Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée

19621

C’était le 2 novembre 1962, et c’est le journal al-Chaâb qui raconte : « Ben Bella et Ferhat Abbas ont assisté ainsi qu’un millier de fidèles à la prière du vendredi célébrée pour la 1re fois depuis 132 ans à la mosquée Ketchaoua ».2 L’ancienne église Saint-Philippe, élevée au rang de cathédrale en 1838, redevient ainsi une mosquée. La photographie représente shaykh Brahimi — avant qu’il ne conduise la prière —, le colonel Boumediene, Ben Bella, et Khider en rang dans la cathédrale-mosquée curieusement assis sur des chaises, une bizarrerie qui témoigne que la transition d’une fonction à l’autre — de l’église à la mosquée —, est encore en cours. On apprend qu’une réunion a précédé la prière, au Palais Bruce [Dar Hassan Pacha], où étaient également présents le ministère des Habous, Tewfik Madani, et le grand muphti de Jérusalem Amin Hussein. Le secrétaire général de la commission de l’enseignement des Ouléma, Hamlaoui Hali y a récité un poème en l’honneur des martyrs, et Moufdi Zakaria un poème sur la révolution. Tewfik Madani aurait déclaré : « Le peuple algérien est un peuple musulman et musulman avant tout ». Et d’ajouter, en faisant référence à la prise de la mosquée par les Français après la conquête de 1830 :

Continuer la lecture de « Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée »
  1. Mille mercis à Saïd Abdeddaïm d’avoir partagé sa connaissance sans égale des sources permettant de connaître le 19e siècle algérien. []
  2. Al-Chaâb, N°39 sam. 3 novembre 1962. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter