Nelson Mandela à Alger, mai 1990, ou l’Algérie-dans-le-Monde

Alors que 1990_1995 Algérie, chronique photographique, l’ouvrage de Ammar Bouras est publié ces jours-ci aux éditions Barzakh, le youtubeur Cyrus North met en ligne un nouvel épisode de la série « Une image, une histoire », justement consacrée à l’une des photographies du photographe et artiste plasticien. Chaque épisode de la série met en scène une photo choisie et analysée par un historien. J’avais pour ma part choisir l’image de Nelson Mandela à Alger, en 1991, prise par Ammar Bouras.

« Nelson Mandela à Alger », présenté par le youtubeur Cyrus North dans la série « Une Image une Histoire », à partir du texte qui suit.

La photographie de Nelson Mandela est prise par le photojournaliste Ammar Bouras à la Coupole du 5-Juillet, à Alger, en mai 1990. Sous l’apparente simplicité du portrait, c’est un des bouleversements historiques les plus importants de notre siècle qu’on tient dans cette image. Mais il faut expliquer un peu…

En mai 1990, ça fait à peine 5 mois qu’en Afrique du Sud, Nelson Mandela a été libéré après 27 années de détention. (On disait de lui alors qu’il était le plus vieux prisonnier politique du monde). Les images de sa libération ont fait le tour du monde, et suscité dans les townships une joie collective sans précédent. Rapidement, il part pour une tournée africaine. Sur cette photo, il a l’air serein, fatigué peut-être. Etait-on déjà habitué à le voir ainsi, visage imberbe et cheveux blancs ? Car il faut imaginer que pendant tout son emprisonnement, les seules images qui circulaient de lui le représentaient sous les traits d’un homme jeune, au visage plein et barbu.

Nelson Mandela à la Coupole, Alger, mai 1990.
Photographie de Ammar Bouras ©Ammar Bouras

L’Algérie c’est important dans le parcours de Nelson Mandela. (On lui attribue volontiers une phrase : « L’Algérie a fait de moi un homme », mais je ne suis pas sûre qu’elle soit authentique.) Au Maroc en 1962, alors qu’il faisait une tournée dans plusieurs pays pour y trouver du soutien, il a séjourné dans une base du Front de Libération nationale algérien, le FLN. Il y a reçu un entrainement militaire. On était alors à la veille de l’indépendance algérienne après une guerre de plus de 7 ans. Cette guerre, c’était un modèle pour les révolutionnaires du monde, d‘autant que le FLN soutenait concrètement les différentes luttes anticoloniales africaines. En juillet 1962, au moment même où l’Algérie accédait à son indépendance, Mandela revenait en Afrique du Sud. Il y était arrêté le 5 août.

À Oujda en 1962 (avec des lunettes de soleil, entre Ben Bella et Bitat). On reconnaît aussi Amilcar Cabral (entre Ben Bella et Boumediene). L’analyse la plus précise de cette image de son contexte sous la plume de Baki @7our Mansour.

En 1990, sa présence en Algérie est donc une réaffirmation de la solidarité anticoloniale des années 1960.

Mais l’histoire que nous raconte la photographie n’est pas seulement celle-là. En fait, la fin des années 1980, l’ensemble du continent africain connaît des bouleversements politiques. En l’espace de quelques années, ce sont plus de 30 pays africains qui connaissent des transitions politiques, et abandonnent des régimes de partis uniques. Ca bouillonne aussi au Maghreb et au Moyen Orient : en Palestine, rendue présente par le keffieh que porte Mandela, la première Intifada, révolte des jeunes armés de pierre contre l’occupation israélienne, dure depuis 1987. Mais l’Algérie est alors le seul pays d’Afrique du nord à connaître une réelle ouverture démocratique : Des dizaines de partis politiques se créent, ainsi que des journaux privés. C’est pour eux que travaille d’ailleurs le photographe Ammar Bouras.

En cette fin des années 1980, c’est une période l’ébullition, de luttes, d’enthousiasme, de manifestations culturelles et politiques qui traverse alors le continent africain et le monde arabe. D’autres images et vidéos montrent la ferveur du public venu écouter Mandela, et donnent une idée de cette atmosphère.

Mais il y a un dernier détail qui connecte l’Algérie avec le reste du monde dans cette image : le lieu lui-même, la coupole du 5 juillet, a été réalisé en 1975 sur les plans de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer. L’architecte de la ville de Brasilia a réalisé plusieurs oeuvres en Algérie, notamment l’université de Constantine. Il résume en quelques mots l’attractivité qu’avait pour lui — et pour bien d’autres venus du monde entier — l’Algérie des premières années de l’indépendance :

 Il y avait encore beaucoup de bonheur, de joie, et une certaine gravité, face aux besoins énormes du peuple algérien que les colonialistes avaient méprisé. Je pense qu’on oublie cela. J’y ai trouvé la meilleure des solidarités. J’ai aimé ce pays, j’ai gardé de l’affection pour lui.1 

Salle omnisport « coupole » du complexe olympique à Alger, réalisée par l’architecte brésilien oscar Niemeyer (2009) [Rvince [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons]

En un seul cliché, le photographe replace l’Algérie dans le monde, fait s’entrechoquer les temporalités, et fournit une source extraordinaire aux historiens. L’ouvrage de Ammar Bouras regorge d’autres images aussi riches que celle-ci.

  1. https://www.legrandsoir.info/niemeyer-l-algerie-et-la-mosquee-revolutionnaire.html []

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Une réflexion sur « Nelson Mandela à Alger, mai 1990, ou l’Algérie-dans-le-Monde »

  1. Toujours un plaisir de te lire ma chère Malika, surtout quand tu evoques une histoire que l’on a vécu! Merci 🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.