Algérie 2019 : Initiative d’archives collectives

Né fin février 2019,1 le projet Algérie : Initiative d’Archives Collectives est issu d’un suivi des évènements entamé dès le début de la mobilisation en Algérie. Très rapidement, le réflexe historien et plus largement le réflexe de recherche a pris le dessus avec une volonté de conserver précieusement photos, communiqués et vidéos en lien avec les mobilisations. Comme l’écrit Malika Rahal, nous assistons à la naissance des « sources qui — demain — permettront d’écrire l’événement dans l’histoire. »2 L’équipe d’Algérie : Initiative d’Archives Collectives s’est progressivement élargie au cours des semaines qui ont suivi les premières mobilisations historiques de février 2019 à un groupe de chercheurs et chercheuses issus de disciplines variées (historien.ne.s, sociologues, politistes, etc.).

I. Naissance d’un fonds d’archives sur l’Algérie et démarche scientifique.

L’évolution des évènements, la profusion de sources produites quotidiennement (via les réseaux sociaux, les médias, les déclarations et les réactions du régime, etc.) et la peur de les voir disparaître ou de les oublier nous-mêmes, ont rendu d’autant plus nécessaire la constitution d’une initiative de collecte documentaire. Ce projet est encore en construction, toutefois un tel corpus peut d’ores et déjà permettre la production d’analyses sur l’évolution du mouvement de contestation qui, depuis le mois de février 2019, a connu de nombreux développements.

Archiver les traces produites dans le temps présent constitue un enjeu scientifique particulier en Algérie où l’accès aux archives institutionnelles est souvent difficile voire impossible sur certains sujets. L’Initiative d’Archives collectives induit donc aussi la nécessité de nourrir et d’actualiser un certain nombre de réflexions éthiques, méthodologiques et épistémologiques sur le rapport des chercheurs et chercheuses à la « valeur » de l’archive récoltée sur le terrain algérien ou ailleurs (conditions de la collecte, authentification du document collecté, réappropriation de la source dans l’écriture scientifique, etc.). L’intérêt est aussi de replacer cette expérience de collecte d’archives en Algérie dans une perspective comparée à travers des échanges (lors de colloques ou de journées d’études) sur des expériences précédentes similaires en Égypte (ici et ), en Tunisie ou en Syrie par exemple, à la suite des grands soulèvements liés aux « printemps arabes ». Notre initiative est donc menée ici à la lumière de questions fondamentales : « quelles sources pour quelle(s) étude(s) du Hirak ? » , « avec quels outils, quels matériaux étudierons-nous et écrirons-nous sur le Hirak ? ».

Le projet Algérie : Initiative d’Archives Collectives s’inscrit dans une double dimension : une démarche citoyenne qui participe à l’effort de construction d’une mémoire collective du Hirak et une démarche scientifique à travers la création d’un fonds d’archives réalisé simultanément avec le déroulement de la mobilisation.

Nous entendons donc former à la fois un collectif qui soit « créateur » et/ou « producteur » d’un corpus d’archives à travers un travail qui consiste à réunir, à classer et à conserver des documents sur ces mobilisations et un espace de réflexion autour des problématiques archivistiques renouvelées ici par le contexte particulier du Hirak. La diversité des profils de contributeurs et contributrices associé.e.s à l’initiative nous permet aussi de l’inscrire dans une approche interdisciplinaire et d’offrir une variété de regards sur les évènements contestataires en cours à partir des outils scientifiques propres à nos disciplines. Ces matériaux pourront constituer, in fine, une base de données pour tout chercheur.e et contributeur.trice qui s’intéressent ou s’intéresseront à l’Algérie post-février 2019, à sa mémoire et qui seront soucieux de replacer cette mobilisation dans une perspective historique.

II. Objectifs à court-moyen-long terme

Le premier objectif sur le court terme est de « récolter »  des archives numériques. Nous avons pour cela mis en place un premier système de classement qui a d’ailleurs déjà évolué. Pour le moment, nous avons classé les documents en catégories générales, par dossiers organisés selon les types d’acteurs (mouvements féministes, personnalités politiques, étudiants, etc.). Les dossiers thématiques de classification nous aident à ordonner et à systématiser la collecte. Nos choix de catégories ne sont donc évidemment pas figés et sont amenés à évoluer en fonction des discussions et des débats qui pourront avoir lieu autour de la conservation et de l’indexation des documents. La classification par acteur demeure pour nous la plus simple pour l’instant, même si ce point fait l’objet de discussions au sein du groupe.

Le deuxième objectif, à moyen terme, est de créer une structure pérenne (blog ou plateforme numérique) destinée à accueillir un fonds d’archives numériques et/ou numérisées accessible au public. Cela suppose évidemment de répondre à un certain nombre de questions pratiques (financements, logiciels utilisés, gestion des droits d’auteurs, encadrement des appels à contribution, etc.).

Nous envisageons également créer un carnet de recherche qui permettrait de publier des articles de réflexion, des papiers « d’actualité » sur l’état d’avancement et le développement du projet Algérie : Initiative d’Archives Collectives et d’autres publications sur le traitement de certaines sources dans le cadre de projets de recherche par exemple. La création de ce carnet de recherche répond aussi à l’intégration dans cette initiative d’une dimension réflexive que nous entendons aussi développer à travers un regard interdisciplinaire ; en questionnant par exemple la collecte d’archives à l’ère des réseaux sociaux.

Parmi les hypothèses d’utilisations ambitieuses envisagées sur le long terme nous réfléchissons aux possibilités de rendre cette base de données archivistique disponible dans les laboratoires d’histoire et de recherche des universités algériennes, ainsi que dans des universités à l’étranger. Notre objectif est, dans la mesure du possible, de fournir et de mettre à la disposition du public un fonds d’archives que nous imaginons localisé en Algérie et qui soit exploitable à des fins multiples. Cela participe d’une volonté de favoriser l’émergence de nouvelles questions de recherche, en Algérie et ailleurs, à partir de la masse de données récoltées depuis février 2019.

III. L’état d’avancement de l’initiative et défis à venir.

À l’heure actuelle plus de trois cents documents ont été triés et indexés entre février et octobre 2019. Plusieurs dizaines de fichiers comme les vidéos ou des fichiers trop lourds ont été conservés en dehors de notre espace de stockage commun et de nombreux documents sont en cours d’indexation. Nous avons opté pour une collecte généraliste effectuée selon les disponibilités de chaque membre du groupe. Nos sources sont variées, il n’y a pas de « choix » prédéterminé de lieu de récolte, même si les réseaux sociaux et les médias constituent d’emblée les « espaces de collecte » les plus importants. Cependant, il est certain que les intérêts respectifs liés à nos recherches, influent sur le type de documents qui « tombent entre nos mains ».

Nos documents, en arabe, en français et en amazigh, sont de nature variée : communiqués étudiants, appels à manifester, discours émanant d’instances officielles dont l’armée, ou encore déclarations de collectifs féministes, d’avocats ou de collectifs œuvrant à la défense des détenus d’opinions, etc. Pour le moment, la collecte ne fait état que des sources numériques, même si quelques tracts ont également été récupérés par des chercheur.e.s sur le terrain. Nous pourrions donc également envisager un recollement de plus grande ampleur sur le terrain.

Exemples de documents conservés : un communiqué du MDS du 15 avril 2019, et le communiqué d’un collectif féministe du 7 avril 2019.

Nous avons aussi créé un index de référencement qui nous permet dans un premier temps de disposer d’une traçabilité des documents archivés et qui participera, à moyen terme, à la définition de côtes et de prendre la mesure du type de sources qui sont à notre disposition. C’est aussi un outil de classement qui nous permet de faire sur le court et moyen-terme des recherches par mots-clefs et/ou par date.

Index de référencement, capture d’écran.

La collecte se fait en parallèle d’une veille de la presse et des réseaux sociaux afin de suivre les évènements et l’actualité. Ce suivi se traduit par la tenue d’un tableau de bord qui constitue un outil chronologique indispensable à travers un classement par date et par acteur. Nous avons donc un suivi quasi-quotidien de toutes les journées et évènements importants qui se sont déroulés avec des renvois vers des articles de presse ou des liens de publications réseaux sociaux. Il conviendra également, à moyen-terme, d’archiver tous ces liens.

Certains aspects inhérents à la collecte d’archives, au développement de ce projet et à son financement sont en cours de discussion. Nous travaillons sur la manière de donner à cette entreprise un véritable ancrage financier et institutionnel afin de le pérenniser dans les meilleurs conditions car Algérie : Initiative d’Archives Collectives se veut une contribution ambitieuse à l’écriture d’une expérience contestataire essentielle dans l’histoire contemporaine de l’Algérie.

Le 6 novembre 2019.
L’équipe Algérie : Initiative d’Archives Collectives.

Les contributeurs et contributrices.

Sarah Adjel-Debbich, historienne, Doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne .

Saphia Arezki, historienne, Chercheuse associée à l’IREMAM et au CHERPA – IEP d’Aix-en-Provence.

Layla Baamara, politiste, Postdoctorante à l’Université de Rouen (Dysolab) et chercheuse associée au Cherpa – IEP d’Aix-en-Provence.

Thibault Delamare, doctorant en droit public et science politique, Aix-Marseille Université.

Ghaliya Djelloul, sociologue, Doctorante à l’Université Catholique de Louvain.

Muriam Haleh Davis, historienne, Assistant Professor History à l’University of California Santa Cruz.

Idriss Jebari, historien, Visiting Assistant Professor of History à Bowdoin College (Maine, USA).

Feriel Kolli, Masterante à l’EHESS Paris (mention Études politiques).

Malika Rahal, historienne, Chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent, CNRS.

  1. Image de Une : “Nous sommes l’Algérie”, 1er mars 2019 par la photographe et historienne ©SaphiaArezki []
  2. Malika Rahal, Algérie: « Dans ces espoirs que l’on veut contenus se lit toute une expérience historique », Le Monde, 4 mars 2019 []

3 réflexions sur « Algérie 2019 : Initiative d’archives collectives »

  1. Il serait opportun d’utiliser comme logiciel Alfresco RM. Pour la méthode d’archivage, un speciacliste en archivage serait nécessaire.

  2. Bonjour ,
    Très belle initiative a saluer. Merci a toutes et tous.
    Je m’interesse au role des femmes dans le Hirak. Quand sera t il possible d’acceder , en ligne, aux ecrits les concernant ?

  3. Excellente initiative. Une problématique qui nous préoccupait et dont nous avons débattu sur FB. Et voilà qu’elle est prise en charge de façon scientifique. Beau travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.