Categories
Billet

Au-delà du mur. Enquête sur deux photos de la torture en Algérie

L’historien Fabrice Riceputi est le fondateur et le co-animateur, avec Malika Rahal, du site 1000autres.org, autour des disparus de la « Bataille d’Alger ». Pour son premier article dans Textures du temps, il propose une réflexion autour de deux photographies, rares, représentant la torture d’un prisonnier aux mains de l’armée française durant la Guerre d’Indépendance.

المؤرخ فابريس ريسيبوتي هو مؤسس ومنظم ، مع ملكة رحال ، لموقع ألف آخرين حول مختطفي « معركة الجزائر » (1957). بمقاله الأول في حبكات الزمن، يدور التحقيق حول صورتين نادرتين تظهران مشهدًا للتعذيب خلال حرب التحرير الوطني.

Dans le silence des salles de lecture de centres d’archives, il arrive qu’une découverte fasse entendre une exclamation de surprise, voire un bref sanglot vite retenu, signalant l’émotion incontrôlée d’un lecteur chez qui, sans prévenir,  le mort a saisi le vif.

Les deux photographies en noir et blanc reproduites ici ont été prises en Algérie en 1957. Elles sont de cette sorte d’archive dont l’effet de réel historique est si glaçant qu’elles poursuivent longtemps qui les a vues surgir d’un carton sans crier gare.

Categories
Billet

In search of the missing after the Algerian War for Independence

For the past few years, I have been conducting biographical interviews with left-wing activists in Algeria. This research isn’t over yet, but in the process, it has led to unexpected findings. As these men and women tell you about their activist lives, they also tell you about their lives. Listening to one life after another, I finally realized that one day, I would have to write something about 1962.

One of these interviews took place at the Ijtihad bookstore, in Algiers. I was interviewing a man who was told me about how he became an activist. He began his story with his own experience of Independence, in 1962: like many others, his family had migrated to Algiers during the war, fleeing the intense violence in the countryside; but because of the increasing violence of the city caused by the OAS (the Secret Army Organization, a pro-French Algeria terrorist organization), the family sought refuge back in their home village in Kabylia. Along with other village boys and girls, he reminisced, they had undertaken various tasks during the transitional period that ran from the cease-fire in March to Independence in July, as well as during the summer of 1962. They had visited the surrounding areas to record the numbers of dead, survivors, destroyed houses, as well as the needs in food in each village in order to organize support. They also took part in reburial ceremonies for the mujahidin, the combatants killed during the war: from the cease-fire onwards, relatives had gone in search of their bodies, and whenever they were able to find them, endeavored to bring back their remains in order to bury them in their village cemetery. The youth, lined up in scout outfits, attended such reburial ceremonies, sang nationalist anthems [anashid], and played a quasi-official role in ceremonies that were only just being invented, thus representing the absent (or the not-yet-present) authorities of the Algerian state.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs »

Sétif, 4 et 5 juillet 1962. Le décor, c’est d’abord les rues et les murs couverts d’affiches : « Référendum OUI à l’indépendance » ; « La révolution pour vaincre la Misère »…

Dans le stade de la ville, un meeting est organisé à la veille de l’indépendance. D’abord, on se promène sans but, profitant de l’atmosphère. Puis la foule immense se presse. Il fait chaud en juillet, et dans la mêlée, un homme est chargé de faire boire les enfants d’une bouteille. À l’orateur inconnu succède une oratrice ; derrière elle, trois combattantes en tenues kakis. Quand on a travaillé sur Ferhat Abbas, dont Sétif était le fief, on reconnait cette tribune où le vieux leader nationaliste avait parlé si souvent avant la guerre d’indépendance. Un autre homme est à la tribune.1

Dans le stade de Sétif, un homme fait boire les enfants. Capture d’écran du film d’Alain Olmi, alias Jean Kersco, avec son aimable autorisation.

Alain Olmi qui tient la caméra ce jour-là, avait été « officier des affaires algériennes », il avait été nommé adjoint de Section administrative spécialisée2 près de Sétif.3 Dans un entretien réalisé en septembre dernier, il m’a raconté comment il a demandé au sous préfet de l’époque, un certain Boudiaf, l’autorisation de filmer les festivités de l’indépendance. Boudiaf l’avait alors renvoyé vers l’organisateur des festivités à Sétif, Me Areski. (J’ai sursauté, parce que Me Areski n’est pas un inconnu : c’est un ancien responsable de l’UDMA et une figure influente de la ville.) Me Areski avait accepté immédiatement, mais refusé de fournir un document écrit : « ma parole suffira ».4 Il en tire des images rares et précieuses de la façon dont, hors d’Alger, on célèbre l’indépendance.

  1. Ce texte comprend de courts extraits d’un article à paraître dans les Mélanges en l’honneur d’Omar Carlier, édités par M’hamed Oualdi et Morgan Corriou. L’article a été rédigé avant le récent voyage à Sétif dont il est aussi question ici. []
  2. Les SAS sont des unités créées en 1955 et qui ont un double but de pacification (c’est-à-dire de répression) et d’action psychologique. []
  3. « Jean Kersco. En Algérie pour maintenir la paix, il filme les fêtes du 5 juillet 1962 à Sétif. J’ai choisi d’aller en Algérie pour montrer qu’il était possible de faire la paix », El Watan, 7 juillet 2012. Le montage dure 13 minutes, et indique précisément les sources de la bande son reconstituée. Seules les images datent de juillet 1962. []
  4. Entretien avec Alain Olmi, alias Jean Kersco, Paris, le 20 septembre 2017. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance

Il y a quelques années, j’ai entrepris de mener des entretiens biographiques avec des militants de gauche. Ce travail n’est pas encore terminé, mais en chemin se sont révélés des embranchements imprévus. Car en vous racontant leurs vies militantes, ces hommes et femmes vous racontent aussi leurs vies. De vie en vie, j’ai compris qu’il me faudrait un jour écrire sur 1962.

Au cours d’un entretien à la Librairie Ijtihad, un de mes interlocuteurs me racontait comment il était devenu militant, et avait commencé par raconter « son indépendance ». Alors que sa famille avait migré vers Alger durant la guerre —comme de nombreuses autres familles— ils avaient retrouvé refuge dans leur village d’origine en Kabylie au moment de la violence de l’OAS. Il se souvenait de diverses tâches qu’avec les autres jeunes du villages ils s’étaient données durant la période transitoire puis l’été de 1962 : visites des régions alentours pour dresser les bilans (décompte des morts, des survivants, des maisons détruites…), mais aussi participation à des cérémonies de réinhumation de corps de mujahidin ramenés au village. Ces corps, leurs proches étaient allés les chercher, et lorsqu’ils avaient pu les trouver, les avaient ramenés. Les jeunes présents lors des cérémonies, chantaient des anashid [hymnes nationalistes]. Alignés en tenue de scout, ils jouaient un rôle quasi-officiel dans un cérémonial encore balbutiant, représentant en somme l’autorité absente (ou non encore présente sur les lieux) de l’État algérien.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

الشرفة. عودة إلى مكان قتل علي بومنجل – 23 مارس 1957

منذ سنواتٍ قليلةٍ، أُتِيحَت ليَ الفرصةُ لكتابة سيرةِ علي بومنجل، الذي كان مُحاميا ومناضلا سياسيا جزائريا. خلال هذا البحث، بدأتُ أدرك كم هي مفيدةٌ معرفة الأماكن لفهمِ الأشياء، وتجذيرِ الكتابة  : كنتُ قد رأيتُ الدار التي بناها علي بومنجل وزوجته في حي العناصر ودار والديه في بلكور، والعديد من الأماكن التي عاشا فيها في العاصمة. ولكن لم أجدْ أبدا العمارة التي استولى عليها المِظلّيون الفرنسيون في الأبيار والتي كان المُحامي قد أُلقيَ منها خلال « معركة الجزائر » سنة 1957. لم يكن لبعض الجولات في الحي أيةُ نتيجةٍ رغم استعمالي للخارطةِ التي قدّمها بيار فيدال ناكي في كتابه. وما كان اكتشاف هذه العمارة ليبدوَ مستحيلا، ذلك أنّ الفنان إرناست بينيون إرناست قد وجدها لكي يضعَ على حيطانها صورة موريس أودان سنة 2003. وفي نفس العام، صوّر فيها جان بيار ليادو عودة هانري علاق الذي خضع للتعذيب في نفس المكان، وذلك في فيلمه الوثائقي « الحلم الجزائري ».

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

هل يـنـتـهــي التـاريـــخ سـنـة 1962 ؟

Le texte suivant est paru en Italien dans la revue Contemporanea. Avec l’aimable autorisation de la revue, le voici maintenant en arabe.1 The following text was published in Italian in Contemporanea, in a special issue on history in the Maghrib, edited by Anna Baldinetti. An earlier version had been presented, in French, in a 2012 conference which you can listen too in the following video.

نُشر هذا المقال في مجلة كونتامبورانيا الأطالية. صدر اليوم في حبكات الزمن بالعربية. أشكر ميلود يبرير و عزيز العلوي لتصحيحاتهم للنص.

  1. Baldinetti, Anna. « Storici e storia del presente in Nord Africa. Interventi di Kmar Bendana, Malika Rahal, Anna Baldinetti, On Barak ». Contemporanea, no 1/2016, 2016 []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Actualités / News

Après les attentats de Paris, amalgames et raccourcis historiques

Textures du Temps publie la traduction vers le français de l’article de Natalya Vince déjà publié il y a quelques jours en anglais.
تقدم لكم حبكات الزمن ترجمة مقال لناتاليا فينس صدر منذ بضعة أيام. ينتقد هذا المقال  التحليلات «التاريخية» التي ظهرت بعد هجوم 13 نوفمبر في باريس في وسائل الإعلام البريطانية

La mise en contexte des attaques du 13 novembre:
Amalgames et raccourcis historiques de la presse britannique

 

Traduction:  Dieunedort Wandji, doctorant à l’Université de Portsmouth et Malika Rahal

La réaction des médias de droite aux attentats du 13 novembre dernier à Paris n’était guère étonnante : les populations musulmanes vivant en Europe ont été présentées comme un ennemi de l’intérieur, et la vague de réfugiés syriens cherchant désespérément à entrer en Europe dépeinte comme une cynique opération d’espionnage permettant l’infiltration de terroristes islamistes.

Categories
Actualités / News

Dangerous shortcuts (II)

The following message was adressed to several editors of mainstream media outlets in Britain (including The Guardian, The Independent, and the BBC). Colleagues wishing to add their signature to this message may do so by indicating their name and institutional affiliation in the comment section of this post
Le message suivant, signé par plusieurs de nos collègues, a été envoyé à différents médias britanniques, en protestation contre les raccourcis historiques utilisés après les attentats de Paris, raccourcis déjà dénoncés par Natalya Vince dans un précédent billet. Les collègues qui souhaitent y ajouter leur signature peuvent le faire en indiquant leur nom et leur affiliation dans les commentaires de ce post.

Paris attacks have nothing to do with the Algerian War of Independence

A number of commentators in the mainstream British media, notably Andrew Hussey on BBC radio (also a regular Guardian columnist) and Robert Fisk in The Independent, have evoked the Algerian War of Independence between 1954 and 1962 as an interpretative lens for understanding the motivations of the 13 November attackers. In short, they claim that the violence of colonialism and the war of decolonisation have engendered an ancestral desire for revenge amongst younger generations of French citizens of Algerian origin. Such a reading ignores the specificities of the present situation and fails to provide any convincing explanation of how this ‘memory’ is transmitted from generation to generation: it is profoundly unhistorical. It reduces whole peoples to perceived unchanging cultural characteristics: this is blatant essentialism.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Actualités / News

Dangerous shortcuts: Paris attacks and the War of Independence

Comme elle l’avait fait à l’occasion de la prise d’otage d’Aïn Amenas, en janvier 2013, Natalya Vince analyse pour Textures du temps les raccourcis auxquels donne lieu l’usage de l’histoire de l’Algérie, et de l’histoire des relations algéro-françaises dans la presse anglo-saxonne depuis les attentats du 13 novembre à Paris. L’essentialisme guette, l’orientalisme n’est pas loin, et les métaphores génétiques affleurent pour expliquer la violence, y compris chez des « experts » reconnus, comme Robert Fisk, qui projettent volontiers leurs propres fantasmes sur l’Algérie, et sur la France et ses banlieues.

Bad history: the dangerous shortcuts made when the 13 November attacks are “contextualised” within the Algerian War of Independence

The right-wing media reaction to the horrific attacks of 13 November in Paris has been predictable. Muslim populations living in the West have been presented as an enemy within and the wave of Syrian refugees desperately seeking to enter Europe depicted as a cynical cover for the infiltration of Islamist terrorists.

Categories
Billet

La terrasse. Retour sur une histoire du temps présent

Lire en Arabe/باللغة العربية

Il n’aura peut-être pas échappé aux lecteurs de Textures du temps que j’ai écrit il y quelques années une biographie d’Ali Boumendjel, l’avocat et militant politique algérien.1

Ali Boumendjel et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et "disparu" durant la Bataille d'Alger). Achives Boumendjel.
Ali Boumendjel (à d.) et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et « disparu » durant la Bataille d’Alger). Archives Boumendjel.

C’est durant cette recherche que j’ai commencé à saisir combien la connaissance des lieux aide à la compréhension des choses, et ancre l’écriture : j’avais vu la maison qu’Ali Boumendjel et sa femme avaient fait construire aux Sources, la maison de ses parents à Belcourt, repéré bien des lieux de leurs vies à Alger. Mais je n’avais jamais trouvé le bâtiment  tenu par les parachustistes français à el-Biar, d’où l’avocat avait été précipité durant la Bataille d’Alger en 1957. Quelques promenades dans le quartier n’avaient rien donné, malgré le plan fournit par Pierre Vidal-Naquet. Ça ne devait pourtant pas être impossible puisque Ernest Pignon-Ernest l’avait trouvé pour y apposer le portrait en sérigraphie de Maurice Audin en 2003 ; la même année, Jean-Pierre Lledo y avait filmé le retour d’Henri Alleg, torturé au même endroit, pour son documentaire Le rêve algérien.

  1. Rahal, Malika. Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne. Paris: Belles Lettres, 2010; Alger: Barzakh, 2011. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

Le cinéma, l’histoire et la guerre. Entretien avec Ahmed Bedjaoui

À l’occasion de la sortie de Cinéma et Guerre de Libération. Algérie, les batailles d’images, aux éditions Chihab, et pour sa première contribution à Textures du temps, Olivier Hadouchi a rencontré l’auteur, Ahmed Bedjaoui pour évoquer pour évoquer certaines de ces batailles du cinéma algérien. Ahmed Bedjaoui a été journaliste, enseignant-chercheur, producteur à la Radio-Télévision algérienne (RTA), directeur et programmateur à la Cinémathèque algérienne. Il fut également l’animateur, pendant une vingtaine d’années, à la télévision d’une émission de cinéma devenue culte.  

* * *

Olivier Hadouchi : Selon ce que vous écrivez dans votre ouvrage, le cinéma algérien naît avec avec Les plongeurs du désert un film de Tahar Hannache datant de 1954. Pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

Ahmed Bedjaoui : Je considère effectivement Tahar Hannache comme le premier cinéaste algérien.