Catégories
Billet

Une « libération » en 1958. L’enlèvement de Slimane Asselah (3)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical d’Alger par les forces de l’ordre françaises. À l’été 1958, l’armée indique à la famille qu’il a été libéré – mais aussi qu’il ne figure pas dans ses fichiers. Troisième volet de l’histoire de sa disparition, d’abord publiée par Médiapart et republiée aujourd’hui par Textures du temps.

Slimane Asselah a été vu vivant dans la première quinzaine du mois d’avril 1957, détenu dans une cave par les parachutistes. Sa famille et son avocat perdent ensuite définitivement sa trace. En juin 1957, alors qu’il est probablement mort depuis plusieurs semaines, une interpellation politique en métropole oblige l’armée à s’exprimer sur ce qui est maintenant une suspicion de disparition du fait des militaires.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah ». L’enlèvement de Slimane Asselah (2)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de l’histoire de sa disparition, publiée par Médiapart et que Textures du temps republie aujourd’hui.

Quelques jours après l’enlèvement de Slimane Asselah à son cabinet médical par des parachutistes du 2e RPC, le 4 mars 1957, l’intervention de son avocat déclenche un processus qui va obliger l’armée à réagir, ce qu’elle ne fait pas d’ordinaire. Maître Pierre Popie parvient en effet à perturber le secret dont les militaires entourent leurs opérations.

Me Popie est alerté immédiatement de l’enlèvement. Il multiplie aussitôt les démarches pour ce client qui lui est cher, son ancien camarade de faculté. Slimane Asselah ne réapparaissant pas, et la presse venant d’annoncer le très suspect « suicide » de l’avocat Ali Boumendjel le 23 mars, alors qu’il était aux mains des parachutistes, Me Popie signale sa disparition le 27 mars 1957 au préfet d’Alger, Serge Barret.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Catégories
Billet

« Peut-être, je reviendrai ». L’enlèvement de Slimane Asselah (1)

Par Malika Rahal et Fabrice Riceputi, historiens et animateurs du projet Mille autres sur la disparition forcée durant la “bataille d’Alger”.

Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé à son cabinet, à Alger, par les forces françaises. Sa famille ne le reverra jamais. Et comme pour beaucoup, les circonstances de sa disparition restent incertaines. C’est l’objet de cette enquête en quatre volets, rédigée par Malika Rahal et Fabrice Riceputi et d’abord parue sur Médiapart. Textures du temps la republie aujourd’hui.

4 mars 1957. Ce qui sera bientôt baptisé « bataille d’Alger » par la propagande française fait rage depuis deux mois. Ce matin-là, le docteur Slimane Asselah reçoit des patients dans le cabinet médical situé au premier étage du 15, rue Marengo, au milieu de la casbah d’Alger. Vers midi, il en sort, escorté par des membres des forces de l’ordre françaises, et monte dans leur véhicule. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu.

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d'histoire du temps présent (CNRS) الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search