Catégories
Billet

Algérie, 2 juillet 1962

Le 2 juillet 1962, au lendemain du référendum d’autodétermination, un reportage de la télévision française tente de capter l’atmosphère dans différents quartiers d’Alger puis à Dely Brahim. Il saisit le temps de la transition entre deux souveraineté, en filmant les deux drapeaux algérien, côte à côté face à la mer, mais aussi en embrassant dans le même cadre des soldats français et algériens qui s’ignorent plutôt que de se combattre.

Alger, 2 juillet 1962 — La caméra saisit les différents groupes qui traversent le centre-ville : groupes de scouts, de jeunes filles, de marins qui défilent (ou répètent pour un défilé ultérieur ?) sous les yeux des habitants Européens de la ville.

Le journaliste français interroge plusieurs habitants d’Alger, et d’abord un jeune homme avoué de notaire, militant du FLN. Il est natif de la Casbah et porte désormais un brassard aux couleurs du drapeau, signe d’une autorité même fugace, dans le contexte fluide de ces journées. Il raconte les festivités au soir du 1er juillet, après le vote, dans tous les quartiers algériens notamment dans la Casbah, les pétards, le bruit, et le lever du drapeau. Le journaliste l’interroge sur les dissensions entre dirigeants algériens : il peine à répondre, ne sait pas grand chose et ne peut se prononce. Il lui est demandé si les « Européens » partis à l’été vont revenir : « — Oui, oui, il y a beaucoup qui reviendront. Cela est certain, » répond l’homme, il le souhaite en tout cas « de tout [son] cœur ».

Un Français de Bab el-Oued s’exprime ensuite, à contre-jour pour n’être pas reconnu : « C’est malheureux que la France soit partie », dit-il, mais il a vu hier « les types de l’ALN », « ils ont été corrects, mieux que je ne le pensais. C’était impeccable », il pense que beaucoup de Français partis vont revenir car « pour l’avenir, je pense que c’est possible, enfin ça se présente très bien. C’est un bon départ », et se déclare confiant.

Tous ne le sont pas : un couple du même quartier se partage entre les réponses plus confiantes du mari (professeur d’arabe) et le langage corporel de l’épouse (pharmacienne), les mains enfoncées dans ses poches, détournée de l’intervieweur, les sourcils froncés qui traduit la défiance face à un avenir angoissant.

La caméra filme de nouveaux défilés algérois, cette fois avec le son : on entend certains slogans (“تحيا الجزائر، و شعب الجزائر” [Vivent l’Algérie et le peuple algérien] ; “Vive l’Algérie nouvelle” ; “Vive l’ALN et le FLN”; “Vive l’Indépendance” ; “Vive la liberté” ; “Vivent Ben Bella et Ben Khedda”). “Ce n’est pas encore la plus grande fête de la victoire”, prévient une voix, “c’est le 5 juillet 1962”, annonçant de plus grandes fêtes à venir.

Dely Brahim, 2 juillet 1962 — Ici aussi, la caméra saisit des scènes de joie. Elle s’arrête sur les décors peints sur les murs (notamment les trois drapeaux, algérien, tunisien et marocain) et sur une scène de lever du drapeau algérien à la mairie. Manifestement, certains des habitants européens de la localité y assistent.

Un journaliste français interviewe des figures locales de Dely Brahim, qui viennent de participer à la cérémonie. Un « responsable politique » du FLN, s’avère être le frère de Djamila Boupacha. Il se présente en quelques mots :  « Je suis responsable politique du sous-secteur de la wilaya 4. Nous sommes cinq, ensemble, c’est des comités. » Il explique qu’une de leur tâche a été de prendre attache avec les Européens.

L’un d’entre des Européens qui viennent de participer à la cérémonie est M. Visse (?), restaurateur. Il décrit une localité de 4 0000 “Musulmans” et 300 “Européens”. Selon lui, la majorité de ces derniers vont rester et ne serait parti que pour les vacances. Ses propos et son visage disent une joie et une fierté lui qui, dit-il, se sent à la fois pleinement Algérien et Français.

Boupacha ne dit rien de l’avenir politique de la localité (« je ne peux pas vous répondre à ce sujet » et de sourire, sans qu’on sache s’il ne sait pas ou ne peut pas dire), mais dit son ressenti après le referendum (« Ca me fait pleurer de joie. Je suis vraiment content. C’est une impression dont je n’ai jamais eue. [Sic] ») et sur ce qu’il souhaite faire dans les jours qui viennent (« Eh bien, je vais reprendre mon travail à la RSTA [les transports publics] ».)



Citer ce billet
Malika Rahal (2022, 3 juillet). Algérie, 2 juillet 1962. Textures du temps- حبكات الزمن. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uqjh

Par Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search