Faire peuple à Alger

Comment saisir la foule? Il faut lever la main, haut, téléphone tendu jusqu’à s’en décrocher le bras. Monter en haut d’un immeuble sans vis-à-vis rue Didouche Mourad. Ou mieux, lancer un drone encore plus haut pour filmer une vue panoramique.

Depuis le début des manifestations en Algérie le 22 février, on assiste à une pluie d’images (bouleversantes) de foules. À défauts de chiffres assurés, c’est par les images que l’on jauge la cote de popularité des opposants à l’entourage du président Bouteflika. Certaines de ces images sont l’oeuvre de photographes professionnels ou de journalistes, mais plus encore proviennent de simples citoyens armés de leur smartphone, à Oran, à Bouira ou encore à Béjaïa. Et bien sûr, à Alger, place Audin, place du 1er mai (ex-Champ de Manœuvre), et surtout devant la Grande Poste, sur l’ancien Forum. Les manifestations qui s’y déroulent réinvestissent un urbanisme colonial et donnent un sens nouveau à l’espace public.


Manifestation des étudiants le 12 mars 2019 – Interlignes MEDIA

Pour exister, le mouvement doit être photographié. Conscients de cet enjeu, les manifestants rivalisent de stratégies visuelles, se parant du drapeau national ou palestinien, revêtant les haïks de leurs ancêtres, portant un costume de l’émir Abdelkader. Après tout, ce n’est pas vraiment une manifestation si on n’arrive pas à prendre un selfie avec la foule derrière soi.

Il n’y a là rien de neuf ou de particulièrement algérien à vouloir prendre le temps de figer cet instant collectif. Le peuple, الشعب, est une entité fugace qui menace à tout moment de s’effacer dans une poussière d’individus aux intérêts disparates. C’est l’image qui fait le peuple, faisant disparaître les visages des individus dans un ensemble flou et immense. Pour faire peuple, il faut donc non seulement des gens, mais aussi un média (par exemple, une photo, mais aussi une vidéo, une gravure, une peinture…). Les selfies n’ont rien inventé – les Communards en 1871 à Paris, prenaient aussi le temps de poser en haut des barricades pour se faire immortaliser.

Mais surtout, pour faire peuple il faut un espace où se rassembler. Or, dans l’histoire algérienne, c’est le plus souvent cet espace qui fait défaut. Quiconque s’est promené le long des boulevards haussmanniens d’Alger sait que l’espace public en Algérie est le fruit d’une lutte. La ville blanche, rayonnante, a été construite pour les européens, et pour exclure la majorité des habitants de l’Algérie. Depuis Frantz Fanon au moins, cette capacité des villes coloniales à exclure et diviser l’espace nous est bien connue. Mais relire les images de ces dernières semaines invite à s’interroger sur les usages de cet urbanisme colonial dans l’après-1962.

L’ancien Forum d’Alger forme une sorte de grand amphithéâtre en pente dévalant vers la mer. Dans les années 1890, la municipalité française constata que la ville s’était étendue vers le sud sur la commune de Mustapha. Les fortifications militaires qui entouraient Alger furent rasées pour permettre à la ville de s’étendre, laissant un vaste espace vide en pente qui devint le boulevard Laferrière (aujourd’hui Khemisti). Il fut progressivement agrémenté de jardins en pente, de beaux immeubles de rapport, et d’un monument aux morts (français).

http://elconum.huma-num.fr/images/03_alger-carte%20postale-063.jpg?crc=235527451
Carte postale – le boulevard Laferrière, vers 1900

Le Forum était donc conçu comme un espace pour un public bien particulier : un public européen. La colonisation de peuplement, en s’accaparant les terres, fut un mode de domination qui enlevait aux Algériens la possibilité de se mouvoir sur le territoire et cherchait à les contraindre dans des espaces restreints. Durant la période coloniale, les prescriptions du code de l’indigénat étaient formelles : ne pas sortir de son douar sans laisser-passer, ne pas se réunir en nombre, même pour des festivités religieuses.

Les “musulmans”, comme on disait à l’époque, étaient surtout décoratifs. On agrémenta donc le Forum de quelques bâtiments néomauresques pour faire couleur locale. Outre la monumentale Grande Poste, style Jonnart, on trouve un étrange pastiche de mosquée, minaret compris. Construit à l’origine pour être le siège du journal La Dépêche algérienne, c’est aujourd’hui le siège du RND, parti de la coalition présidentielle. Le 1er mars 2019, les manifestants ont enlevé le cadre du président Bouteflika qui figurait sur sa façade.

Image result for le boulevard laferriere
Carte postale avec le siège de la Dépêche algérienne et la Grande Poste, vers 1910.

Le siège du RND le 22 février 2019, Ryad Kramdi/AFP

Ce sont les Européens d’Algérie qui firent les premiers usage du Forum pour se représenter comme peuple. Le 13 mai 1958, une foule monstre s’amassa sur le Forum. Scandant les slogans de l’Algérie française et rejetant les négociations du gouvernement avec le FLN, de jeunes activistes prirent le contrôle du bâtiment du Gouvernement-Général de l’Algérie (actuel Palais du Gouvernement/Qasr al-hukuma). Dans des échauffourées violentes qui contrastent avec le pacifisme des manifestations actuelles, l’armée prit le contrôle et décréta un coup d’état en Algérie. C’était le début de la Cinquième République française.

Image result for 13 mai 1958
La prise du GGA le 13 mai 1958 – ECPAD

Le peuple, à l’époque, c’était donc les Européens. Or, comme Malika Rahal l’a montré, les militants de l’Algérie française et l’armée française avaient besoin de donner l’impression qu’ils parlaient au nom de toute l’Algérie pour justifier leurs actions. Ils orchestrèrent donc une manifestation monstre de ‘musulmans’ le 16 mai 1958. Les bus vinrent chercher des cités environnantes les manifestants en burnous et haïks. Les médias français mirent ces images impressionnantes en couverture des journaux métropolitains.

Image result for paris match mai 1958

Pendant la lutte de libération, le Forum fut donc une ressource architecturale stratégique importante : qui le contrôlait gagnait la légitimité de faire peuple. Le FLN, même s’il bénéficiait d’un soutien de plus en plus large et contrôlait certaines zones rurales, ne pouvait se rendre visible dans cet espace urbain.

C’est pour cela que les manifestations du 11 décembre 1960 furent si importantes. Des Algériens essayèrent alors d’occuper l’espace de cette ville qui les excluait, débordant des quartiers populaires avec leurs drapeaux sur la rue Didouche Mourad (à l’époque Michelet), sans toutefois parvenir, semble-t-il, à occuper le Forum. Ce n’est que le 5 juillet 1962, à l’indépendance, que la foule en liesse s’approprie la ville entière, délirante de joie.

La question de l’espace public, et à qui il appartient, ne cesse pas pour autant avec l’indépendance. Lors de la crise de l’été 1962, le 24 août, le Forum voit se faire face deux manifestations opposées : l’une soutenant les combattants de la wilaya IV,  l’autre le bureau politique formé autour d’Ahmed Ben Bella et l’armée des frontières. Cet ancien Forum, que l’on nomme désormais simplement « la Grande Poste » ou « place de la Grande Poste » a donc survécu au temps colonial, comme un espace stratégique pour « faire peuple ». 


Manifestations du 24 août 1962, Getty Images

Qui est le public? Après 1962, la question n’en est pas moins brûlante. Natalya Vince rappelle les nombreuses luttes qui voient les femmes algéroises occuper les rues, par exemple en 1965. En 1988, ce sont les jeunes des quartiers populaires, Bab el Oued en premier, qui revendiquent le droit d’occuper l’espace urbain.

La décennie noire voit un véritable effondrement de l’espace public. Les histoires que les gens racontent sont celles d’un rétrécissement de perspective, d’un étouffement. Plus de promenades en forêts, plus de ballades innocentes, un espace qui se rétrécit jusqu’à prendre la forme étroite de la famille – le seul espace en qui on puisse avoir confiance. Et encore, c’est sans compter le nombre de familles dans lesquelles les membres se sont retrouvées des deux côtés de la violence.

La première fois que je suis venu à Alger en 2013, ce qui m’a le plus frappé c’était cette absence d’espaces partagés. Non pas qu’il n’y avait pas physiquement d’espace – contrairement à d’autres villes, l’urbanisme algérois hérité de la colonisation a laissé de grandes esplanades. Mais plutôt l’impression générale était que les gens étaient réticents à faire public. Les recommandations fusaient à destination des visiteurs : ne pas sortir la nuit, ne pas aller dans un quartier où on ne connaît personne. Et une méfiance particulière s’attachait aux espaces centraux, tels la rue Didouche Mourad, parce que ‘ils n’appartiennent à personne’. Pas de houma, pas d’auto-surveillance, donc pas de sécurité.

L’occupation de l’espace ces dernières semaines est donc vitale. Plutôt que le prélude à une transition politique, il est une transition politique. Il marque une volonté de ne pas se laisser représenter, et au contraire de se représenter soi-même, comme peuple, sur la grande scène de toutes les villes. Avec ses propres moyens, ses propres téléphones, ses propres photos. بالشعب و للشعب, “par le peuple, pour le peuple”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.