concernant les mines datant de la guerre d’indépendance. 55 ans après la fin d’une guerre durant laquelle on estime que 11 ou 12 millions de mines ont été posées.

Selon le directeur de la communication de l’État-Major de l’ANP :

« L’achèvement de l’opération de déminage couronne plus de 50 années d’efforts continuels et de travail sur le terrain pour l’éradication définitive du fléau des mines de notre pays, ce qui a permis la destruction de 8.854.849 mines. » Continuer la lecture de « La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963 »

Guerres mondiales. Savoir compter jusqu’à quatre

Commentaire facebook publié le 20 décembre 2016, vers 5h du matin, après l’assassinat de l’ambassadeur de Russie en Turquie et les commentaires qu’il a provoqué. Je le poste ici, sous la forme d’une note, parce que la question de la guerre mondiale va continuer de me tarauder (on peut aussi lire un édito de Libé à ce sujet.)

Lus ici et là des commentaires, y compris sous la plume d’historien(ne)s sur la possibilité d’une troisième guerre mondiale. Le critère déterminant apparemment, c’est de savoir s’il y aura ou pas la guerre en Europe, si l’Europe « glissera » ou pas.
Bref, à vous lire, la guerre mondiale, c’est la guerre en Europe. Tout le reste (Alep, la Syrie, Mossoul, Syrte, l’Irak, Daech, la Libye et même le Mali tout ça) n’est que roupie de sansonnet.

Je reprends donc : Continuer la lecture de « Guerres mondiales. Savoir compter jusqu’à quatre »

Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale

Comme il l’avait fait pour son précédent ouvrage portant sur Maurice L’Admiral, Christian Phéline nous présente ici son livre à paraître aux éditions Riveneuve et intitulé Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale. Il lève notamment le voile sur des archives nouvelles —celles du bâtonnat— qui ouvrent la voie à de futures recherches. Continuer la lecture de « Les avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale »

La Lettre de l’Indien ou L’exil des utopies


«  Le corps migrant est souvent douloureux.
Il n’a ni refuge, ni sécurité. »
Nabile Farès

Si je devais expliquer mon parcours d’historienne — comme on a parfois à le faire dans notre métier —, et mon cheminement de pensée — comme parfois on en ressent le besoin dans la vie — , il faudrait sans doute commencer par vous faire écouter La Lettre de l’Indien.

De cette émission, je ne sais pas tout : elle était diffusée par une radio libre dont je ne connais pas le nom, dans la région de Toulouse, au début des années 1980 — entre 1982 et 1986. Je n’en sais guère plus. Continuer la lecture de « La Lettre de l’Indien ou L’exil des utopies »

Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les Etats-Unis ? Le mythe de l’archive

par Arthur Asseraf et Malika Rahal

Les archives étrangères sont une grande tentation. Face à l’impossibilité d’obtenir l’accès aux archives nationales algériennes pour la période post-1962, les archives nationales d’autres pays semblent la meilleure alternative à la sacro-sainte forteresse de Birkhadem. Continuer la lecture de « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les Etats-Unis ? Le mythe de l’archive »