Catégories
Billet

Les enlevés. Cartographie de la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”

Ce matin, à l’occasion d’une présentation au forum du journal El Moudjahid, à Alger, Fabrice Riceputi et moi-même avons eu l’occasion de présenter notre projet Mille autres sur la disparition forcée durant la grande répression d’Alger, dite “bataille d’Alger” (1957-1958)1. Le projet documente les cas des personnes enlevées (مختطفون) par les parachutistes français, dont beaucoup ne sont jamais réapparus. La rencontre nous a donné l’opportunité de rencontrer plusieurs proches de disparus et de revoir certaines personnes interviewées en 2019, avant la crise du covid. Certains ont d’ailleurs pris le micro pour raconter leur histoire.

  1. Le projet est soutenu par l’Association Maurice et Josette Audin, le site Histoire coloniale, l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS-Paris 8) et par la plateforme Mémoire&Résilience de l’INSHS du CNRS. []
Catégories
Billet

Une « libération » en 1958. L’enlèvement de Slimane Asselah (3)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical d’Alger par les forces de l’ordre françaises. À l’été 1958, l’armée indique à la famille qu’il a été libéré – mais aussi qu’il ne figure pas dans ses fichiers. Troisième volet de l’histoire de sa disparition, d’abord publiée par Médiapart et republiée aujourd’hui par Textures du temps.

Slimane Asselah a été vu vivant dans la première quinzaine du mois d’avril 1957, détenu dans une cave par les parachutistes. Sa famille et son avocat perdent ensuite définitivement sa trace. En juin 1957, alors qu’il est probablement mort depuis plusieurs semaines, une interpellation politique en métropole oblige l’armée à s’exprimer sur ce qui est maintenant une suspicion de disparition du fait des militaires.

Catégories
Billet

« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah ». L’enlèvement de Slimane Asselah (2)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de l’histoire de sa disparition, publiée par Médiapart et que Textures du temps republie aujourd’hui.

Quelques jours après l’enlèvement de Slimane Asselah à son cabinet médical par des parachutistes du 2e RPC, le 4 mars 1957, l’intervention de son avocat déclenche un processus qui va obliger l’armée à réagir, ce qu’elle ne fait pas d’ordinaire. Maître Pierre Popie parvient en effet à perturber le secret dont les militaires entourent leurs opérations.

Me Popie est alerté immédiatement de l’enlèvement. Il multiplie aussitôt les démarches pour ce client qui lui est cher, son ancien camarade de faculté. Slimane Asselah ne réapparaissant pas, et la presse venant d’annoncer le très suspect « suicide » de l’avocat Ali Boumendjel le 23 mars, alors qu’il était aux mains des parachutistes, Me Popie signale sa disparition le 27 mars 1957 au préfet d’Alger, Serge Barret.

Catégories
Billet

« Peut-être, je reviendrai ». L’enlèvement de Slimane Asselah (1)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé à son cabinet, à Alger, par les forces françaises. Sa famille ne le reverra jamais. Et comme pour beaucoup, les circonstances de sa disparition restent incertaines. C’est l’objet de cette enquête en quatre volets, rédigée par Malika Rahal et Fabrice Riceputi et d’abord parue sur Médiapart. Textures du temps la republie aujourd’hui.

4 mars 1957. Ce qui sera bientôt baptisé « bataille d’Alger » par la propagande française fait rage depuis deux mois. Ce matin-là, le docteur Slimane Asselah reçoit des patients dans le cabinet médical situé au premier étage du 15, rue Marengo, au milieu de la casbah d’Alger. Vers midi, il en sort, escorté par des membres des forces de l’ordre françaises, et monte dans leur véhicule. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu.

Catégories
Billet

Algérie, 2 juillet 1962

Le 2 juillet 1962, au lendemain du référendum d’autodétermination, un reportage de la télévision française tente de capter l’atmosphère dans différents quartiers d’Alger puis à Dely Brahim. Il saisit le temps de la transition entre deux souveraineté, en filmant les deux drapeaux algérien, côte à côté face à la mer, mais aussi en embrassant dans le même cadre des soldats français et algériens qui s’ignorent plutôt que de se combattre.

Alger, 2 juillet 1962 — La caméra saisit les différents groupes qui traversent le centre-ville : groupes de scouts, de jeunes filles, de marins qui défilent (ou répètent pour un défilé ultérieur ?) sous les yeux des habitants Européens de la ville.

Catégories
Billet

Algérie, 1er juillet 1962. Le référendum d’autodétermination

Parmi les archives de l’INA, se trouvent quelques perles qui permettent de saisir l’atmosphère (ou les atmosphères) de l’année 1962. Parmi elle, la vidéo suivante, faite à la fois de rush muets et de segments sonores. Le journaliste se déplace d’une ville à l’autre en hélicoptère. La vidéo est faite de rushes, parfois sonores ou muets [la voir ici]. La légende de l’époque est pleine d’erreurs. Elle indique : “Vote au référendum sur l’autodétermination en Algérie. Scènes de vote à Orléansville, Tlemcen sinistré par un tremblement de terre, Constantine et Bône”. Le filme permet néanmoins de suivre la journée avec son caractère de retenue, et les efforts de mobilisation, de discipline et d’organisation qui marquent l’organisation du vote.

Les images révèlent à la fois l’organisation et la spontanéité. Aux termes des accords d’Évian, les autorités algériennes de l’extérieur (notamment le Gouvernement provisoire de la République algérienne, et l’armée constituée aux frontières, en Tunisie et au Maroc) doivent attendre le résultat du référendum pour entrer sur le territoire. Toutefois, depuis le cessez-le-feu, les combattants présents à l’intérieur du pays ainsi que des personnalités locales se sont organisés en comités sous une multiplicité d’appellation. À Boghari » c’est un « état-major général civil[1], un « bureau de la permanence du FLN » à Tlemcen[2] et, à Akbou, un « Comité de Trois » qui se substitue au conseil municipal[3]. Ces autorités locales on en charge le déroulement du référendum. Ils sollicitent pour cela tous les jeunes instruits qui, durant des jours, ont aidé à constituer des listes électorales.

Catégories
Billet

Belcourt / Belouizdad, le Stade de tous les défis

Dans la lumière glorieuse de cette fin d’un après-midi d’été, une Land Rover décapotable fait un lent tour de la piste, précédée et suivie de plusieurs jeeps. Sur les ailes et les garde-boue de la voiture, des soldats en treillis chantent l’hymne national. Debout à l’arrière, un homme en costume sombre et cravate qu’entourent plusieurs autres civils lève, comme avec surprise, son regard voilé de verres fumés vers les gradins où se presse une foule en liesse, contenue par les membres du service d’ordre portant un brassard vert et blanc.

Catégories
Billet

Au-delà du mur. Enquête sur deux photos de la torture en Algérie

L’historien Fabrice Riceputi est le fondateur et le co-animateur, avec Malika Rahal, du site 1000autres.org, autour des disparus de la “Bataille d’Alger”. Pour son premier article dans Textures du temps, il propose une réflexion autour de deux photographies, rares, représentant la torture d’un prisonnier aux mains de l’armée française durant la Guerre d’Indépendance.

المؤرخ فابريس ريسيبوتي هو مؤسس ومنظم ، مع ملكة رحال ، لموقع ألف آخرين حول مختطفي « معركة الجزائر » (1957). بمقاله الأول في حبكات الزمن، يدور التحقيق حول صورتين نادرتين تظهران مشهدًا للتعذيب خلال حرب التحرير الوطني.

Dans le silence des salles de lecture de centres d’archives, il arrive qu’une découverte fasse entendre une exclamation de surprise, voire un bref sanglot vite retenu, signalant l’émotion incontrôlée d’un lecteur chez qui, sans prévenir,  le mort a saisi le vif.

Les deux photographies en noir et blanc reproduites ici ont été prises en Algérie en 1957. Elles sont de cette sorte d’archive dont l’effet de réel historique est si glaçant qu’elles poursuivent longtemps qui les a vues surgir d’un carton sans crier gare.

Catégories
Billet

Algérie 2019 : Initiative d’archives collectives

Né fin février 2019,1 le projet Algérie : Initiative d’Archives Collectives est issu d’un suivi des évènements entamé dès le début de la mobilisation en Algérie. Très rapidement, le réflexe historien et plus largement le réflexe de recherche a pris le dessus avec une volonté de conserver précieusement photos, communiqués et vidéos en lien avec les mobilisations. Comme l’écrit Malika Rahal, nous assistons à la naissance des « sources qui — demain — permettront d’écrire l’événement dans l’histoire. »2 L’équipe d’Algérie : Initiative d’Archives Collectives s’est progressivement élargie au cours des semaines qui ont suivi les premières mobilisations historiques de février 2019 à un groupe de chercheurs et chercheuses issus de disciplines variées (historien.ne.s, sociologues, politistes, etc.).

  1. Image de Une : “Nous sommes l’Algérie”, 1er mars 2019 par la photographe et historienne ©SaphiaArezki []
  2. Malika Rahal, Algérie: « Dans ces espoirs que l’on veut contenus se lit toute une expérience historique », Le Monde, 4 mars 2019 []
Catégories
Billet

Faire peuple à Alger

Comment saisir la foule? Il faut lever la main, haut, téléphone tendu jusqu’à s’en décrocher le bras. Monter en haut d’un immeuble sans vis-à-vis rue Didouche Mourad. Ou mieux, lancer un drone encore plus haut pour filmer une vue panoramique.

Depuis le début des manifestations en Algérie le 22 février, on assiste à une pluie d’images (bouleversantes) de foules. À défauts de chiffres assurés, c’est par les images que l’on jauge la cote de popularité des opposants à l’entourage du président Bouteflika. Certaines de ces images sont l’oeuvre de photographes professionnels ou de journalistes, mais plus encore proviennent de simples citoyens armés de leur smartphone, à Oran, à Bouira ou encore à Béjaïa. Et bien sûr, à Alger, place Audin, place du 1er mai (ex-Champ de Manœuvre), et surtout devant la Grande Poste, sur l’ancien Forum. Les manifestations qui s’y déroulent réinvestissent un urbanisme colonial et donnent un sens nouveau à l’espace public.

Catégories
Billet

Algeria 2019. Something begins, and something ends

The following article was commissioned by an online media and written on Monday, March 11 2019, a few hours before the date for the upcoming presidential election was postponed and president Bouteflika announced he would not be running again. It was heavily edited with a title that doesn’t befit the text. Here is the original version.

On Friday March 8 2019,1 Algeria experienced one of the largest waves of demonstrations in the country’s history. Algerians took to the streets in protest against President Abdelaziz Bouteflika running for a 5th term in the presidential elections scheduled for 18 April. The protests have grown steadily since February 22, including not only the major cities of Algiers, Oran and Constantine, but also smaller cities and towns across the largest country in Africa. Students (and women make up the majority of Algerian students today) joined the protest on the February 22. The presence of women became even more spectacular as last Friday was also International Women’s Day.

  1. photo: Slogans in preparation for the March 8 2019 demonstrations, Twitter, Farah Souames. []
Catégories
Billet

Les femmes dans la rue. Le 8 mars dans la longue histoire de l’Algérie indépendante

La première fois que j’ai assisté la Journée internationale de la femme en Algérie, le 8 mars 2007, j’ai été assez frappée par le fait que — dans la rue au moins — ça ressemblait beaucoup à la Saint Valentin : les hommes souhaitaient une bonne fête aux femmes, elles bénéficiaient d’une demi-journée chômée-payée, et pour les plus chanceuses, leurs maris leur offriraient des roses. Si on était moins chanceuse (au moins selon le journal satirique El Manchar), on assistait au concert du chanteur du raï algérois, le très sentimental Cheb Yazid, figure incontournable du concert officiel du 8 mars.1

  1. Voir, à titre d’exemple, “Insolite: elle décide de changer de sexe pour ne plus subir le concert de Cheb Yazid le 8 mars. El Manchar (8 mars 2017) https://el-manchar.com/2017/03/08/insolite-decide-de-changer-de-sexe-ne-subir-concert-de-cheb-yazid-8-mars/   []
Catégories
Billet

Le peuple et le sens de l’histoire

Une version de ce texte est parue sous la forme d’une tribune dans le journal Le Monde du 4 mars 2019. Il a été écrit dimanche 3 à la mi-journée, alors que les manifestations étudiantes démarraient sans que je puisse les évoquer encore.

L’Algérie a connu des derniers jours des marches d’une ampleur pratiquement inédite dans l’histoire du pays, pour s’opposer à un cinquième mandat du président Bouteflika, avec des manifestations spectaculaires qui ont couvert l’ensemble du territoire dans ses moindres localités. 

Catégories
Billet

Nelson Mandela à Alger, mai 1990, ou l’Algérie-dans-le-Monde

Alors que 1990_1995 Algérie, chronique photographique, l’ouvrage de Ammar Bouras est publié ces jours-ci aux éditions Barzakh, le youtubeur Cyrus North met en ligne un nouvel épisode de la série “Une image, une histoire”, justement consacrée à l’une des photographies du photographe et artiste plasticien. Chaque épisode de la série met en scène une photo choisie et analysée par un historien. J’avais pour ma part choisir l’image de Nelson Mandela à Alger, en 1991, prise par Ammar Bouras.

“Nelson Mandela à Alger”, présenté par le youtubeur Cyrus North dans la série “Une Image une Histoire”, à partir du texte qui suit.
Catégories
Billet

In search of the missing after the Algerian War for Independence

For the past few years, I have been conducting biographical interviews with left-wing activists in Algeria. This research isn’t over yet, but in the process, it has led to unexpected findings. As these men and women tell you about their activist lives, they also tell you about their lives. Listening to one life after another, I finally realized that one day, I would have to write something about 1962.

One of these interviews took place at the Ijtihad bookstore, in Algiers. I was interviewing a man who was told me about how he became an activist. He began his story with his own experience of Independence, in 1962: like many others, his family had migrated to Algiers during the war, fleeing the intense violence in the countryside; but because of the increasing violence of the city caused by the OAS (the Secret Army Organization, a pro-French Algeria terrorist organization), the family sought refuge back in their home village in Kabylia. Along with other village boys and girls, he reminisced, they had undertaken various tasks during the transitional period that ran from the cease-fire in March to Independence in July, as well as during the summer of 1962. They had visited the surrounding areas to record the numbers of dead, survivors, destroyed houses, as well as the needs in food in each village in order to organize support. They also took part in reburial ceremonies for the mujahidin, the combatants killed during the war: from the cease-fire onwards, relatives had gone in search of their bodies, and whenever they were able to find them, endeavored to bring back their remains in order to bury them in their village cemetery. The youth, lined up in scout outfits, attended such reburial ceremonies, sang nationalist anthems [anashid], and played a quasi-official role in ceremonies that were only just being invented, thus representing the absent (or the not-yet-present) authorities of the Algerian state.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search