Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs »

Sétif, 4 et 5 juillet 1962. Le décor, c’est d’abord les rues et les murs couverts d’affiches : « Référendum OUI à l’indépendance » ; « La révolution pour vaincre la Misère »…

Dans le stade de la ville, un meeting est organisé à la veille de l’indépendance. D’abord, on se promène sans but, profitant de l’atmosphère. Puis la foule immense se presse. Il fait chaud en juillet, et dans la mêlée, un homme est chargé de faire boire les enfants d’une bouteille. À l’orateur inconnu succède une oratrice ; derrière elle, trois combattantes en tenues kakis. Quand on a travaillé sur Ferhat Abbas, dont Sétif était le fief, on reconnait cette tribune où le vieux leader nationaliste avait parlé si souvent avant la guerre d’indépendance. Un autre homme est à la tribune.1

Dans le stade de Sétif, un homme fait boire les enfants. Capture d’écran du film d’Alain Olmi, alias Jean Kersco, avec son aimable autorisation.

Continuer la lecture de « Sétif 1962 — « Que Dieu ait pitié des martyrs » »

  1. Ce texte comprend de courts extraits d’un article à paraître dans les Mélanges en l’honneur d’Omar Carlier, édités par M’hamed Oualdi et Morgan Corriou. L’article a été rédigé avant le récent voyage à Sétif dont il est aussi question ici. []

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d’histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance

Il y a quelques années, j’ai entrepris de mener des entretiens biographiques avec des militants de gauche. Ce travail n’est pas encore terminé, mais en chemin se sont révélés des embranchements imprévus. Car en vous racontant leurs vies militantes, ces hommes et femmes vous racontent aussi leurs vies. De vie en vie, j’ai compris qu’il me faudrait un jour écrire sur 1962.

Au cours d’un entretien à la Librairie Ijtihad, un de mes interlocuteurs me racontait comment il était devenu militant, et avait commencé par raconter « son indépendance ». Alors que sa famille avait migré vers Alger durant la guerre —comme de nombreuses autres familles— ils avaient retrouvé refuge dans leur village d’origine en Kabylie au moment de la violence de l’OAS. Il se souvenait de diverses tâches qu’avec les autres jeunes du villages ils s’étaient données durant la période transitoire puis l’été de 1962 : visites des régions alentours pour dresser les bilans (décompte des morts, des survivants, des maisons détruites…), mais aussi participation à des cérémonies de réinhumation de corps de mujahidin ramenés au village. Ces corps, leurs proches étaient allés les chercher, et lorsqu’ils avaient pu les trouver, les avaient ramenés. Les jeunes présents lors des cérémonies, chantaient des anashid [hymnes nationalistes]. Alignés en tenue de scout, ils jouaient un rôle quasi-officiel dans un cérémonial encore balbutiant, représentant en somme l’autorité absente (ou non encore présente sur les lieux) de l’État algérien. Continuer la lecture de « A la recherche des disparus de la guerre d’indépendance »

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d’histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963

Il y quelques jours, l’APS annonçait la fin des opérations de déminage concernant les mines datant de la guerre d’indépendance. 55 ans après la fin d’une guerre durant laquelle on estime que 11 ou 12 millions de mines ont été posées.

Selon le directeur de la communication de l’État-Major de l’ANP :

« L’achèvement de l’opération de déminage couronne plus de 50 années d’efforts continuels et de travail sur le terrain pour l’éradication définitive du fléau des mines de notre pays, ce qui a permis la destruction de 8.854.849 mines. » Continuer la lecture de « La guerre après la guerre. La fin des opérations de déminage lancées en 1963 »

Malika Rahal

Malika Rahal est historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).
Dr. Malika Rahal is a historian at the Institut d’histoire du temps présent (CNRS)
الدكتورة ملكة رحّال باحثة في التاريخ، معهد تاريخ الزمن الحاضر، المركز الوطني للبحث العلمي

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter