Catégories
Billet

Une « libération » en 1958. L’enlèvement de Slimane Asselah (3)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical d’Alger par les forces de l’ordre françaises. À l’été 1958, l’armée indique à la famille qu’il a été libéré – mais aussi qu’il ne figure pas dans ses fichiers. Troisième volet de l’histoire de sa disparition, d’abord publiée par Médiapart et republiée aujourd’hui par Textures du temps.

Slimane Asselah a été vu vivant dans la première quinzaine du mois d’avril 1957, détenu dans une cave par les parachutistes. Sa famille et son avocat perdent ensuite définitivement sa trace. En juin 1957, alors qu’il est probablement mort depuis plusieurs semaines, une interpellation politique en métropole oblige l’armée à s’exprimer sur ce qui est maintenant une suspicion de disparition du fait des militaires.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah ». L’enlèvement de Slimane Asselah (2)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de l’histoire de sa disparition, publiée par Médiapart et que Textures du temps republie aujourd’hui.

Quelques jours après l’enlèvement de Slimane Asselah à son cabinet médical par des parachutistes du 2e RPC, le 4 mars 1957, l’intervention de son avocat déclenche un processus qui va obliger l’armée à réagir, ce qu’elle ne fait pas d’ordinaire. Maître Pierre Popie parvient en effet à perturber le secret dont les militaires entourent leurs opérations.

Me Popie est alerté immédiatement de l’enlèvement. Il multiplie aussitôt les démarches pour ce client qui lui est cher, son ancien camarade de faculté. Slimane Asselah ne réapparaissant pas, et la presse venant d’annoncer le très suspect « suicide » de l’avocat Ali Boumendjel le 23 mars, alors qu’il était aux mains des parachutistes, Me Popie signale sa disparition le 27 mars 1957 au préfet d’Alger, Serge Barret.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

« Peut-être, je reviendrai ». L’enlèvement de Slimane Asselah (1)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé à son cabinet, à Alger, par les forces françaises. Sa famille ne le reverra jamais. Et comme pour beaucoup, les circonstances de sa disparition restent incertaines. C’est l’objet de cette enquête en quatre volets, rédigée par Malika Rahal et Fabrice Riceputi et d’abord parue sur Médiapart. Textures du temps la republie aujourd’hui.

4 mars 1957. Ce qui sera bientôt baptisé « bataille d’Alger » par la propagande française fait rage depuis deux mois. Ce matin-là, le docteur Slimane Asselah reçoit des patients dans le cabinet médical situé au premier étage du 15, rue Marengo, au milieu de la casbah d’Alger. Vers midi, il en sort, escorté par des membres des forces de l’ordre françaises, et monte dans leur véhicule. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet Choses vues

Oran 1962. Des trois dimensions du souvenir

Dès le lendemain de son arrivée à Oran, le 28 mai 1962, l’envoyé du Comité international de la Croix rouge et du Croissant rouge (CICR), le Dr Chastonay se fait « conduire directement en ville musulmane au centre médico-social Charles de Foucauld, Rue de Tombouctou. » « Je suis très bien reçu par les médecins musulmans », ajoute-t-il. Nous sommes en pleine période transitoire, entre le cessez-le-feu du 19 mars et l’indépendance du mois de juillet 1962. Chastonay ne le dit pas, mais la rue de Tombouctou, c’est le quartier de Mdina Jdida (Ville nouvelle) et ce qui nous intéresse, c’est qu’il en décrit assez précisément les conditions de vie :

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

La terrasse. Retour sur une histoire du temps présent

Lire en Arabe/باللغة العربية

Il n’aura peut-être pas échappé aux lecteurs de Textures du temps que j’ai écrit il y quelques années une biographie d’Ali Boumendjel, l’avocat et militant politique algérien.1

Ali Boumendjel et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et "disparu" durant la Bataille d'Alger). Achives Boumendjel.
Ali Boumendjel (à d.) et son ami Mohand Selhi (lui aussi pris par les parachutistes et “disparu” durant la Bataille d’Alger). Archives Boumendjel.

C’est durant cette recherche que j’ai commencé à saisir combien la connaissance des lieux aide à la compréhension des choses, et ancre l’écriture : j’avais vu la maison qu’Ali Boumendjel et sa femme avaient fait construire aux Sources, la maison de ses parents à Belcourt, repéré bien des lieux de leurs vies à Alger. Mais je n’avais jamais trouvé le bâtiment  tenu par les parachutistes français à el-Biar, d’où l’avocat avait été précipité durant la Bataille d’Alger en 1957. Quelques promenades dans le quartier n’avaient rien donné, malgré le plan fournit par Pierre Vidal-Naquet. Ça ne devait pourtant pas être impossible puisque Ernest Pignon-Ernest l’avait trouvé pour y apposer le portrait en sérigraphie de Maurice Audin en 2003 ; la même année, Jean-Pierre Lledo y avait filmé le retour d’Henri Alleg, torturé au même endroit, pour son documentaire Le rêve algérien.

  1. Rahal, Malika. Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne. Paris: Belles Lettres, 2010; Alger: Barzakh, 2011. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Actualités / News

Autour de la publication de l’ouvrage de Sadek Hadjerès

Aujourd’hui même, Sadek Hadjerès revient en Algérie après 22 ans d’absence à l’occasion de la parution, aux éditions Inas, du premier volume de ses mémoires, qui s’arrête avec la crise du MTLD en 1949. Le livre sera présenté au Salon international du livre d’Alger (SILA). Nul doute que son retour suscitera des débats, attendus parfois de longue date, sur la période couverte par le livre ou sur les périodes plus récentes, en particulier sur le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) dont Sadek Hadjerès a été le principal dirigeant, sa sortie de clandestinité à la fin des années 1980, et sa disparition au début de la guerre civile des années 1990. Ayant collaboré avec l’éditeur Boussad Ouadi pour l’édition du texte, j’en ai rédigé la postface, qui revient sur les relations entre historien et témoin. Textures du temps la donne à lire aujourd’hui.

حول صدور كتاب صادق هجرس

سيكون صادق هجرس قد عاد إلى الجزائر بعد غيابٍ دام اثنين وعشرين سنة، في اليوم الذي سيصدر فيه الجزء الأوّل من مذكّراته عن منشورات ايناس (الجزء الذي ينتهي بأزمة حركة انتصار الحريات الديمقراطية سنة 1949). سيُقدّمُ الكتاب في صالون الجزائر الدولي للكتاب بالجزائر العاصمة. ما من شكّ في أنّ عودته ستثير نقاشات، كان بعضها منتظرا منذ مدة طويلة، ليس فقط حول الفترة التي يضمّها الكتاب ولكن أيضا حول فترات أكثر قربا، وبالخصوص حول حزب الطليعة الاشتراكي “الباكس” الذي كان هو مسيّره الرئيسي، حول خروج الحزب من العمل السرّي نهاية الثمانينيات من القرن الماضي ثمّ اختفاءه في بداية الحرب الأهلية سنوات التسعينيات.
ولمّا كنتُ قد تعاونتُ مع بوسعد وعدي لنشر هذا النص، فقد كتبتُ مُلحقا لهذا النصّ أعود فيه إلى العلاقة بين المؤرخ والشاهد، تضعه اليوم حبكات الزمن بين أيدي القرّاء.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Choses vues

Transmissions mémorielles policées

Le colloque Mémoires algériennes en transmission s’est achevé il y a quelques jours. Il était organisé par Giulia Fabbiano, Abderahmen Moumen et Nassim Amrouche à la MMSH (Maison des sciences de l’homme d’Aix).

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

Algeria’s Belle Époque (1) Postcards and Nostalgia: images of Algiers in the 1970s

Ed McAllister est doctorant. Il travaille sur la mémoire de la construction de la nation algérienne et passe actuellement une année de terrain à Alger, où il travaille plus précisément à Bab el-Oued. Il évoquera régulièrement sa recherche dans Textures du Temps, dans une série intitulée “Algeria’s Belle Époque”. يُتابع إد ماكاليستر بحثه في إطار رسالة دكتوراه حيث يُحاول تفحّص ذاكرة تشكّل الدولة و الوطن الجزائري في سناوات السبعينات. لذلك فهو يُمضي سنة كاملة في حقل بحثه في الجزائر العاصمة، في باب الواد تحديدا. جلال هذه الفترة، سيقدّم بعض الأوراق من بعثه لحبكة الزمن و ستكون هذه الأوراق تحت عونوان: “جزائر الزمن الجميل”. ه

“Wallah ça fait des larmes dans les yeux ki nchuf kifach wellat Alger, vraiment khsara!”

Catégories
Billet

50 years on. What does the War of Liberation mean? And to whom?

We are pleased to welcome a new contributor. Based on her study in Algerian universities, historian Natalya Vince analyzes students’ perceptions of history in the following text written for Textures du temps. Students’ references, she suggests, locate them within both the third worldist history produced in the first decades of independence, and a Huntingdonian vision of a post-Cold War civilizational clash.

Channel hopping through satellite channels in Algeria on 5 July 2012, I happened upon Echorouk TV, a recently created audiovisual spin-off of the second largest Arabophone daily newspaper, Echorouk. Marking the fiftieth anniversary of independence, the station was screening a documentary on the 1957 ‘Battle of Algiers’.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search