Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée

19621

C’était le 2 novembre 1962, et c’est le journal al-Chaâb qui raconte : « Ben Bella et Ferhat Abbas ont assisté ainsi qu’un millier de fidèles à la prière du vendredi célébrée pour la 1re fois depuis 132 ans à la mosquée Ketchaoua ».2 L’ancienne église Saint-Philippe, élevée au rang de cathédrale en 1838, redevient ainsi une mosquée. La photographie représente shaykh Brahimi — avant qu’il ne conduise la prière —, le colonel Boumediene, Ben Bella, et Khider en rang dans la cathédrale-mosquée curieusement assis sur des chaises, une bizarrerie qui témoigne que la transition d’une fonction à l’autre — de l’église à la mosquée —, est encore en cours. On apprend qu’une réunion a précédé la prière, au Palais Bruce [Dar Hassan Pacha], où étaient également présents le ministère des Habous, Tewfik Madani, et le grand muphti de Jérusalem Amin Hussein. Le secrétaire général de la commission de l’enseignement des Ouléma, Hamlaoui Hali y a récité un poème en l’honneur des martyrs, et Moufdi Zakaria un poème sur la révolution. Tewfik Madani aurait déclaré : « Le peuple algérien est un peuple musulman et musulman avant tout ». Et d’ajouter, en faisant référence à la prise de la mosquée par les Français après la conquête de 1830 :

« Je remets à la communauté musulmane cette mosquée dans laquelle 309 fidèles, hommes et femmes avaient préféré mourir avant qu’elle ne fut prise par les conquérants, afin de la garder à l’islam. »

Il assure également que toutes les mosquées seraient rendues au culte musulman et que trois jours de prières seraient dites à Ketchaoua en l’honneur des martyrs.

2018

En avril 2018 à deux pas de là, la Place des Martyrs a été restituée aux habitants de la capitale. Depuis des années, les travaux de construction d’une nouvelle station de métro en avaient rendu l’accès impossible. La découverte de vestiges dans le sous-sol, leur étude et protection, puis le projet de création d’une station de métro-musée a considérablement retardé la fin des travaux.

Le chantier avait commencé en 2011, après l’inauguration du premier tronçon du métro le 31 octobre. En achetant mon premier ticket, je pensais très fort à mon oncle Mario. Chilien, il était venu en Algérie  dans les années 1980 à partir de l’Union soviétique, pour construire ce métro. Il avait rencontré ma tante, et n’avait plus quitté le pays jusqu’aux menaces islamistes des années 1990. Les travaux étaient alors arrêtés et le métro d’Alger était devenu une blague proverbiale pour désigner quelque chose qui jamais n’arrive.

En avril dernier, l’inauguration de la place et celle de la mosquée Ketchaoua, entièrement restaurée et consolidée avec l’aide de la Turquie, ont eu lieu le même jour : le président Bouteflika en fauteuil roulant a été conduit du parvis de la mosquée aux rames du métro3 Sur la place désormais réouverte à la circulation, on se promène dans un jardin et on retrouve avec plaisir la perspective vers la mer et la vue sur les facades d’immeubles. Une ouverture permet aux passants de plonger le regard vers le chantier de fouille. Un dallage ancien, et quelques carreaux de céramique donnent le frisson : il s’agit en effet du sol de la mosquée Sayyida, l’une des premières à avoir été détruites après la conquête de 1830, avant même que les cartographes et les savants français ne se mettent au travail pour documenter le tissus de la ville. Même les images en sont rares, et elle a acquis une dimension un peu mythique. Or tout à coup, on la voit… 

Place des Martyrs, dallage de la mosquée Sayyida, 3 novembre 2018 ©MRahal

1962

Le 27 octobre 1962, il est aussi question de la mosquée Ketchaoua. Dans l’après-midi, le président Ben Bella reçoit Jean-Marcel Jeanneney, nouvel ambassadeur de la France en Algérie. Le contenu des discussions nous est connu par le compte rendu que fait Jeanneney à sa hiérarchie ; on n’en connaît pas de compte rendu algérien.4

Ce jour-là, la discussion porte sur les conditions du transfert de propriétés d’un État à l’autre, et des tensions qui en résultent. Jeanneney reproche aux  Algériens le principe selon lequel « le transfert des immeubles de l’État en Algérie s’est trouvé opéré de plein droit, dès le jour de l’Indépendance, aux autorités algériennes ». Il exige donc certaines restitutions. Évoquant la doctrine appliquée dans d’autres pays devenus indépendants et les accords d’Evian, il souhaite un accord domanial entre les deux pays pour régler la propriété des immeubles étatiques. L’ambassadeur entend protester en particulier contre deux « faits accomplis ». L’un d’entre eux date du jour-même, et concerne l’immeuble de la radio-télévision à Alger : le bâtiment de la radio-télévision a été occupé à la fin du mois d’août par des hommes de la wilaya 4, et Khaled Safer vient d’être nommé directeur par interim par le ministère de l’information du gouvernement algérien.

Le second concerne la cathédrale d’Alger. Jeanneney argumente :

« Nous savons que Monseigneur Duval est disposé à restituer ce bâtiment du culte catholique construit sur une ancienne mosquée. Le gouvernement français n’en estime pas moins que les formes juridiques doivent être observées et qu’aussi il doit être tenu compte des considérations sentimentales eu égard au catholicisme de la plupart des Français d’Algérie. Certes, en règle générale, les églises sont du domaine communal, mais la cathédrale d’Alger est du domaine de l’État. Le gouvernement français devait donc être saisi. » 

Mais au delà du droit, le facteur irritant pour les autorités françaises est que cette cathédrale puisse être utilisée dans le cadre des célébrations nationales du 1er novembre de l’année 1962 :

« Il aurait sans doute admis qu’un transfert par priorité pouvait être envisagé. Or, il n’en a pas été ainsi. Bien plus, nous avons entendu dire que la fête nationale comporterait le 1er novembre une cérémonie dans cette cathédrale. Cette utilisation d’un lieu du culte catholique, immeuble français, pour une célébration politique constituerait un geste hautement déplaisant à l’égard de la France et des ressortissants français. » 

Ici on voit bien les enjeux symboliques, et les complications du droit durant la période coloniale. Malgré la séparation des églises et de l’état, les lieux de culte religieux chrétiens ont toujours été considérés comme liés à la souveraineté française (dans le même temps d’ailleurs que le contrôle étatique sur le culte musulman était aussi une affirmation de domination).

De son côté, Ben Bella rappelle qu’il discute directement avec Monseigneur Duval, archevêque d’Alger, depuis longtemps ; que le cérémonial originellement prévu pour le 1er novembre dans la cathédrale a été supprimé au profit d’une simple prière avec un prêche de l’imam ; qu’il ne devrait pas appartenir à l’état français de se préoccuper de l’affaire. La date du 15 novembre proposée par Jeanneney pour ouvrir les discussions est trop tardive, dit Ben Bella qui insiste sur l’urgence. « Nous sommes un peuple jeune, réaliste, pressé, qui n’aime pas les arguties juridiques », lui fait dire Jeanneney, d’autant que les troupes de l’ALN sont encore installée de façon précaire pendant que l’armée française bénéficie d’installation confortable. (Dans une parenthèse de ce document confidentiel, Jeanneney reconnaît à ses supérieurs que le dossier sur la radio lui a été demandé par le président de l’Exécutif provisoire, Abderahmane Farès au mois d’août, et que les services français n’ont remis, en octobre seulement, qu’un document de deux pages.)

Selon ce compte rendu français, aucun des deux hommes ne fait explicitement référence à 1830, à l’acte de capitulation d’Alger du 5 juillet, ou à la conversion-transformation-destruction de mosquée Ketchaoua en cathédrale Saint-Philippe, dans les années 1830. Et pourtant, malgré ce silence, 1830 est partout dans la discussion de 1962 autour de la restitution de la mosquée-cathédrale Ketchaoua.

Mosquée Ketchaoua, novembre 2017 ©MRahal. 

1830

A quoi Tewfik al-Madani fait-il allusion lorsqu’il évoque durant la cérémonie du novembre 1962 les personnes tuées dans la mosquée lors de sa prise ?

On connaît mal les réactions de la population désormais soumise à la nouvelle autorité française, tout simplement parce qu’elles n’intéressent guère les chroniqueurs. On en trouve trace toutefois, en cherchant bien. Le traducteur du duc de Rovigo, Joanny Pharaon est en charge de la médiation avec les Algérois. Originaire de Damas, né au Caire, il est fils d’un autre traducteur, Elias Haninié, interprète de l’expédition d’Egypte de Napoléon.5 C’est son fils Florian, également interprète de la puissance conquérante, qui raconte la façon dont Ketchaoua a été prise :

« [L]e duc [de Rovigo] donna, le 17 décembre 1831 l’ordre d’occuper la mosquée le lendemain […]. Une compagnie du 4e de ligne était placée à l’entrée de la rue du Vinaigre, et une demi batterie de campagne occupait la place du Soudan. Quatre mille musulmans environ étaient enfermés dans la mosquée dont les portes étaient barricadées. On fit les sommations légales, puis une escadre de sapeurs du génie fit sauter les gonds de la porte. Aux premiers coups de hache, les rebelles se décidèrent ouvrir et une immense rumeur sortit de la mosquée. Mon père, M. Balensi et Sidi Bou Derba montèrent les marches du portail, mais immédiatement éclatèrent quelques coups de feu, et une bousculade formidable vint renverser les membres de la commission et les ulémas. La troupe croisa la baïonnette et refoula les musulmans devant la mosquée. La panique se saisit d’eux et ils s’enfuirent par une issue qui donnait du côté de la rue du Vinaigre. On trouva dans la mosquée plusieurs hommes à moitié étouffés et quelques autres blessés dans la tentative de sortie. La prise de possession était faite.6 »

Cette appropriation de la mosquée, construite en 1612 et considérée comme la plus belle, se déroulait dans le cadre d’une transformation rapide de la ville après la conquête. La place des martyrs, ancienne place du gouvernement, fut immédiatement ouverte au beau milieu du dense bâti du centre ville. Des dizaines de bâtiments officiels ou de résidences, certains de grande valeur historique, politique, artistique, religieuse, ont été détruits pour cela en quelques mois. Un plan dessiné par Abdelaziz Ferrah superposant la ville en 1830 à un plan récent permet de mesurer l’ampleur des destructions.

1- La mer 2- Bab al-Bhar 3- Jama‘a al-Kabir 4- Jama‘a al-Jadid 5- Qa’ al-Sur (le bas de la muraille) 6- Batterie de défense 7- Les commerces 8- Place du Divan, puis de Juba 9- La rue et le marché Jenné 10- La rue du Divan 11- Dar Aziza 12- Jama‘a Ketchaoua 13- Palais des Deys 14- Jama‘a Sayyida (Ferrah, Abdelaziz. La Casbah d’Alger : ruines et espoir ? Alger: Éditions ANEP, 2007.)

Après la conquête, la mosquée Ketchaoua, fut promptement convertie cathédrale de la ville durant les années 1830. Elle connut ensuite des transformations si radicales que pour certains auteurs, c’est d’une véritable destruction et reconstruction qu’il s’agit, au cours de laquelle ne sont finalement conservées que les anciennes colonnes.

« Le 24 décembre 1832, une des plus jolies mosquées d’Alger, située dans la rue du Divan, ayant été consacrée au culte catholique, le service religieux s’y ouvrit par la belle solennité de la messe de minuit, et y fut continué par le vicaire apostolique, assisté de quelques autres prêtres français. En 1838, le gouvernement demanda à la cour de Rome l’érection d’un évêché pour l’Algérie, « dans le but de substituer au régime provisoire, dont jusqu’alors la nécessité avait fait une. loi, une organisation conforme aux institutions du catholicisme. » Le pape s’empressa de déférer à cette manifestation, et expédia, dans le courant de cette même année, les bulles pour l’érection et la circonscription de l’évêché d’Alger.7 »

En effet, par la bulle du 10 août 1938, le pape Grégoire XVI éleva ensuite  la ville au rang de diocèse, et la mosquée-église devient alors la cathédrale Saint-Philippe8

Lors que le dey Hussein avait signé le 5 juillet 1830 le texte présenté par le maréchal de Bourmont, qui commandait les troupes françaises, il signait la capitulation de sa ville capitale.9  Au titre de cette capitulation : « Le fort de la Casbah, tous les autres forts qui dépendent d’Alger et le port de cette ville seront remis aux troupes françaises, ce matin, à dix heures du matin (heure française). » Le texte prévoyait cependant la protection de la famille et des biens du dey. Il prévoyait aussi un certain nombre de garanties, dont le général en chef prenait l’engagement « sur l’honneur » :

« L’exercice de la religion mahométane restera libre. La liberté des habitants de toutes classes, leur religion, leurs propriétés, leur commerce et leur industrie, ne recevront aucune atteinte. Leurs femmes seront respectées. »

Ces garanties furent rapidement foulées au pied. Le centre de la ville d’Alger, allait être si rapidement transformé par des destructions que les cartographes coloniaux n’auraient guère le temps de dessiner les plans de la ville telle qu’elle existait avant sa prise, obligeants les chercheurs à de patientes reconstitutions jusqu’à aujourd’hui. Il s’agissait en effet très vite de dégager par la destruction une place d’Armes permettant le contrôle militaire de la ville : cette place d’Armes fut créé au coeur de la ville ottomane basse. Elle allait devenir la place du Gouvernement, puis à l’indépendance, la place des Martyrs. 

Parmi les lieux appropriés, détruits, ou reconvertis, se trouvaient de nombreux autres lieux de culte. Sur quelques 120 mosquées ou lieux de cultes qui existaient en 1830, 10 avaient été démolies ou étaient en ruine en 1834, et 62 étaient utilisées par l’armée française ou l’administration, servant de magasins publics10 A Constantine aussi, Notre Dame des Douleurs fut créée dans une ancienne mosquée. Depuis Blida, le maréchal Valée écrivait au nouvel évêque d’Alger, le 4 novembre 1840 :

« Monseigneur,
« Je me suis empressé à mon retour de Médéah de m’occuper de la nouvelle colonie de Blidah. J’ai pensé, comme je le devais, à donner à ses habitants les moyens généralement désirés de pouvoir remplir les devoirs de leur religion, et j’ai affecté au culte catholique une mosquée, la plus belle de la ville et heureusement placée dans la limite de la ville française. Cette mosquée, employée, en ce moment comme magasin, a reçu sa nouvelle destination, à la grande satisfaction des indigènes. Je donne des ordres pour que le minaret soit immédiatement surmonté d’une croix, qui, annonçant le règne de la religion chrétienne, constatera mieux que toute autre chose l’occupation définitive. Vous aurez, Monseigneur, à désigner un ecclésiastique pour desservir cette nouvelle église, et à pourvoir aux objets nécessaires à l’exercice du culte. Un petit bâtiment faisant partie de la mosquée sera un logement commode pour le curé, et un autre bâtiment également dépendant et attenant sera affecté à une école d’enfants. »11

A Alger, parmi les mosquées qui restèrent au centre-ville, jamaa al-jadid (la mosquée de la Pêcherie), jama‘a al-kabir. Berteuil raconte encore :

« Il existait encore, à notre entrée à Alger, une troisième mosquée assez belle, qu’on appelait Jama-Saïda [Sayyida], non loin de celles que je viens de citer. Mais, en août 1832, l’administration, jugeant qu’il était utile d’ouvrir une grande place à Alger, et que cette troisième mosquée, placée très-près des deux autres, n’était pas indispensable au culte, résolut de la détruire. Pour ne pas exciter le fanatisme d’une population ardente, le génie fit miner secrètement l’édifice pendant plusieurs nuits: un beau matin, au grand étonnement des Arabes, la mosquée s’écroula, ce qui leur fit dire que Mahomet les abandonnait, que c’était une punition de Dieu, pour avoir laissé prendre la ville.12 »

En face, la mosquée Sayyida. A gauche, Ketchaoua avant sa transformation. Cité par Oulebsir, Nabila. Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930. Paris: Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 84.
Gravure reproduite sur
Babzaman

Il évoque les plans de transformation de la ville du duc de Rovigo à partir de 1832, en particulier les travaux de la place du Gouvernement, qui commencent par la destruction de nombreux édifice de la ville :

« Il fut enjoint aux autorités civiles et militaires de veiller à la conservation des marbres et colonnes provenant de la mosquée démolie, et qui furent déposés dans les magasins du génie. Le génie eut un moment la pensée de faire démolir les deux autres grandes mosquées, comme pouvant, en cas de sédition, servir de refuge aux assiégés et intercepter la défense ; mais heureusement cette pensée ne reçut pas d’exécution. On réfléchit que ces mosquées, sous le feu des batteries du port et des vaisseaux mouillés dans la rade, situées en outre dans le voisinage des grandes casernes, pourraient être immédiatement occupées par les troupes dans un cas de révolte. »

Autrement dit, l’espace de la place des martyrs est en lui-même la trace de l’appropriation de la ville par les forces françaises et de la destruction de part essentielle de son patrimoine.

2018

L’ouverture dans le dallage de la place des martyrs qui permet de voir le sol de la mosquée Sayyida fait bien d’avantage que de plonger dans un mille feuille du sous-sol pour atteindre la couche de 1830. Elle entrechoque toutes les dates de l’histoire récente : sur la place nommée en 1962 Place des Martyrs, par la magie d’un métro dont la construction avait été lancée dans les années 1980, puis fut interrompue du fait de la violence des années 1990, une partie du sol de la mosquée détruite après la conquête de 1830 nous est rendue en 2018.

On pourrait raconter toute l’histoire contemporaine du pays à partir de cette seule fouille, et d’un bouleversant morceau de dallage.

Place des Martyrs, 3 novembre 2018 ©MRahal
  1. Mille mercis à Saïd Abdeddaïm d’avoir partagé sa connaissance sans égale des sources permettant de connaître le 19e siècle algérien. []
  2. Al-Chaâb, N°39 sam. 3 novembre 1962. []
  3. el-Khabar, 9 avril 2018, (consulté le 27 octobre 2018). []
  4. Texte cité dans Liskenne Anne, L’Algérie indépendante: l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney, juillet 1962-janvier 1963, Paris, Armand Colin, 2015, 282 p., p. 157. []
  5. Messaoudi, Alain. « Orientaux orientalistes: les Pharaons, interprètes du sud au service du nord ». In Sud-Nord. Cultures coloniales en France (XIXe-XXe siècles), actes du colloque organisé en mars 2001 par l’Université de Toulouse Le Mirail, Colette Zytnicki et Chantal Bordes-Benayoun., 243‑55. Toulouse: Privat, 2004. []
  6. Pharaon, Florian. Episodes de la conquête: cathédrale et mosquée. Imprimerie générale A. Lahure, 1880. Cité par Oulebsir, Nabila. Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930. Paris: Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 88. []
  7. Berteuil, Arsène. L’Algérie française : histoire, moeurs, coutumes, industrie, agriculture. Paris: Dentu, 1856. []
  8. La bulle Singulari divinae [archive] du 10 août 1838, dans Raffaele de Martinis, Iuris pontificii de propaganda fide, I, V, Rome, 1893, p. 200 (consulté le 16 juin 2013). []
  9. Robert Estoublon et Adolphe Lefébure, Code de l’Algérie annoté, Alger, Adolphe Jourdan, 1896. []
  10. Procès-verbaux et rapports de la commission nommée par le roi, le 7 juillet 1833, pour aller recueillir en Afrique tous les faits propres à éclairer le gouvernement sur l’état du pays et sur les mesures que réclame son avenir. Paris: Imprimerie royale, 1834, p. 301-328 et Berteuil, Arsène. L’Algérie française : histoire, moeurs, coutumes, industrie, agriculture. Paris: Dentu, 1856. []
  11. Veuillot, Louis. Les Français en Algérie : souvenirs d’un voyage fait en 1841, 1847 [première édition 1841?]. []
  12. Berteuil, Arsène. L’Algérie française : histoire, moeurs, coutumes, industrie, agriculture. Paris: Dentu, 1856. Voir aussi: Çelik, Zeynep. « Historic Intersections. The Center of Algiers ». In Walls of Algiers: Narratives of the City Through Text and Image, Çelik, Zeynep, Julia Clancy-Smith, Frances Terpak., 198‑226. Seattle: University of Washington Press, 2009. []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Une réflexion sur « Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.