Categories
Billet

Les vies de Ketchaoua, le choc de la conquête et la ville réinventée

19621

C’était le 2 novembre 1962, et c’est le journal al-Chaâb qui raconte : « Ben Bella et Ferhat Abbas ont assisté ainsi qu’un millier de fidèles à la prière du vendredi célébrée pour la 1re fois depuis 132 ans à la mosquée Ketchaoua ».2 L’ancienne église Saint-Philippe, élevée au rang de cathédrale en 1838, redevient ainsi une mosquée. La photographie représente shaykh Brahimi — avant qu’il ne conduise la prière —, le colonel Boumediene, Ben Bella, et Khider en rang dans la cathédrale-mosquée curieusement assis sur des chaises, une bizarrerie qui témoigne que la transition d’une fonction à l’autre — de l’église à la mosquée —, est encore en cours. On apprend qu’une réunion a précédé la prière, au Palais Bruce [Dar Hassan Pacha], où étaient également présents le ministère des Habous, Tewfik Madani, et le grand muphti de Jérusalem Amin Hussein. Le secrétaire général de la commission de l’enseignement des Ouléma, Hamlaoui Hali y a récité un poème en l’honneur des martyrs, et Moufdi Zakaria un poème sur la révolution. Tewfik Madani aurait déclaré : « Le peuple algérien est un peuple musulman et musulman avant tout ». Et d’ajouter, en faisant référence à la prise de la mosquée par les Français après la conquête de 1830 :

  1. Mille mercis à Saïd Abdeddaïm d’avoir partagé sa connaissance sans égale des sources permettant de connaître le 19e siècle algérien. []
  2. Al-Chaâb, N°39 sam. 3 novembre 1962. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs »

Sétif, 4 et 5 juillet 1962. Le décor, c’est d’abord les rues et les murs couverts d’affiches : « Référendum OUI à l’indépendance » ; « La révolution pour vaincre la Misère »…

Dans le stade de la ville, un meeting est organisé à la veille de l’indépendance. D’abord, on se promène sans but, profitant de l’atmosphère. Puis la foule immense se presse. Il fait chaud en juillet, et dans la mêlée, un homme est chargé de faire boire les enfants d’une bouteille. À l’orateur inconnu succède une oratrice ; derrière elle, trois combattantes en tenues kakis. Quand on a travaillé sur Ferhat Abbas, dont Sétif était le fief, on reconnait cette tribune où le vieux leader nationaliste avait parlé si souvent avant la guerre d’indépendance. Un autre homme est à la tribune.1

Dans le stade de Sétif, un homme fait boire les enfants. Capture d’écran du film d’Alain Olmi, alias Jean Kersco, avec son aimable autorisation.

Alain Olmi qui tient la caméra ce jour-là, avait été « officier des affaires algériennes », il avait été nommé adjoint de Section administrative spécialisée2 près de Sétif.3 Dans un entretien réalisé en septembre dernier, il m’a raconté comment il a demandé au sous préfet de l’époque, un certain Boudiaf, l’autorisation de filmer les festivités de l’indépendance. Boudiaf l’avait alors renvoyé vers l’organisateur des festivités à Sétif, Me Areski. (J’ai sursauté, parce que Me Areski n’est pas un inconnu : c’est un ancien responsable de l’UDMA et une figure influente de la ville.) Me Areski avait accepté immédiatement, mais refusé de fournir un document écrit : « ma parole suffira ».4 Il en tire des images rares et précieuses de la façon dont, hors d’Alger, on célèbre l’indépendance.

  1. Ce texte comprend de courts extraits d’un article à paraître dans les Mélanges en l’honneur d’Omar Carlier, édités par M’hamed Oualdi et Morgan Corriou. L’article a été rédigé avant le récent voyage à Sétif dont il est aussi question ici. []
  2. Les SAS sont des unités créées en 1955 et qui ont un double but de pacification (c’est-à-dire de répression) et d’action psychologique. []
  3. « Jean Kersco. En Algérie pour maintenir la paix, il filme les fêtes du 5 juillet 1962 à Sétif. J’ai choisi d’aller en Algérie pour montrer qu’il était possible de faire la paix », El Watan, 7 juillet 2012. Le montage dure 13 minutes, et indique précisément les sources de la bande son reconstituée. Seules les images datent de juillet 1962. []
  4. Entretien avec Alain Olmi, alias Jean Kersco, Paris, le 20 septembre 2017. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

La fable du traître et du martyr

L’édito qui suit est d’abord paru dans le supplément publié le 6 juillet 2012 par le journal el Watan à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Textures du temps le republie aujourd’hui.

Concernant la guerre d’indépendance, les récits à la première personne ont été longtemps inexistants. Cependant, depuis plus d’une dizaine d’années — sans doute en fait depuis que 1988 a fait sauter le verrou du parti unique — les mémoires individuelles se sont ouvertes pour être rendues publiques. Les témoignages de combattants sont omniprésents dans les librairies sous la forme d’autobiographies et de mémoires ; et une initiative comme le site Mémoires d’Algérie, lancé par el Watan et OWNI, recueille des centaines de réponses.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

Alger, 28 septembre 1962 – Ferveur, mémoire et amertumes. Le temps de l’advention

M. Benbella. — Mesdames, Messieurs, au terme d’une domination coloniale de cent trente-deux ans, et d’une guerre de libération de sept ans,
Le Peuple algérien est indépendant
La Nation algérienne est libre
La République algérienne démocratique et populaire est proclamée.
Que tous les morts qui ont payé de leur sacrifice suprême la liberté des vivants,
Que tous ceux qui ont tant souffert et qui ont tout perdu,
Que tous ceux qui portent, inscrites dans leur chair, les tortures des tyrans,
Que tous les anonymes, héros sans le savoir, de l’Indépendance nationale,
Que tous ceux qui ont permis au peuple algérien d’émerger et de triompher,
Reçoivent ici l’hommage ému de la patrie restaurée dans ses droits et dans sa dignité.1

Ainsi s’exprimait le président du conseil désigné Ahmed Ben Bella devant l’Assemblée nationale constituante, le 28 septembre 1962, des propos rapportés par le Journal officiel que, par un curieux hasard de recherche, j’étais en train de lire lorsqu’on annonça sa mort, le 11 avril 2012.

  1. Journal officiel de la République algérienne, série des débats, 1er octobre 1962, séance du 28 septembre 1962 []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter