Catégories
Billet

Algérie, 1er juillet 1962. Le référendum d’autodétermination

Parmi les archives de l’INA, se trouvent quelques perles qui permettent de saisir l’atmosphère (ou les atmosphères) de l’année 1962. Parmi elle, la vidéo suivante, faite à la fois de rush muets et de segments sonores. Le journaliste se déplace d’une ville à l’autre en hélicoptère. La vidéo est faite de rushes, parfois sonores ou muets [la voir ici]. La légende de l’époque est pleine d’erreurs. Elle indique : “Vote au référendum sur l’autodétermination en Algérie. Scènes de vote à Orléansville, Tlemcen sinistré par un tremblement de terre, Constantine et Bône”. Le filme permet néanmoins de suivre la journée avec son caractère de retenue, et les efforts de mobilisation, de discipline et d’organisation qui marquent l’organisation du vote.

Les images révèlent à la fois l’organisation et la spontanéité. Aux termes des accords d’Évian, les autorités algériennes de l’extérieur (notamment le Gouvernement provisoire de la République algérienne, et l’armée constituée aux frontières, en Tunisie et au Maroc) doivent attendre le résultat du référendum pour entrer sur le territoire. Toutefois, depuis le cessez-le-feu, les combattants présents à l’intérieur du pays ainsi que des personnalités locales se sont organisés en comités sous une multiplicité d’appellation. À Boghari » c’est un « état-major général civil[1], un « bureau de la permanence du FLN » à Tlemcen[2] et, à Akbou, un « Comité de Trois » qui se substitue au conseil municipal[3]. Ces autorités locales on en charge le déroulement du référendum. Ils sollicitent pour cela tous les jeunes instruits qui, durant des jours, ont aidé à constituer des listes électorales.

1er juillet, Orléansville (?) — Tôt le matin, et les combattants de l’ALN, regroupés à l’ombre de quelques arbres, se préparent à une journée de vote.

Les voitures qui apparaissent à l’image révèle le caractère improvisé de ces autorités locales avec leurs inscriptions peintes à la main indiquant « Police FLN – ج ت و شرطة ». Les slogans invitent à voter oui à l’Indépendance. Sur des banderoles, on lit “Oui à la dignité”, “Oui à la liberté”.

La caméra saisit aussi les signes de préparatifs pour les festivités à venir : ici, on peint les murs avec des drapeaux (algérien, tunisien, marocain). On retrouvera ces drapeaux partout au moment de fêter l’accession à l’Indépendance.

Tlemcen, 1er juillet 1962 — Ici, proche de la frontière marocaine, l’un des enjeux est celui du retour des réfugiés algériens au Maroc. Quelques images rappellent la difficulté de les accueillir, les loger, les nourrir. L’objectif était que la spectaculaire opération de rapatriement soit achevée avant le vote, toutefois, quelques retardataire sont encore sur le chemin du retour.

Le vote a commencé et la caméra saisit les images des femmes qui font la chaine. De jeunes hommes portant quelque signe d’autorité aident des femmes âgées à se rendre au bureau de vote. Ici, les images sont sonores et l’on entend le journaliste interroger une jeune femme, non sur le vote, ou sur l’Indépendance, ou sur ce moment historique, mais selon une obsession typique, sur le voile. Comme ailleurs, à Tlemcen les murs parlent. Une affiche porte un des nombreux slogans de ces journées : “La Révolution pour vaincre l’ignorance”.

Un détail nous rappelle que nous sommes dans un entretemps : eux officiers de l’ALN, anciens étudiants à Alger, répondent aux questions avec une langue impeccable, avec une voix qui pourrait être celle d’un présentateur de radio. Mais ils refusent de décliner leur identité, signe qui ne nous sommes pas encore sortis du temps de la guerre et de la clandestinité.

Annaba (?), 1er juillet 1962 — Alors qu’ailleurs, l’élection bat son plein, sur les plages, des baigneurs, vraisemblablement français, se retrouvent pour profiter d’une belle journée.

Constantine (?), 1er juillet 1962 — Plus tard encore dans la journée, le vote se déroule dans le calme. Comme partout, les votants sont parfois conduits par camion, et les jeunes aident les plus anciens à se rendre dans les écoles transformées en bureaux de vote. Comme souvent, les hommes et les femmes votent séparément.
Là encore, un passage parlant permet d’entendre plusieurs Européens s’exprimer.Un homme qui souhaite rester en Algérie croit dans une Algérie, belle et fraternelle. Sa voix d’étrangle lorsqu’il dit simplement que “ça ira mieux” dans la nouvelle Algérie.

[1] T. Cherif, Mémoires d’un Médersien (1954-1962), op. cit., p. 163.

[2] F. Belkhodja, Mémoires d’un résistant, op. cit., p. 183.

[3] A. Azzi, Parcours d’un combattant de l’ALN. Wilaya III, op. cit., p. 283.



Citer ce billet
Malika Rahal (2022, 2 juillet). Algérie, 1er juillet 1962. Le référendum d’autodétermination. Textures du temps- حبكات الزمن. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uqjg

Par Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search