Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée

19621

C’était le 2 novembre 1962, et c’est le journal al-Chaâb qui raconte : « Ben Bella et Ferhat Abbas ont assisté ainsi qu’un millier de fidèles à la prière du vendredi célébrée pour la 1re fois depuis 132 ans à la mosquée Ketchaoua ».2 L’ancienne église Saint-Philippe, élevée au rang de cathédrale en 1838, redevient ainsi une mosquée. La photographie représente shaykh Brahimi — avant qu’il ne conduise la prière —, le colonel Boumediene, Ben Bella, et Khider en rang dans la cathédrale-mosquée curieusement assis sur des chaises, une bizarrerie qui témoigne que la transition d’une fonction à l’autre — de l’église à la mosquée —, est encore en cours. On apprend qu’une réunion a précédé la prière, au Palais Bruce [Dar Hassan Pacha], où étaient également présents le ministère des Habous, Tewfik Madani, et le grand muphti de Jérusalem Amin Hussein. Le secrétaire général de la commission de l’enseignement des Ouléma, Hamlaoui Hali y a récité un poème en l’honneur des martyrs, et Moufdi Zakaria un poème sur la révolution. Tewfik Madani aurait déclaré : « Le peuple algérien est un peuple musulman et musulman avant tout ». Et d’ajouter, en faisant référence à la prise de la mosquée par les Français après la conquête de 1830 :

Continuer la lecture de « Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée »
  1. Mille mercis à Saïd Abdeddaïm d’avoir partagé sa connaissance sans égale des sources permettant de connaître le 19e siècle algérien. []
  2. Al-Chaâb, N°39 sam. 3 novembre 1962. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention

M. Benbella. — Mesdames, Messieurs, au terme d’une domination coloniale de cent trente-deux ans, et d’une guerre de libération de sept ans,
Le Peuple algérien est indépendant
La Nation algérienne est libre
La République algérienne démocratique et populaire est proclamée.
Que tous les morts qui ont payé de leur sacrifice suprême la liberté des vivants,
Que tous ceux qui ont tant souffert et qui ont tout perdu,
Que tous ceux qui portent, inscrites dans leur chair, les tortures des tyrans,
Que tous les anonymes, héros sans le savoir, de l’Indépendance nationale,
Que tous ceux qui ont permis au peuple algérien d’émerger et de triompher,
Reçoivent ici l’hommage ému de la patrie restaurée dans ses droits et dans sa dignité.1

Ainsi s’exprimait le président du conseil désigné Ahmed Ben Bella devant l’Assemblée nationale constituante, le 28 septembre 1962, des propos rapportés par le Journal officiel que, par un curieux hasard de recherche, j’étais en train de lire lorsqu’on annonça sa mort, le 11 avril 2012. Continuer la lecture de « Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention »

  1. Journal officiel de la République algérienne, série des débats, 1er octobre 1962, séance du 28 septembre 1962 []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter