Categories
Billet

In search of the missing after the Algerian War for Independence

For the past few years, I have been conducting biographical interviews with left-wing activists in Algeria. This research isn’t over yet, but in the process, it has led to unexpected findings. As these men and women tell you about their activist lives, they also tell you about their lives. Listening to one life after another, I finally realized that one day, I would have to write something about 1962.

One of these interviews took place at the Ijtihad bookstore, in Algiers. I was interviewing a man who was told me about how he became an activist. He began his story with his own experience of Independence, in 1962: like many others, his family had migrated to Algiers during the war, fleeing the intense violence in the countryside; but because of the increasing violence of the city caused by the OAS (the Secret Army Organization, a pro-French Algeria terrorist organization), the family sought refuge back in their home village in Kabylia. Along with other village boys and girls, he reminisced, they had undertaken various tasks during the transitional period that ran from the cease-fire in March to Independence in July, as well as during the summer of 1962. They had visited the surrounding areas to record the numbers of dead, survivors, destroyed houses, as well as the needs in food in each village in order to organize support. They also took part in reburial ceremonies for the mujahidin, the combatants killed during the war: from the cease-fire onwards, relatives had gone in search of their bodies, and whenever they were able to find them, endeavored to bring back their remains in order to bury them in their village cemetery. The youth, lined up in scout outfits, attended such reburial ceremonies, sang nationalist anthems [anashid], and played a quasi-official role in ceremonies that were only just being invented, thus representing the absent (or the not-yet-present) authorities of the Algerian state.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance

Il y a quelques années, j’ai entrepris de mener des entretiens biographiques avec des militants de gauche. Ce travail n’est pas encore terminé, mais en chemin se sont révélés des embranchements imprévus. Car en vous racontant leurs vies militantes, ces hommes et femmes vous racontent aussi leurs vies. De vie en vie, j’ai compris qu’il me faudrait un jour écrire sur 1962.

Au cours d’un entretien à la Librairie Ijtihad, un de mes interlocuteurs me racontait comment il était devenu militant, et avait commencé par raconter « son indépendance ». Alors que sa famille avait migré vers Alger durant la guerre —comme de nombreuses autres familles— ils avaient retrouvé refuge dans leur village d’origine en Kabylie au moment de la violence de l’OAS. Il se souvenait de diverses tâches qu’avec les autres jeunes du villages ils s’étaient données durant la période transitoire puis l’été de 1962 : visites des régions alentours pour dresser les bilans (décompte des morts, des survivants, des maisons détruites…), mais aussi participation à des cérémonies de réinhumation de corps de mujahidin ramenés au village. Ces corps, leurs proches étaient allés les chercher, et lorsqu’ils avaient pu les trouver, les avaient ramenés. Les jeunes présents lors des cérémonies, chantaient des anashid [hymnes nationalistes]. Alignés en tenue de scout, ils jouaient un rôle quasi-officiel dans un cérémonial encore balbutiant, représentant en somme l’autorité absente (ou non encore présente sur les lieux) de l’État algérien.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Categories
Billet

« Les Jours d’avant » – قبل الأيام

Le premier film de Karim Moussaoui est un moyen métrage délicat, qui revient non pas sur la violence de « la Décennie noire » des années 1990, mais sur « Les Jours d’avant ».1 Tout est dans cette différence.

Deux personnages. Djaber est lycéen et n’a pas l’occasion de rencontrer des filles. Il s’intéresse à Yamina, qui ne le regarde guère. Autour de lui, la violence –jusque là fracas lointain– se rapproche. Un jour qu’il ère dans la cité dans l’espoir d’une rencontre, il s’assiste à l’assassinat d’un homme, à quelques pas de lui, d’une balle dans la tête.

  1. Voir la critique sur Critikat.com, et la bande annonce. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter