Guerres mondiales. Savoir compter jusqu’à quatre

Commentaire facebook publié le 20 décembre 2016, vers 5h du matin, après l’assassinat de l’ambassadeur de Russie en Turquie et les commentaires qu’il a provoqué. Je le poste ici, sous la forme d’une note, parce que la question de la guerre mondiale va continuer de me tarauder (on peut aussi lire un édito de Libé à ce sujet.)

Lus ici et là des commentaires, y compris sous la plume d’historien(ne)s sur la possibilité d’une troisième guerre mondiale. Le critère déterminant apparemment, c’est de savoir s’il y aura ou pas la guerre en Europe, si l’Europe « glissera » ou pas.
Bref, à vous lire, la guerre mondiale, c’est la guerre en Europe. Tout le reste (Alep, la Syrie, Mossoul, Syrte, l’Irak, Daech, la Libye et même le Mali tout ça) n’est que roupie de sansonnet.

Je reprends donc :

1- Si le monde arabe s’appelait Europe, ça fait belle lurette que face à l’implication d’armées étrangères (et notamment européennes), au risque d’effondrement des états, aux discussions sur le retracé des frontières, aux millions de réfugiés, à la destruction de villes ou de zones urbaines entières le terme de guerre mondiale ferait consensus.

2- C’est de la quatrième guerre mondiale qu’il s’agit, et évidemment pas de la troisième. Car si l’Afrique s’appelait Europe, on se souviendrait qu’avant la guerre mondiale des arabes, il y a eu la guerre mondiale de l’Afrique, « the Great African War » ou « the African World War » (1998-2003, même si les dates sont discutées. Certains considèrent que le génocide des Tutsis du Rwanda puis la première guerre du Congo participent de cette grande guerre). De nouveau, implication des puissances étrangères (et européennes), millions de réfugiés, selon les dates retenues même un génocide etc. etc.

Dans les deux cas, on a les ingrédients d’une guerre mondiale de bonne facture, en somme.

À un détail près toutefois : des populations non-européennes y sont les premières à mourir.

[Avec une spéciale dédicace à ceux parmi les historiens de l’Europe que l’existence obstinée du reste du monde prend toujours un peu par surprise.]

Beirut, sur la ligne verte, l'ancienne salle de cinéma L'Oeuf, Déc. 2016 ©MRahal
Beirut, sur la ligne verte, l’ancienne salle de cinéma L’Oeuf, Déc. 2016 ©MRahal

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d’histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *