Les femmes dans la rue : le 8 mars dans la longue histoire de l’Algérie indépendante

La première fois que j’ai assisté la Journée internationale de la femme en Algérie, le 8 mars 2007, j’ai été assez frappée par le fait que — dans la rue au moins — ça ressemblait beaucoup à la Saint Valentin : les hommes souhaitaient une bonne fête aux femmes, elles bénéficiaient d’une demi-journée chômée-payée, et pour les plus chanceuses, leurs maris leur offriraient des roses. Si on était moins chanceuse (au moins selon le journal satirique El Manchar), on assistait au concert du chanteur du raï algérois, le très sentimental Cheb Yazid, figure incontournable du concert officiel du 8 mars.1

Par un hasard du calendrier, les prochaines grandes manifestations contre le cinquième mandat — qui ont lieu des vendredis — tombent le 8 mars 2019. On s’attend donc à une forte présence féminine dans ces manifestations. Déjà, le 22 février et le 1er mars derniers, les appareils photos — ceux des photographes professionnels comme les téléphones portables de manifestants — s’attardaient sur ces femmes, jeunes, moins jeunes, en hijab, cheveux à l’air, enroulée dans le drapeau algérien, portant le haïk ou une robe kabyle.

L’annonce que la moudjahida Djamila Bouhired, icône internationale de l’anticolonialisme, avait rejoint la manifestation du 1er mars, était l’une des grandes informations de la journée. Des photomontages avec Djamila Bouhired au-dessus des manifestants, une photo de Djamila Bouhired pendant son procès en 1957 à côté d’une photo d’elle dans la manifestation du 1er mars ont rejoint tous ces postes sur Facebook qui critiquent le cinquième mandat et « le système » en faisant appel aux valeurs du 1er novembre 1954, les chefs historiques, en faisant le parallèle entre les manifestations de 2019 et celles du décembre 1960.

En juxtaposant le présent avec la guerre de libération, nous risquons de marginaliser les décennies d’histoire entre 1962 et le présent — cela ne sera pas la première fois qu’on le souligne dans Textures du Temps. Pour mieux comprendre pourquoi la présence des femmes algériennes dans les manifestations prend une charge symbolique si forte, il est utile de démêler les liens entre les femmes, la légitimation du système politique et l’héritage révolutionnaire dans une histoire longue du 8 mars en Algérie indépendante.

Avant même la fin de la manifestation du 1er mars, l’historienne Mathilde Larrère proposait un fil twitter évoquant le parcours de Djamila Bouhired. Ce parcours faisait un saut de l’indépendance et son travail à Révolution africaine à la manifestation du jour.

L’État algérien a toujours célébré le 8 mars. Fiers, à juste titre, de toutes ces femmes qui ont combattu, manifesté, apporté un soutien logistique à la lutte de libération, les tenants du pouvoir voulaient aussi, et peut-être surtout, montrer que c’était eux les meilleurs défenseurs des droits de la femme. Pendant la guerre de libération « la femme » avait été un enjeu entre le FLN et l’Etat et l’armée française, avec une forme de surenchère dans le discours sur la défense de la femme aux yeux de la communauté internationale et des femmes elles-mêmes.2  L’Algérie indépendante allait naturellement fêter le 8 mars, et également mettre en avant ses moudjahidate, même si, assez rapidement, la plupart de celles-ci n’ont plus souhaité servir de caution progressiste au le système politique.

Reste à savoir si les instances du pouvoir ou l’ensemble de la société avaient un véritable intérêt pour la Journée internationale de la femme. Une des premières journalistes de l’Algérie indépendante, la mujahida Zhor Zerari, m’avait raconté au cours d’un entretien qu’en 1963, elle souhaitait faire un article sur la façon dont on fêtait la Journée internationale de la femme dans le bloc soviétique. Mais au moment de lui présenter son papier, le rédacteur en chef du grand journal pour lequel elle travaille, a manifesté un total désintérêt pour le sujet. Hors d’elle, Zhor Zerari raconte : « J’ai déchiré tout, je l’ai giflé, et je suis partie. Je suis revenue le lendemain pour chercher mes affaires. »3 Elle quitte alors définitivement le journal.

Deux ans plus tard, le parti du FLN demande à Zhor Zerari d’être une des organisatrices de la manifestation du 8 mars 1965 à Alger. Devenue mythique pour certaines (en 1997, une de ses participantes, Catherine Levy, a écrit un des rares témoignages l’évoquant)4, cet événement n’est peut-être pas connu par la plupart des Algérien.ne.s aujourd’hui, et il mérite qu’on y revienne.

En mars 1965, cela ne fait pas même trois ans que l’Algérie est indépendante, mais c’est peut-être précisément parce que le pays démarre à zéro et il y a tout à faire qu’on peut être — qu’on devrait être — le plus exigeant. Selon Catherine Levy, les femmes d’Alger en avaient assez : assez de leurs petits boulots mal payés, assez du chômage, assez du manque de formation, assez du contrôle social exercé par les frères et les maris.

Il est prévu que la manifestation commence au Champ de manœuvre [Place du Premier-mai], avant de continuer sur le Front de mer et terminer à Bab el-Oued en traversant donc la ville. On ne sait dire combien de femmes y participent, mais certainement des milliers : habillées « à l’européenne » comme on disait à l’époque, d’autres portent le haïk. Il y a là des femmes de l’Union nationale des femmes algériennes (UNFA), des étudiantes, des femmes de ménage. Les slogans et les banderoles expriment la solidarité des femmes algériennes avec leurs sœurs en lutte dans le monde, en Angola, en Érythrée ou ailleurs. Et puis :

Des revendications spontanées commencèrent à fuser dans le cortège, au début couvertes par les haut-parleurs de tête, mais bientôt reprises à l’unisson et couvrant à leur tour les mots d’ordre officiels. Ces revendications portaient sur l’égalité, le travail, le droit des femmes, étaient formulées en arabe dialectal ou en français, et s’apparentaient plus à des phrases comme « allez faire la cuisine, nous faisons de la politique », ou encore « restez à la maison, occupez-vous des enfants, nous nous occupons de nous », et bien sûr s’adressaient aux hommes. Les quolibets et les youyou scandaient les passages devant les ministères (de l’agriculture, de la santé), des barrages de femmes se formaient devant les autobus et les voitures qui tentaient de passer ; plusieurs fois des passagers masculins, pris de peur, quittèrent les véhicules.5

Les femmes refusent de se limiter aux mots d’ordres officiels. Elles se réapproprient la rue, et du 8 mars. La manifestation se termine au cinéma Majestic de Bab el-Oued, lieu de ô combien de moments politiques clés dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Selon Zhor Zerari, lorsqu’elle avait invité le Président Ben Bella à venir parler aux femmes, sa réponse initiale était (et cela rejoint un peu l’image de Ben-Bella-le-populiste) : « Est-ce qu’il aura du monde ? » Il y avait du monde et Ben Bella est resté beaucoup plus longtemps que les 15 minutes de bain de foule initialement prévues. Selon le journal Alger ce soir, s’adressant aux femmes, le Président dit :

Vous devez prendre vos responsabilités dans ce pays. Je souhaite que votre journée soit celle d’une mobilisation en vue de renforcer l’Union nationale des femmes algériennes, afin qu’elle soit à la hauteur du parti d’avant-garde. Le Parti vous est ouvert et je vous affirme qu’il est disposé à vous aider. » 6

Ce texte est proche d’un discours imprimé distribué aux journalistes. Selon Zhor Zerari, Ben Bella devient de plus en plus animé, abandonnant le script et s’enflamme : « Vous avez les droits, arrachez-les ! » Le lendemain il la convoque dans son bureau, où il promet d’apporter aux femmes toute l’aide nécessaire pour améliorer leur condition. En même temps, selon Catherine Levy, au local syndical de l’UGTA à Bab el-Oued, les femmes répudiées et battues par leurs maris à cause de leur participation à la manifestation commençaient à arriver.

On ne saura jamais ce que Ben Bella aurait fait — ou pas — pour les femmes, car à peine trois mois plus tard, le coup d’état du 19 juin le renverse.

Le 22 aout 1965, inaugurant le Musée national de la Révolution, le nouveau Président Boumediene déclare que l’image qu’il se fait de la femme algérienne est celle de la sœur combattant dans le maquis aux côtés de ses frères, et pas celle de la femme qui traine dans « la salle du Majestic et de la Place des Martyrs, lançant des you-yous ».7

Le programme de la journée du 8 mars est alors repris en main : le 8 mars 1966 commence dès 8h30 du matin par un temps de recueillement sur la tombe de Hassiba Ben Bouali. En 1970, on se recueille de nouveau, cette fois-ci devant la tombe de Bahia Haidour ; en 1971, devant celle de Ourida Meddad, et en 1972 de nouveau devant la tombe de Hassiba Ben Bouali. En 1976, c’est au tour de Saléha Outiki. Le 8 mars 1980, les femmes ne se recueillent pas devant le lieu de repos d’une femme, mais devant la tombe de Boumediene. Chaque 8 mars, dans la presse on publie des histoires de femmes (souvent anonymes) durant la guerre d’indépendance, et on les remercie pour leur sacrifice.

Boumediene est loin d’être un vieux macho qui voulait enfermer les femmes à la maison ­— il était pour la scolarisation de toutes les filles, et c’est sous Boumediene que l’entrée en masse des femmes dans l’éducation supérieure a commencé, les femmes ayant aussi des bourses pour poursuivre leurs études à l’étranger… On pourrait plutôt dire qu’il est pour la libération de la femme par le travail et l’éducation sans pour autant que cela change les structures familiales ou sociétales. Mais peut-on changer l’un sans irréductiblement faire évoluer l’autre ?

Il n’est donc pas nécessaire de revenir aux grandes manifestations de la lutte de libération, et notamment celles, grandioses, de décembre 1960, pour affirmer que les femmes algériennes ont toujours manifesté et n’avaient pas peur de le faire, même sous le parti unique. Les étudiantes ont participé à de nombreuses grèves pendant les années 1960 et 1970. Le 8 mars 1980, une manifestation des étudiantes a provoqué l’annulation d’une directive ministérielle qui interdisant aux femmes de sortir du territoire national sans un tuteur mâle.

Les manifestations de femmes les mieux connues de l’Algérie indépendante sont celles du début des années 80 contre le Code de la famille. Ce grand mouvement de femmes (dans l’APN — l’Assemble populaire nationale — et dans la rue) a réussi à retarder son passage, mais pas son adoption, en 1984. La présence très visible et mise en avant des moudjahidate dans cette campagne est bien connue : il y avait là les maquisardes Fadela Mesli et Meriem Belmihoub, les membres du réseau de bombes et anciennes condamnées à mort Baya Hocine et Djamila Bouhired, parmi de nombreuses autres. La légitimé révolutionnaire de ces femmes ne leur a pas permis de l’emporter, ni d’éviter les pires injures. A l’APN, la députée Baya Hocine a été sifflée et insultée.  « Tu as des garçons, tu es en train de suivre des diables, alors que tu es une fille de famille honorable [bint familia] », disait-on à la députée Fadela Mesli, qui répondait : « Quand on a voté pour moi, ce n’était pas pour défendre ma cellule familiale, pour favoriser mes garçons, c’était pour défendre tout un peuple. »8

La légitimité révolutionnaire n’a jamais été la chasse-gardée d’un seul groupe ou « clan » politique en Algérie. Le langage de la guerre (par le peuple pour le peuple, un seul héros le peuple, unité, justice, anticolonialisme…) est à la disposition de tout.e Algérien.ne pour articuler ses revendications et sa vision de l’Algérie. En janvier 1992, des féministes algériennes ont manifesté contre le FIS à Oran, scandant comme slogan « Hassiba Ben Bouali si tu voyais notre Algérie » et « Hassiba Ben Bouali, nous ne te trahirons pas ».9

Le revers de la médaille, en 2007, un étudiant algérien, beaucoup plus conservateur, m’a expliqué que même si les moujahidate devraient être un modèle pour les jeunes femmes algériennes d’aujourd’hui, malheureusement « les femmes aujourd’hui servent à rien, sauf à détruire la société, à part une minorité qui craint Dieu ».10 Malheureusement, cet étudiant n’a pas eu l’occasion de rencontrer la mujahida Zhor Zerari, décédée en 2013. Je pense qu’elle aurait eu des choses à lui dire.

Après la Décennie noire, le 8 mars a été l’occasion pour l’Etat algérien de mettre en avant, avec encore plus de force, à quel point il était le seul garant des droits de la femme. Dans son discours du 8 mars 2006, le Président Bouteflika a déclaré :

La femme algérienne a, au fil du temps, relevé bien des défis. De Lalla Fatma N’Soumer à Hassiba Boulmerka, en passant par les vaillantes moudjahidate et les femmes martyrs de la tragédie nationale, l’Algérienne a forcé le respect par son courage, sa résistance et son héroïsme.11

On demeure donc dans les mêmes thématiques du sacrifice et du dévouement exigés de la part des femmes, sans trop savoir s’il y aura effectivement un retour d’ascenseur à ces sacrifices.

Aujourd’hui, à la différence des années 1960 et 1970, où même aux années 1980 et 1990, les femmes sont partout en Algérie, dans les hôpitaux, dans l’enseignement, dans l’administration, elles sont majoritaires à l’université. Mais elles ne sont pas toujours dans la rue, et elles ne sont pas dans la rue à tout moment. La rue comme un lieu de sociabilité reste très masculine, surtout dans les villes petites et moyennes. Il y a donc quelque chose de très joyeux chez ces femmes qui occupent la rue durant les manifestations populaires en cours. Elles ne sont pas là pour faire leurs courses, aller au travail, ou chercher les enfants, mais pour marcher, crier, chanter, danser et rire. Pour dire qu’elles en ont assez. Parfois, on sent que ce n’est pas juste de Bouteflika ou du système politique dont elles ont assez. Comme en juillet 1962, quand les femmes ont occupé la rue jour et nuit pour fêter l’indépendance, pour le moment il n’y a pas eu de revendications des manifestantes « en tant que femmes », et c’est aux femmes algériennes de les faire si elles le souhaitent. Mais de la même manière qu’un Rachid Nekkaz peut en cacher un autre, un combat peut en contenir d’autres, ou ils peuvent être menés en parallèle.

  1. Voir, à titre d’exemple, “Insolite: elle décide de changer de sexe pour ne plus subir le concert de Cheb Yazid le 8 mars. El Manchar (8 mars 2017) https://el-manchar.com/2017/03/08/insolite-decide-de-changer-de-sexe-ne-subir-concert-de-cheb-yazid-8-mars/   []
  2. Depuis quelques années, cette bataille pour les “esprits et les coeurs” a été l’objet de plusieurs études: Neil Macmaster (2009) Burning the Veil: The Algerian war and the ‘emanicipation’ of Muslim women, 1954-62. Manchester: Manchester University Press; Ryme Seferdjeli (2005) The French Army and Muslim Women during the Algerian War. Hawwa 3(1), 40-79; Diane Sambron (2007) Femmes musulmanes, guerre d’Algérie 1954-1962. Paris: Autrement; Elizabeth Perego, (2015) The veil or a brother’s life: French manipulations of Muslim women’s images during the Algerian War, 1954-62. Journal of North African Studies, 20(3), 349-373. []
  3. Entretien avec l’auteure, 21 décembre 2005. Voir aussi Djamila Amrane (1991) Les Femmes algériennes dans la guerre. Paris Plon; Malika El Korso (1996) Une double réalité pour un même vécu. Confluences Méditerranée (17), 99-108; Natalya Vince, Our Fighting Sisters: Nation, Memory and Gender in Algeria, 1954-2012. Manchester: Manchester University Press. []
  4. Catherine Levy (1997). La journée du 8 mars 1965 à Alger. Clio. Histoire, femmes et société. URL : http://journals.openedition.org/clio/415 []
  5. Lévy, op. cit. []
  6. Alger ce Soir, 10 mars 1965. []
  7. Discours du 20 août 1965, dans Discours du Président Boumediene, 19 June 1965-19 June 1970 (Constantine: Ministre de l’Information et de la Culture, 1970), pp. 47-48. []
  8. Entretien avec l’auteure, 20 décembre 2005. []
  9. S. Slyomovics, ‘Hassiba Ben Bouali, If you could see our Algeria’: Women and Public Space in Algeria. Middle East Report (192), 1995, 8-13. []
  10. Natalya Vince (2013) Saintly grandmothers: youth reception and reinterpretation of the national past in contemporary Algeria. Journal of North African Studies 18(1), 32-52. []
  11. El Watan, 9 mars 2006 et El Moudjahid, 9 mars 2006. []

3 réflexions sur « Les femmes dans la rue : le 8 mars dans la longue histoire de l’Algérie indépendante »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    1. Formidable papier mais je m’étonne du silence sur les 8 mars 1994, 1995, 1996 qui, même si organisés dans des conditions difficiles, ont été des moments très importants dans l’histoire de la lutte des femmes algériennes….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.