Transmissions mémorielles policées

Le colloque Mémoires algériennes en transmission s’est achevé il y a quelques jours. Il était organisé par Giulia Fabbiano, Abderahmen Moumen et Nassim Amrouche à la MMSH (Maison des sciences de l’homme d’Aix).

Affiche du colloque

Pour les participants, le colloque a commencé par une scène tout à fait surprenante, et pourtant tellement en lien avec le thème du colloque, qu’on aurait pu penser à une mise en scène pour l’occasion, à un happening artistico-historique destiné à lancer le débat. Si l’affaire n’avait pas été si sérieuse, elle aurait été très drôle. À notre arrivée en effet le matin du 15 novembre, la police était sur place, à l’intérieur de la MMSH, et la discussion allait bon train entre l’agent chargée de l’accueil, les deux policiers, l’une des organisatrices, Giulia Fabbiano, et l’artiste invitée à exposer ses oeuvres dans le hall de la MMSH, et à prendre part au colloque, Christine Peyret. Ses oeuvres sont de grandes pièces brodées, dont les images reproduisent des photographies de 1962. Certaines représentent des scènes de liesse populaire, d’autres le retour des soldats dans leurs familles, d’autres enfin sont des images de familles de français d’Algérie. L’ensemble intitulé « Traverser sans la voir » fait allusion à la guerre, présente-absente dans la vision de l’enfant qu’était encore Christine Peyret, en Algérie avant 1962. L’installation avait été réalisée la veille du début du colloque.

« Traverser sans la voir », triptyque incriminé, ©Christine Peyret

Il semble donc qu’au matin, l’employée de l’accueil de la MMSH, trouvant les images choquantes, avait jugé bon de faire venir les forces de l’ordre, sans passer par la direction de la Maison. Notons que les deux policiers n’ont pas hésité à rentrer dans une enceinte universitaire, même s’ils avaient l’air un peu perplexes et ne sont pas restés bien longtemps. L’employée quant à elle expliquait que la présence des drapeaux algériens portés par les personnages représentés dans l’une des œuvres étaient inacceptables dans une institution publique française, et elle allait de ce pas en appeler à toutes les associations de pieds-noirs de la région qui ne manqueraient pas de venir manifester devant la MMSH. Il fallut aux organisateurs et à Christine Peyret parlementer longtemps ; l’employée finit par quitter les lieux, puisqu’elle ne supportait de rester travailler en présence des objets du scandale.

Après la fin du colloque, la direction de la MMSH a décidé le décrochage du triptyque central, jugé « prudent », comme l’a expliqué la directrice de la Maison dans un courrier d’excuse adressé à Christine Peyret. C’est donc sur photographie qu’il faudra désormais se faire une idée du caractère subversif de ces œuvres.

Août 2012 ©Malika Rahal

Auteur : Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

4 réflexions sur « Transmissions mémorielles policées »

  1. Christine,
    Je suis profondément désolée et grandement ulcérée que l’on puisse se permettre de porter un jugement aussi primaire, aussi limité, aussi bête en un mot, sur votre travail qui, je l’ai bien senti et ressenti, ne cherchait justement qu’à rassembler les hommes et les femmes pris en otages par cette guerre d’Algérie, qu’ils aient été face à face ou du même côté dans la tourmente ! Vos toiles ne sont en aucun cas parties prenantes d’un bord ou de l’autre…elles sont juste des témoignages, véridiques puisque d’après photos ! Et le drapeau algérien en vaut bien d’autres ?
    Tout le monde, à cette époque, a eu à souffrir de cette guerre, pourquoi ne pas le reconnaître et cesser cette stérile attitude… Christine, je suis heureuse d’avoir pu vous aider à présenter vos oeuvres à Besançon et je vous adresse mes encouragements, avec mes amicales pensées.

  2. L’Algerie d’apres Malika Rahal a changé le monde mais d’apres nous l’algerie en elle meme n’a pas changé sur tout les plan / valeur au dessous de zero l’absence de projet de societe..l’absence des institutions l’absence d’une constitution qui doit proteget la volonté du peuple qui doit proteger l’integrité et l’independance de la justice ce qui existe maintenant bcp d’argent la mediocrité bat son plein au seint des institutions ..le taux de crimes economique tres tres elevé a votre avis pouvez vous nous dire pourquoi notre belle algerie et comme ca n’a pas changé

  3. Cet incident si l’on peut dire illustre excellemment de ce qui depuis au moins 1962 s’est constitué en France , terre de culture labourée sans scrupule par certains rapatriés et par les organisations inspirées ou liées à l’OAS.

    La pensée et les convictions racistes source de tant de ravages faits avant et pendant la guerre d’Algérie, ont été très actives et continué de tromper les Français comme elles ont fait aller la fin de la guerre d’Algérie vers les massacres hideux, les violences du départ d’un million de “rapatriés ” dont la terre était en Algérie et qui auraient contribué à un autre devenir de l’Algérie?

    Cette pensée raciste et meurtrière souvent portée de façon innocente par certains rapatriés naïfs, a trompé et fait beaucoup de mal. descendants

    Elle a généré en France
- le racisme anti algérien et ce qui l’a prolongé vis à vis des Musulmans, maghrébins, “Arabes” etc,
- l’imposition au peuple français d’une vision coloniale et post coloniale raciste se donnant à voir comme naturelle et tout à fait légitime, position génératrice de tensions, de discrimination et d’un racisme parfois invisible dont ne se rendent même pas compte nombre de Français.

    Ce racisme s’appuie sur des lectures faussées de l’histoire, des cultures, des relations et rapports entre français et Algériens.

    La force du racisme est lié à la naturalisation qu’il fait de la haine, de la dévalorisation, de fausses vérités que les victimes du racisme reprennent à leur insu comme pendant d’attitudes aussi naïves et superficielels concernant leurs appartenances et leurs mondes qu’ils dévalorisent ajoutant au doscours et à la naïveté des semlants de preue par le discours de l »autre, racisé, l’affaire Merah et les attitudes de ce dernier étant forte illustratives.

    Il est temps de remettre cette idéologie à sa place au bénéfice de tous et même des héritiers des nostalgiques de l’Algérie, victimes d’une autre façon du mensonge, du meurtre et de l’imposture.

    Il est temps de sortir de 182 ans – 132 ans de colonisation et 50 ans d’indépendance algérienne mal gérée de part et d’autre-, de mensonges, de violence symbolique, de racisme et de discrimination, de rapports franco algériens qui ne sont pas à la mesure de l’inter-connaissance et de l’interpénétration des cultures et des vies entre Français et Algériens.


    Nadir BOUMAZA,
    Universitaire, poète
auteur entre autres de l’habitat et les relations inter-ethniques, Agir contre la discrimination, L’harmattan, 2002

  4. Rien n’ est encore programmé mais, Madame Christine Peyret, « BIENVENUE A GRENOBLE » en l’ an qui vient.
    Bienvenue avec toute votre oeuvre et pas en photos. Pour le drapeau algérien, et pas en photo, lui aussi, je peux m’ en charger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *